Au Luxembourg

31 mai 2018 06:53; Act: 31.05.2018 11:24 Print

«Et si les industriels ne venaient plus?»

SANEM - Alors que le projet Knauf Insulation à Sanem est tombé à l'eau, le ministre de l'Économie s'inquiète de l'image du pays auprès des investisseurs étrangers.

storybild

Knauf Insulation va s'installer en France, tout près de Thionville.

op Däitsch
Sur ce sujet

Étienne Schneider, le ministre de l'Économie, ne cache pas son amertume. La décision du fabricant de laine de roche, Knauf Insulation, de ne pas s'installer au Luxembourg, dans la zone industrielle Gadderscheier, à Sanem, ne passe vraiment pas.

Surtout qu'il avait travaillé d'arrache-pied sur le sujet. «Nous avions même trouvé un accord avec l'entreprise Knauf qui était prête à investir davantage dans un système permettant de réduire considérablement les rejets de production...», se désole le ministre. «Je suis déçu et inquiet de l'image que le pays véhicule auprès des investisseurs étrangers. Je reviens des États-Unis avec 500 millions d'euros d'investissements du groupe Guardian et de DuPont de Nemours. Mais si les industriels font régulièrement face à des oppositions et réticences, ils ne viendront plus chez nous».

Carole Dieschbourg ne fait pas bloc avec lui

Étienne Schneider met aussi en exergue le manque à gagner pour le Luxembourg. «Quand vous prenez Knauf, l'usine de production de yaourts grecs ou encore Google, c'est énorme en termes d'emplois, de taxes. Comment va-t-on financer notre système social et les infrastructures si tous les projets avortent?».

S'il mesure ses propos, il en veut à ses collègues de gouvernement et à certains élus. Et notamment à la ministre Déi Gréng de l'Environnement, Carole Dieschbourg, qui ne fait pas bloc avec lui. «Je suis déçu par l'état d'esprit de mes collègues qui voient l'aspect environnemental de manière étroite alors qu'il faut réfléchir sur l'ensemble du dossier, l'intérêt économique du pays, sans pour autant renoncer à protéger l'environnement».

Entre amertume et déception, les réactions à la décision de Knauf Insulation au micro de «L'essentiel Radio»:

(Gael Padiou/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Realiste Man le 31.05.2018 07:10 Report dénoncer ce commentaire

    On ne vit pas dans un monde de bisounours! Refuser, de nos jours, l’implantation d’entreprises est une bêtise! Le Luxembourg n’a plus d’industrie lourde, le secret bancaire disparaît, on n’a pas de ressources naturelles à fort potentiel... Ok l’écologie, les bobos du dimanche... Le train de vie actuel risque bien un jour de disparaître...enfin on aura dans le pays les ultras riches et les pauvres, mais la classe moyenne, se sera du passé!

  • vrai travailleur le 31.05.2018 07:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le problème aussi c’est qu’une majorité des gens qui votent sont des fonctionnaires de l état et se moquent complètement du secteur privé et ne pensent qu’à leur confort en ignorant d’où l’argent.

  • Hypochrites le 31.05.2018 08:04 Report dénoncer ce commentaire

    Bientôt on va pouvoir recultiver des patates dans nos champs bien verts et biens propores. Certes les salaires et le prix du foncier ne vaudront plus rien, mais nos crédits, eux, courront toujours à des plafonds mirobolants. On vivra dans un pays pseudo-propre (faut pas oublier les voisins, qui, eux, continuront à se développer et qui nous enverront leurs saloperies) et on sera aveuglé par notre politique de l'autruche en pensant que "fréier war alles besser".

Les derniers commentaires

  • jean némar le 31.05.2018 17:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    de toute façon...même si nous n'avons plus d'usines...il suffira de construire un peu plus de stations "Berchem" ...

  • demich le 31.05.2018 17:01 Report dénoncer ce commentaire

    Et si la manne des frontaliers se tarissait faute de main d’œuvre encore disponible dans les régions limitrophes ? Et si le Gdl perdait son attrait pour eux aussi ? Ces frontaliesr qui pour bon nombre de résidents apportent la gale !

  • Au secours! le 31.05.2018 16:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ce que les gens qui gèrent le Grand Duché peinent à comprendre c'est qu'il y a urgence. C'est pire que jamais. Le Luxembourg n'a pas du tout les moyens de se payer 30 ans de gestion désastreuse comme la France. Deux, trois ans grand maximum. En plus, comme le dit si bien un des commentaires, il faut absolument, de toute urgence, que les jeunes luxembourgeois pensent à autre chose qu'aller "faire carrière" dans le public.

    • Luxo le 31.05.2018 17:16 Report dénoncer ce commentaire

      C'est facile il suffit de baisser les salaires dans la fonction publique...

  • Jack le 31.05.2018 16:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les normes françaises sont plus contraignantes que celle de Luxembourg...

  • y'en a mare le 31.05.2018 15:12 Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi les résidents luxembourgeois doivent supporter tous les maux de la terre pour donner de l'emploi à des gens qui ne vivent même pas ici et des postes biens dotés de nos anciens gros bonnets dans les Conseils d'Administration?

    • JDCJDR le 31.05.2018 15:49 Report dénoncer ce commentaire

      Pas faux

    • GusSim le 31.05.2018 16:07 Report dénoncer ce commentaire

      Tous les maux de la terre hein?