Santé au Luxembourg

02 décembre 2020 15:56; Act: 02.12.2020 17:09 Print

Deux tiers des infirmiers sont des frontaliers

LUXEMBOURG – Malgré des efforts pour rendre les métiers de soins attractifs, l’hôpital dépend du personnel habitant à l’étranger, a reconnu Paulette Lenert.

storybild

Certains infirmiers frontaliers ont été logés à l'hôtel. (photo: Julien Garroy)

Sur ce sujet
Une faute?

Au Luxembourg, les malades sont souvent pris en charge par des frontaliers. Actuellement, 64,7% des infirmiers habitent à l'étranger, a indiqué mercredi Paulette Lenert (LSAP), ministre de la Santé, en réponse à une question du député Jeff Engelen (ADR). Parmi eux, près de la moitié (48,6%) sont employés par un hôpital. Ceux-ci ont affirmé récemment ne pas démarcher de personnel étranger pendant la crise.

Si les frontières étaient fermées, y compris pour le personnel médical, le Luxembourg manquerait de personnel pour soigner les patients, utiliser certains appareils et tout simplement pour faire fonctionner les hôpitaux, reconnaît Paulette Lenert. «Il est illusoire de penser qu'ils fonctionneraient avec les seuls résidents du pays, malgré les efforts réalisés ces dernières années pour rendre le métier d’infirmier attractif», insiste la ministre.

Le secteur s’est organisé pour limiter les risques de pénurie de personnel pendant la crise, a rappelé la membre du gouvernement. Des jeunes retraités ont été rappelés pour reprendre du service, tandis que des travailleurs frontaliers peuvent être logés dans des hôtels au Luxembourg.

(jg/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • normal le 02.12.2020 16:56 Report dénoncer ce commentaire

    En même temps ici à Luxembourg on a qu'une seule école pour devenir infirmière, non seulement il y a très peu de place par an mais en plus c'est sur selection de dossier. On risque pas d'avoir beaucoup de résidents dans le secteur hospitaliers !

  • Samedi le 02.12.2020 17:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On peut toujours fermer les frontières ceux qui viennent travailler ont qu à montré leur autorisation point

  • Jean II le 02.12.2020 18:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @@veritas : Tout le monde n'est pas vénale comme vous et certains ont l'amour de leur métier même avec des contraintes .

Les derniers commentaires

  • christophe le 03.12.2020 09:48 Report dénoncer ce commentaire

    L'avantage pour le luxembourg infirmière bien formé . Pas de formations à payer le personnel arrive formé. 3 voir 4 ans de gagné. Ce personnel vient parce qu'il est mieux payé ( il faut pas avoir peur de le dire ) autrement ce personnel resterait chez lui et ne passerait pas 02h00 dans les bouchons. Maintenant ce sont aussi les médecins qui arrivent en nombre. Le plus important c'est que tout le monde y trouve son compte et que la qualité des soins soit présent pour les malades.

  • Légitime le 03.12.2020 08:42 Report dénoncer ce commentaire

    Les jeunes luxembourgeois ne sont pas assez attirés par le métier (et je les comprends, j'irai aussi bosser dans une commune à leur place). Créer cette école au GDL couterait très cher (terrain) alors que la majorité des personnels formés seraient des frontaliers. Donc l'idéal serait de créer une école côté français à moins de 30km de la frontière belge et moins de 10km du GDL (quelque part dans le pays haut). Le coût des terrain est moins élevé et la main d'oeuvre donc selon moi c'est le meilleur compromis. Si le GDL finance alors il sera légitime pour recruter les personnels formés.

  • gillou le 03.12.2020 08:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Normal un métier très difficile comme en usine dans le bâtiment les luxembourgeois préfèrent la fonction publique

  • cassepasles le 03.12.2020 08:20 Report dénoncer ce commentaire

    tres bon salaire mais il faut travailler donc c'est mieux de devenir un vrai fonctionnaire

  • MOMO le 03.12.2020 08:05 Report dénoncer ce commentaire

    Vous en avez pas mare de débattre toujours sur les mêmes sujet les travailleurs frontaliers si en France les conditions de travail étaient meilleures on resterait tranquillement dans notre pays