Polémique au Luxembourg

06 juin 2019 17:53; Act: 06.06.2019 18:09 Print

«Étienne», «Xavier» et la «chambre peinte en rose»

LUXEMBOURG - Un problème mathématique paru dans un manuel de 3e et faisant référence à Xavier Betttel et à Étienne Schneider, véhicule des clichés homophobes.

storybild

Le Premier Ministre Xavier Bettel (à droite) et le vice-Premier ministre Étienne Schneider. (photo: Editpress/Herve Montaigu)

Sur ce sujet
Une faute?

Un problème mathématique paru dans un manuel de 3e met en scène deux personnages, «Xavier» et «Étienne», qui veulent peindre leur chambre en rose. Une claire référence au Premier ministre Xavier Bettel et au vice-Premier ministre Étienne Schneider, tous deux homosexuels.

L'affaire a été révélée via une question parlementaire posée mercredi par le député LSAP Franz Fayot, à Claude Meisch, le ministre de l'Éducation, et relayée par Paperjam. «Monsieur le ministre est-il d'avis que ce type d'énoncé, véhiculant les pires stéréotypes homophobes, a sa place dans un manuel scolaire luxembourgeois?», demande le député au ministre. (...) Peut-il expliquer comment un tel énoncé trouve sa place dans un manuel de mathématiques destiné aux écoles luxembourgeoises, sans qu'aucun contrôle ne le détecte au préalable et en demande la suppression?».

Pas de poursuite en justice

Le ministère, qui «condamne fermement ces clichés homophobes», explique à L'essentiel que ce manuel, conçu et rédigé pour la Belgique, a été adapté pour le programme scolaire au Grand-Duché par un groupe de travail luxembourgeois, au cours de la précédente législature (2009-2013). Avant la publication du manuel, ce groupe de travail devait avoir l'aval du ministère de l'Éducation. Lors de la première édition en 2013, la procédure a été respectée. Elle mettait ainsi en scène deux jeunes filles dans le problème de la chambre rose.

Mais en 2015, lors de la deuxième version, les prénoms féminins ont été remplacés par des prénoms masculins. «Cette adaptation a été réalisée par le biais d’un contact direct entre le groupe de travail luxembourgeois et la maison d’édition belge, sans passer par le ministère de l'Éducation, déplore ce dernier à L'essentiel. Depuis 2015, de nouvelles procédures ont été mises en place pour permettre d'éviter cette pratique».

«Des manuels vont être réédités avec l'énoncé de la première édition, et vont remplacer les manuels de la 2e édition, qui vont être retirés au plus vite de la circulation», promet le ministère, qui ne va pas poursuivre le groupe de travail en justice, dans la mesure où les faits sont prescrits.

(ol/L'essentiel)