Au Luxembourg

01 octobre 2019 06:59; Act: 02.10.2019 07:11 Print

Leur pari est de vivre sans créer le moindre déchet

LUXEMBOURG - Vivre sans gaspiller, c'est le pari d'une communauté grandissante au Grand-Duché, celle du zéro déchet. Témoignage de trois résidentes.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Avec une moyenne de 100 kg de plastique consommés par habitant chaque année, le Grand-Duché figure parmi les pires élèves d'Europe en matière de déchets, selon une réponse parlementaire de Carole Dieschbourg, au député Marc Goergen (Pirates). Cependant, les alternatives contre le gaspillage prennent elles-aussi de l'ampleur, avec une communauté grandissante de Luxembourgeois qui adoptent peu à peu le zéro déchet.

«Un jour, j'ai vu un reportage sur Facebook d'une Américaine qui était arrivée à mettre dans un bocal ses emballages d'un an. Je me suis dit que si elle pouvait y arriver, pourquoi pas moi. Aujourd'hui, j'en suis à un sac de courses par mois». Ode Vigneron a adopté le zéro déchet il y a maintenant cinq ans. Un mode de vie difficile au départ puisqu'à l'époque, il existait très peu de magasins antigaspillage au Luxembourg. Depuis l'ouverture d'Ouni en 2016 (la première épicerie sans emballages du pays) et l'apparition des rayons en vrac dans les supermarchés, la Luxembourgeoise fait ses courses plus facilement.

Un investissement personnel

Adopter le «zéro waste», c'est un travail de tous les jours. Pour Anne-Claire Delval, chargée de la communication d'Ouni et mère de quatre enfants, c'est une philosophie accessible à tous. «C'est possible et ça touche tout le monde. Il suffit juste de réfléchir deux secondes et de commencer par des petites choses, comme prendre un sac de chez soi pour aller faire ses courses».

Fabriquer ses propres produits comme les shampoings solides, produits de lessive ou encore le dentifrice maison, limite aussi l'utilisation d'emballages, souvent responsables de nos achats démesurés. «On se concentre sur l'essentiel quand on achète en vrac, c'est à dire le produit. On est moins attiré par le visuel de l'emballage», explique Delphine, vendeuse chez Ouni. Pour elle, c'est ce mode de vie qui l'a motivée à travailler dans le magasin bio. «Je voulais être au cœur d'une nouvelle vision du commerce au Luxembourg».

«On ne freine pas un TGV en deux secondes»

Même s'il s'impose petit à petit dans nos ménages, il y a encore du travail, notamment chez les plus âgés. «Pour nos parents, on fait marche arrière», explique Anne-Claire. «Les serviettes hygiéniques lavables? C'est impensable pour eux, un vrai retour en arrière».

Chez les plus jeunes, ce n'est pas de passer des sacs plastique aux bocaux qui pose problème, mais l'acceptation à l'école. «Le plus difficile a été pour ma fille. Elle est très consciente par rapport au bien de la planète, mais elle s'est sentie mal à l'aise par rapport à ses camarades», explique Ode. Anne-Claire la rejoint: «Il y a une prise de conscience mais il y a aussi cette facilité de faire comme les copains, d'acheter des marques de friandises connues bien emballées... C'est un challenge pour eux».

(sl/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Et si éolo le 01.10.2019 08:54 Report dénoncer ce commentaire

    Il serait temps que les grandes surfaces proposent plus de produits en vrac, moins de sachets en plastique. Pourquoi le bio doit-il être emballé dans du plastique (surtout les fruits et légumes? Belle initiative . Et j'espère qu'il y en aura d'autres prochaines partout dans le pays.

  • guddesou le 01.10.2019 07:05 Report dénoncer ce commentaire

    Mes Respects! Je crois vraiment que c'est vraiment pas facile de nos jours...

  • dawson le 01.10.2019 10:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je pense qu’il faudrait déjà commencer par le début, quand on voit le nombre de déchets le long des routes ou dans les forêts .... ne plus jeter par la fenêtre de sa voiture... ensuite obliger les gens à recycler au maximum tous leurs déchets, faire des consignes sur toutes les bouteilles en verres et même en plastiques, ensuite effectivement obligé les grandes surfaces à faire moins de packaging, et de favoriser le vrac ... on en voit pas assez ....

Les derniers commentaires

  • Sophie Dold le 02.10.2019 09:18 Report dénoncer ce commentaire

    Ils ont raison, le problème fondamental c'est la démographie.

  • Croissance le 02.10.2019 07:33 Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi le vrac est-il plus cher...?

  • barbapapa le 02.10.2019 06:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @Dawson le début n’est pas de ramasser les déchets mais de ne pas en produire...

  • Florent le 01.10.2019 20:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    sauf si cette personne composte ses déchets (toilettes sèches)

  • patience le 01.10.2019 19:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @@patience Vous vous éloignez du sujet. On parle de 0 déchets. Je cuisine et achète des produits frais mais de là à tout fabriquer j insiste sur cela est une passion qui n est pas donner à tous.