Procès Bommeleeër

09 janvier 2014 22:04; Act: 10.01.2014 10:42 Print

Des preuves matérielles portées aux encombrants

LUXEMBOURG - D’après un ancien employé de la police criminelle, des éléments de l’enquête, notamment des relevés d’empreintes et des photos, ont été détruits en 2000.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Que s’est-il passé concernant les preuves matérielles des attaques à la bombe perpétrées entre 1984 et 1986? Marc Ogier, qui travaillait pour la police criminelle à cette époque, s’est longuement exprimé jeudi sur le sujet devant la chambre criminelle. Il a expliqué à la barre comment les éléments avaient disparu. Ses supérieurs, notamment Romain Nettgen et André Glodt, lui auraient demandé, en 2000, de débarrasser la cave du service d’anthropométrie judiciaire. Tous les objets étaient ensuite portés aux encombrants.

Ogier se défend en déclarant qu’il a «toujours pensé que ces objets n’auraient jamais dû être détruits». Cette tâche n’aurait été inscrite dans aucun protocole, comme c’est normalement la règle. Selon l’ancien fonctionnaire, le lieu était un véritable capharnaüm, rempli d’albums photo, de sous-mains, de relevés d’empreintes, de tubes en plastiques et de caisses. Tout aurait été porté aux encombrants, sauf les relevés d’empreintes qui auraient été broyés. Plusieurs personnes, y compris des agents d’entretien, avaient un jeu de clés et pouvaient entrer dans la pièce à tout moment. Le responsable de ce local était Romain Nettgen, selon Marc Ogier.

Aucune réponse concrète

André Glodt, qui témoignait juste après devant le tribunal, a confirmé que tout ce qui se trouvait dans le local avait été détruit. «Mais cela ne concernait que des vieux tapis très abîmés et des vêtements usagés», assure celui qui a travaillé au service d’anthropométrie pendant 22 ans. Le nettoyage aurait été effectué en raison du déménagement des locaux vers Hamm. Il a profité de sa tribune pour charger encore l’ancien officier de gendarmerie Armand Schockweiler. À partir de 1996, ce dernier aurait emporté plusieurs caisses contenant des réelles preuves du dossier Bommeleeër.

Se sont ensuite succédé à la barre Georges Kill, ancien vice-président de la Cour constitutionnelle, et Jean-Mathias Goerens, juge d’instruction entre 1978 et septembre 1985, notamment en charge des attaques à la bombe. Kill a de nouveau justifié la mise à l’écart de Ben Geibens en parlant de «pédophilie» et «d’accord à l’amiable». Quant à Goerens, il peut donner encore moins de détails, puisqu’il souffre d’amnésie. Il n’a donné aucune réponse concrète à la plupart des questions qui lui étaient posées.

(L'essentiel Online/tageblatt.lu)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • Jimi le 09.01.2014 22:27 Report dénoncer ce commentaire

    Qui est protégé par qui ???et qui a les moyens d'acheter autant de silence????plus d'un ont des certitudes et des réponses mais aucun n'a de preuves ... C'est comme en France, dommage

  • Coeur révélateur le 10.01.2014 18:04 Report dénoncer ce commentaire

    Encore une démission à la Direction de la Gendarmerie? Comment en devient-on Directeur ? En faisant le nettoyage de caves dérangeantes ? L'école royale militaire de Bruxelles nous ramène direction OTAN et Staybehind et attentats "falseflag"? Et Nettgen, en 1981 Commandant au nord du pays, quand deux agents militaires américains y sont parachutés clandestinement pour exécuter un faux cambriolage du WSA de Bettembourg. Tous ensemble sur les lieux, les Nettgen Zovilé et Geiben ?

  • jojo le 10.01.2014 07:44 Report dénoncer ce commentaire

    Même aujourd'hui, ils travaillent de la même manière, il n'est pas une surprise, nous sommes à Luxembourg après tout

Les derniers commentaires

  • Coeur révélateur le 10.01.2014 18:04 Report dénoncer ce commentaire

    Encore une démission à la Direction de la Gendarmerie? Comment en devient-on Directeur ? En faisant le nettoyage de caves dérangeantes ? L'école royale militaire de Bruxelles nous ramène direction OTAN et Staybehind et attentats "falseflag"? Et Nettgen, en 1981 Commandant au nord du pays, quand deux agents militaires américains y sont parachutés clandestinement pour exécuter un faux cambriolage du WSA de Bettembourg. Tous ensemble sur les lieux, les Nettgen Zovilé et Geiben ?

  • jojo le 10.01.2014 07:44 Report dénoncer ce commentaire

    Même aujourd'hui, ils travaillent de la même manière, il n'est pas une surprise, nous sommes à Luxembourg après tout

  • Jimi le 09.01.2014 22:27 Report dénoncer ce commentaire

    Qui est protégé par qui ???et qui a les moyens d'acheter autant de silence????plus d'un ont des certitudes et des réponses mais aucun n'a de preuves ... C'est comme en France, dommage