Transport au Luxembourg

06 mars 2019 08:00; Act: 06.03.2019 10:15 Print

Emile Weber «respecte les horaires de travail»

LUXEMBOURG - Alors qu'un de ses chauffeurs estime faire trop d'heures, la société Emile Weber assure respecter la loi. L'OGBL le confirme.

storybild

Chez Emile Weber, comme d'ailleurs au sein des sociétés de bus du pays, pas question de plaisanter avec les amplitudes de travail.

Sur ce sujet
Une faute?

«Dernièrement, j'ai travaillé de 5h à 18h30 sur une amplitude horaire de près de quatorze heures. J'ai eu deux heures de trajet pour rentrer chez moi en raison des bouchons et des accidents. Et le lendemain, j'ai recommencé à 5h. Ce n'est pas possible de tenir sur ce rythme», relate un chauffeur de chez Emile Weber.

Le règlement grand-ducal du 28 octobre 2018, qui fait suite à l'accord entre la Fédération des exploitants de bus et d'autocars (FLEAA) et les syndicats LCGB et OGBL, a clarifié les choses dans ce domaine. Au-delà d'une amplitude de dix heures, les heures supplémentaires font l'objet du versement d'une prime. «De son côté, le règlement européen évoque une amplitude horaire maximale de quinze heures suivie d'une période de repos de neuf heures. Nous, nous sommes sur une moyenne de onze heures, pauses comprises», assure Romain Kribs, attaché de direction chez Emile Weber.

«Quatorze heures, ce n'est pas possible»

«Quatorze heures, ce n'est pas possible. Nous avons un trajet Luxembourg-Trèves qui peut se solder par treize heures d'amplitude, cela ne veut pas dire treize heures de conduite. Les chauffeurs ne peuvent pas rouler plus de 4h30 d'affilée. Une pause de 45 minutes est obligatoire. Le nombre d'heures de conduite par jour ne doit pas excéder neuf heures, ou dix heures deux fois par semaine», dit Romain Kribs.

Du côté de l'OGBL, on est étonnés. «Nous n'avons pas eu connaissance de ce cas. À travers les informations qui nous remontent, la société Emile Weber respecte les amplitudes de travail et les temps de pause», précise Romain Daubenfeld, secrétaire central de l'OGBL.

(Gaël Padiou/L'essentiel)