Au Luxembourg

07 novembre 2018 07:59; Act: 08.11.2018 16:37 Print

Harcelée au lycée, sa vie a failli tourner au drame

LUXEMBOURG - Victime de harcèlement scolaire, la vie de Lucie, une lycéenne du Luxembourg, est devenue un «enfer».

storybild

Depuis ses 13 ans, Lucie* va au lycée chaque jour la peur au ventre.

op Däitsch
Sur ce sujet

«J’étais une bonne élève. J’étais d’abord en enseignement classique. Mais les moqueries incessantes sur mon physique m’ont déstabilisée». Lucie*, 18 ans, est victime de harcèlement depuis la 7e. Dès l’âge de 13 ans, cette lycéenne a dû prendre son courage à deux mains pour aller à l’école. «Je n’en pouvais plus d’être moquée. On me narguait en me volant mes affaires ou bien juste en les déplaçant. Le tout pour provoquer une réaction de ma part et en rigoler par après».

Certains élèves sont même allés jusqu’à écrire des méchancetés sur ses affaires scolaires. La situation ne s’améliorant pas, la jeune fille avait fini par s’isoler. «À force de me sentir seule, je séchais beaucoup de cours. Cela m’a apporté pas mal de problèmes à l’école. J’ai été forcée de partir du lycée à cause de mon nombre d’absences». Selon la jeune fille, le corps enseignant «n’a aidé en rien. Au contraire, mes absences généraient davantage une attention négative sur moi».

Son cas a alors failli tourner au drame. «Je ne supportais plus de me regarder dans le miroir. J’ai fini par perdre toute confiance en moi et j’ai commencé par me mutiler physiquement. Persuadée que personne ne m’appréciait, j’ai même fait une tentative de suicide». Après avoir changé de lycée, elle est maintenant en technique, mais est toujours harcelée. «Les moqueries sur mon physique n’ont pas cessé pour autant. Mais j'ai plus d’amis et je suis mieux entourée. J’essaie de regagner confiance en moi». Une journée nationale de lutte contre le harcèlement à l’école est organisée ce jeudi.

* Le prénom a été changé

Écoutez notre micro-trottoir sur le harcèlement scolaire:

(Ana Martins/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Grand est le 07.11.2018 09:52 Report dénoncer ce commentaire

    Il faut exclure immédiatement les harceleurs des établissements scolaires. Nous sommes trop permissifs.

  • ciné marre le 07.11.2018 08:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    L'harcèlement scolaire a toujours existé ce n'est pas nouveau. On n'avait pas le bon jean, la bonne marque ou simplement la bonne nationalité. Néanmoins, il est vrai que certaines valeurs (tolérance, respect....) ne sont plus transmises aux jeunes générations et le phénomène empire. Comme souvent au Luxembourg, le tout est balayé sous le tapis et le corps enseignant ne sait comment faire face....

  • Tizio le 07.11.2018 09:52 Report dénoncer ce commentaire

    " le corps enseignant «n’a aidé en rien. Au contraire, mes absences généraient davantage une attention négative sur moi»." Je suis d'accord, le métier d'enseignant n'est pas facile. Mais la sécurité de nos enfants est une priorité, nos enfants se retrouvent trop peu protéger dans un lieu qui est censé être sécurisé où nous les confions.

Les derniers commentaires

  • Une fille le 08.11.2018 12:15 Report dénoncer ce commentaire

    Pendant un an, toute la classe était contre moi. C’était un enfer car je pleurais tous le temps et je sécher les cours. Aux files du temps, il y a une fille dans la classe qui s’est rendu compte que j’étais très grave alors elle est venue me voir, on a discuté pendant longtemps. Elle m’a soutenu jusqu’au bout. L’ année d’après j'avais faits une demande pour être avec elle. À la rentrée, j’ai regardé ma classe et j’ai eu l’impression de tourner la page car je connaissais personne sauf ma meilleure amie . Et je la remercie du fond du cœur pour tout ce qu’elle a fait pour moi. ❤️

  • Emilie le 08.11.2018 07:13 Report dénoncer ce commentaire

    Il y a trente ans, je fréquentais un lycée dans un des beaux quartiers de Luxembourg-Ville. A la rentrée, j'ai été prise de panique en pensant à mes copains de classe et j'ai demandé à changer de lycée. Quand mes parents sont allés voir le proviseur, on leur a dit qu'il n'y avait rien contre moi et que ne serait pas possible que des élèves changent d'école sur un coup de tête. J'ai encore tenu quelques mois avant qu'un conseiller du SPOS (aujourd'hui CPOS) m'aide à changer d'école. A l'occasion, nous avons appris que ma classe était connue pour son aggressivité, mais on a laissé faire.

  • Amaury le 07.11.2018 21:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pareil pour ma fille. Et ce dès l’âge de 5 ans. Ma fille perdait toujours son écharpe. Nous avons ensuite découvert que la harceleuse lui faisait entre autre faire le chien avec les écharpes autour du cou et l’isolait des autres ! L’école / maison relais / inspecteur et commune ont tous pris la chose à la légère. Nous avons changé d’établissement. Maintenant la harceleuse a 7 ans et s’en prend à une autre fille mais avec l’aide de3 autres copines. Coup de pied dans le ventre au sol, insulte, déchirure de manteau et dégradations de matériel. L’école ne fait toujours rien ! Résultat ma fille apprend le Wing chun. Et si elle riposte c’est très bien. Voilà où on en est à cause de l’apathie et le Manque de Compétence du corps professoral ! La violence entraîne la violence.

  • kitty le 07.11.2018 20:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bien souvent, les profs entendent et voient les moqueries et ignorent l action!! Pour moi, le probleme vient deja de là!

  • Lulu le 07.11.2018 19:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Déposez plaintes à la Police et faites le savoir. Ça va bouger très très vite.