Syrien au Luxembourg

29 août 2013 10:00; Act: 29.08.2013 11:10 Print

«Il faut arrêter de parler de la Syrie, il faut agir»

LUXEMBOURG - Depuis deux ans, Mahmoud vit au Luxembourg, d'où il continue de suivre les événements en Syrie, son pays d'origine.

storybild

«Si l'Europe et les États-Unis décident de frapper la Syrie, on est avec eux», affirme Mahmoud. (photo: L'essentiel)

Sur ce sujet
Une faute?

Il était des premières manifestations contre le régime syrien, il y a un peu plus de deux ans. «Des voisins m'ont dit qu'ils m'avaient vu manifester à la télé», se souvient Mahmoud, 46 ans. Peu de temps après, il échappe de peu à une arrestation. La police de Bachar al-Assad le confond avec son oncle, qui porte le même nom que lui. «J'ai été prévenu une nuit, à 4 h. À 8 h, je quittais le pays», direction Luxembourg, où il arrive en juin 2011. Sa femme et ses deux enfants, alors âgés de 6 et 9 ans, le rejoignent peu après.

Depuis, Mahmoud, qui possède aussi la nationalité française, même s'il a toujours vécu en Syrie, a ouvert un café avenue de la Liberté. «Ici, c'est calme, tu peux marcher tranquille...». Syrien, il continue toutefois de suivre de très près ce qui se passe dans son pays natal. «C'est difficile de contacter la famille qui est restée là-bas, déplore-t-il. Il n'y a pas Internet, pas d'électricité, le téléphone est surveillé... On ne peut même plus leur envoyer d'argent pour les aider!». À chaque fois qu'il réussit à contacter quelqu'un, on lui fait la liste des amis, cousins ou voisins qui sont morts depuis le dernier appel.

«Il faut que les Occidentaux arrêtent de parler de la Syrie. Il faut qu'ils agissent. On n'a peur que ce ne soit que des mots, affirme le cafetier. On n'arrive plus à dormir. Il y a eu trop de morts». Ensuite, quand la dictature d'Assad sera tombée, il faudra reconstruire. «Le pays est par terre, il faudra au moins dix ans, à faire des allers-retours entre ici et là-bas pour les aider, pour que cela reparte».

(Jérôme Wiss)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • bart le 29.08.2013 16:11 Report dénoncer ce commentaire

    tout le monde paiera une intervention militaire! vu que le carburant va augmenter! :(

  • François le français le 29.08.2013 17:11 Report dénoncer ce commentaire

    Je suis contre une intervention de la France. Il y a un gros doute que ce que l'on nous raconte soit vrai concernant les gaz. Et puis que l'on massacre avec du gaz ou des balles je ne vois pas la difference. Cette guerre ne nous regarde pas, laissons à Allah le choix du vainqueur...

  • John le 29.08.2013 11:46 Report dénoncer ce commentaire

    Pas très sympa les commentaires... Il faut être solidaire de nos amis syriens. Comment s'appelle le café de Mahmoud ?

Les derniers commentaires

  • maxence le 31.08.2013 11:42 Report dénoncer ce commentaire

    fuire sont pays quand et un homme non . mettre ces enfant a l'abri oui.Demander de l'aide facile , mais sachant que des personnes étrangère au conflit vont mourir . Il y a pas un lapsus révélateur ? je lance le débat amis de la toile

  • maxence le 30.08.2013 19:43 Report dénoncer ce commentaire

    pour quoi fuire son pays , mettre ces enfant a l'abri oui demandez au autre pays d'agir sans ce battre sois même et ce réfugier dans autre pays atendre la fin de la tempête non ,et ce que je vais envoyez ce battre dans un pays étrangers non . homme lève toi et va défendre des frères

  • Pragma le 30.08.2013 15:40 Report dénoncer ce commentaire

    Et tout ce que l'on nous sert dans les médias est à des années lumières de la réalité. A part les islamistes (pour leur très grande majorité étrangers) il n'y a pas vraiment beaucoup d'opposants au régime, qui plus est avait réussi à maintenir un équilibre entre toutes les communautés. Les rebelles se sont vite fait dépassés par les événements et par l'importation massive de fanatiques, que ce Mr Mahmoud semble soutenir. L'Etat luxembourgeois devraient surveiller les gens au pays qui soutiennent les islamistes en Syrie. Savoir qu'il y en a au pays n'est pas une bonne nouvelle.

  • Coeur révélateur le 30.08.2013 14:48 Report dénoncer ce commentaire

    Avant le printemps arabe, des activistes syriens ont étudié avec Gene Sharp les 198 moyens non-violents pour changer de régime. Mais l'industrie militaire profite du chaos pour "soutenir" les rebelles par les armes de milliers de mercenaires étrangers. Et si les mercenaires avaient lancé ces armes interdites? Un false-flag de plus, la bourse s'agite et certains s'enrichissent. La méthode Sharp : Envoyer les grand-mères et de jolies filles avec des fleurs en échange des armes. Sans oublier le voile.

  • Constatation le 30.08.2013 10:29 Report dénoncer ce commentaire

    Pour des raisons professionnels je me suis rendu à maintes reprises en Syrie dans les années 80-85 déjà à cet époque c'était déjà le bo...l, rien d'étonnant c'était toujours le bo...l et ce sera toujours le bo...l, tout comme en Irak,Iran,Jordanie etc. etc. Rien ne changera jamais dans tout ces pays là.