Bière au Luxembourg

20 avril 2016 12:31; Act: 20.04.2016 14:48 Print

Diekirch lance une bière avec «peu d'alcool»

LUXEMBOURG - Suivant la stratégie de son groupe et une tendance de consommation, la Brasserie de Luxembourg lance une nouvelle bière à faible taux d'alcool.

storybild

Arnold Blondeel, directeur de la Brasserie de Luxembourg, est fier de sa nouvelle bière. (photo: Editpress/François Aussems)

op Däitsch
Sur ce sujet

La Brasserie de Luxembourg Mousel-Diekirch a annoncé, ce mercredi, le lancement d'une bière à faible teneur d'alcool, la Radler. Cette bière, avec rajout de jus de fruits, montre un taux d'alcool de 1,1%. «Diekirch Radler répond à une évolution d'un consommateur plus conscient de ses choix en termes de consommation de bière», justifie le brasseur luxembourgeois. Celui-ci s'est appuyé sur une étude menée l'an dernier pour cibler les éléments déterminants pour le choix d'une bière, au Luxembourg.

Selon ce sondage, 27% des consommateurs recherchent un produit accessible, très rafraîchissant. 18% sont à la recherche d'un produit avec un goût différenciant. Et 12% recherchent le partage d'un bon moment en famille, entre amis. Sur ce constat, la Brasserie de Luxembourg a élaboré un produit rafraîchissant, au goût prononcé et encore non visible sur le marché national.

Objectif, 3,2% du marché

La Radler s'appuie sur base de la Diekirch Premium, avec un rajout de citron et citron vert. Elle est brassée à Diekirch, mais embouteillée «pour l'instant» en Belgique. L'embouteillage sera rapatrié au Luxembourg, si possible avant la fin des travaux de la nouvelle brasserie, qui doit ouvrir en 2018. La sortie de ce nouveau produit appuie la stratégie du groupe international auquel appartient la Brasserie de Luxembourg, le groupe belgo-brésilien AB InBev. «D'ici 2025, 20% de nos ventes totales au niveau mondial devront être des produits avec peu ou sans alcool», explique Arnold Blondeel, country director Brasserie de Luxembourg Mousel-Diekirch.

Les chiffres de consommation de ce type de bière constatés à l'étranger incitent à suivre la tendance. Selon des données du Plato Logic Institute, fournis par la brasserie, leur part sur le marché luxembourgeois s'élevait à 1,05% en 2014. «En Belgique, c'est 3,2%. On estime pouvoir faire au moins autant au Luxembourg», évalue Korneel Warlop, responsable de la communication Belux & Global pour AB Inbev.

(Mathieu Vacon/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Peter le 20.04.2016 13:27 Report dénoncer ce commentaire

    Diekirch a 10 ans de retard...

  • Glou² le 20.04.2016 15:40 Report dénoncer ce commentaire

    Je ne vois pas l’intérêt, l'eau existe déjà :D

  • cafetier le 20.04.2016 13:45 Report dénoncer ce commentaire

    Ok, pour la bière avec peu d'alcool, mais en pression c'est quand même bon, non !

Les derniers commentaires

  • realite le 21.04.2016 19:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La bière du mont blanc meilleure du monde

  • Magnum le 21.04.2016 09:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    une alternative au bout de troisième verre,jus de fruit ou bière

  • bernard le 20.04.2016 19:37 Report dénoncer ce commentaire

    on appelle ca un panaché beurk c'est sucré et dégueulasse

  • Boudhistes le 20.04.2016 19:12 Report dénoncer ce commentaire

    Oups Nos dirigeants s'en fichent royalement comme ils sont au?-dessus des lois

  • Caméra le 20.04.2016 18:53 Report dénoncer ce commentaire

    Le début et la fin des débâcles au Luxembourg