Femmes réfugiées

12 juillet 2019 16:13; Act: 12.07.2019 17:15 Print

«Elle a quitté le Luxembourg, sans savoir où aller»

LUXEMBOURG - Le ministère des Affaires étrangères a justifié sa position, vendredi, sur le refus d'accorder une protection internationale à deux femmes très vulnérables.

storybild

Les deux femmes ont subi l'enfer dans leurs pays d'origine respectifs.

Sur ce sujet
Une faute?

C'est l'histoire de deux «survivantes», comme les désigne l'ASBL Passerell, association qui accompagne les réfugiés et les demandeurs d'asile au Luxembourg. L'une est somalienne, mariée de force à 13 ans sous le régime «Shebab», violée, reniée par son mari et menacée de lapidation. L'autre est érythréenne, torturée et également violée dans son pays d'origine.

Arrivées au Luxembourg dans le flux des migrants, ces deux réfugiées ne seront pas recueillies par le Grand-Duché, le Luxembourg s'étant déclaré «incompétent pour protéger ces deux femmes et leurs enfants», avance l’association.

«La Suisse la renverra dans son pays avec sa fille»

Parmi les motifs avancés, les deux femmes ont déjà été déboutées par la Suisse, et la Somalienne a déjà reçu une protection de l'Italie, pays dans lequel «elle a connu la rue». Craignant de revivre cet enfer, la jeune femme «a quitté le Luxembourg avec son bébé, sans savoir où aller».

L'Érythréenne, elle, s'est vu notifier son transfert vers la Suisse «qui la renverra dans son pays avec sa fille», indique l'association, qui dénonce «la brutalité sans fin de ce parcours» et incite le Luxembourg à prendre les mesures nécessaires.

«Les autorités italiennes ont présenté des garanties»

La réponse du ministre des Affaires étrangères, Jean Asselborn, est tombée ce vendredi. Le ministère précise notamment que la demande de la ressortissante somalienne est «irrecevable» puisque l'Italie l'a déjà officiellement accueillie.

«Les autorités italiennes ont présenté les garanties nécessaires relatives à la mise à disposition d’un logement adéquat dès son arrivée», rassure le ministère, en précisant que «l'octroi d'une protection internationale ne confère pas automatiquement au bénéficiaire le droit de s’installer dans un autre État membre».

Les Érythréens en tête des demandes d'asile

Le ministre utilise un argument similaire pour expliquer le refus de protection pour la femme érythréenne. En clair, le Luxembourg se range derrière l'examen de la Suisse: «Dans le présent cas et en vertu du principe de confiance mutuelle, le Luxembourg estime que les autorités helvétiques ont accompli leurs missions avec les diligences nécessaires et qu'il n’appartient pas aux autorités luxembourgeoises de remettre en question leur décision».

«Aucun État européen ne procède à l'organisation de retours forcés vers l'Érythrée», conclut le ministre. Depuis la vague des réfugiés venus de Syrie, les Érythréens arrivent en tête des demandes d'asile au Luxembourg. Dernier chiffre en date, sur les 56 demandes effectuées en mai 2019, 25 concernaient des ressortissants érythréens. Ce pays d'Afrique de l'Est fait partie des plus répressifs du monde en matière de droits de l'homme.

(Thomas Holzer/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • duvaro le 12.07.2019 18:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pour deux qui partent Asselborn ouvre la porte à 20 autres.

  • tache le 12.07.2019 19:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ils préfèrent garder les jeunes hommes qui traînent les rues...

  • annaleto le 12.07.2019 19:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Elles ont le droit d’être accueillie en Italie. Il faut lire tout l’article. Elles ne peuvent pas décider dans quel pays elles souhaitent aller car la demande avait déjà été acceptée et garantie par l’Italie. C’est pour cela que les autres états membres refusent cette demande

Les derniers commentaires

  • Triste le 13.07.2019 16:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pauvres filles

  • Touraco le 13.07.2019 15:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tout à fait d’accord avec vous

  • Tome le 13.07.2019 15:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Dans un souci d égalité, il faudrait imposer un quota de 50% de femmes parmi les réfugiés accueillis au Luxembourg. On pourrait même imaginer que le Luxembourg concentre tous ses efforts pour les plus vulnérables : les femmes et les petits enfants.

  • gigi1 le 13.07.2019 10:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Elles ne seront pas renvoyées dans leur pays d’origine. Il y a juridiquement d’autres moyens que le statut de réfugiés pour les protéger.

  • roxy le 13.07.2019 10:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je trouve horrible tout ça on critique l’Italie qui reçoit des centaines de réfugiés et on est pas foutu d’accueillir deux pauvre femme dans deux pays les plus riches comme la suisse et le Luxembourg elles ont déjà pâti les horreurs du viol je ne voudrais pas être à la place de ces femmes avec en plus leurs enfant que ce monde est triste leur malheur est d’être né dans une partie du monde terrible et elles n’ont-pas choisi de naître la bas quelle chance nous avons de vivre en Europe et on ne le sait pas