Entretien avec Henri Kox

04 septembre 2020 08:00; Act: 04.09.2020 09:40 Print

«Il faut davantage de policiers sur le terrain»

LUXEMBOURG – Henri Kox, ministre de la Sécurité intérieure et du Logement, revient pour «L'essentiel» sur les défis actuels de la police grand-ducale.

storybild

Henri Kox est entré au gouvernement en octobre 2019, avant de prendre peu à peu du galon. (photo: Editpress/Julien Garroy )

Sur ce sujet
Une faute?

L’essentiel: Comment se sont déroulés vos premiers pas de ministre de la Sécurité intérieure, un portefeuille que vous cumulez avec celui du logement?

Henri Kox: Cela s’est fait naturellement. J’ai eu le temps de me familiariser avec les dossiers de la police lorsque j’étais ministre délégué. Cela m’a donné le temps de connaître les structures et le fonctionnement de cette administration ainsi que de celle de l’Inspection générale de la police. Ce n’est pas le travail qui a changé depuis que je suis ministre de plein exercice, mais la responsabilité. Avant, François Bausch et moi décidions à deux, après discussions. Maintenant, je prends les décisions seul, même si je m’appuie pour cela sur une administration. Mon arrivée a été bien accueillie au sein des équipes.

Vous avez pris beaucoup de responsabilités en peu de temps, après être entré au gouvernement en octobre 2019 en tant que ministre du Logement…

Je n’ai jamais eu peur des responsabilités. Je suis entré après quelques aléas et drames chez Déi Gréng (décès de Camille Gira en 2018, puis accident grave de Felix Braz en 2019), mais j’étais déjà impliqué dans l’accord de coalition. De plus, j’étais précédemment président de la commission du logement à la Chambre, un dossier qui m’a toujours tenu à cœur.

Comment comptez-vous faire pour améliorer la situation dans le quartier de la Gare, à Luxembourg-Ville?

La situation n’est pas nouvelle. Il faut un travail avec différents acteurs, pas seulement la police, pour appréhender le problème sous l’angle de la sécurité, mais aussi de la santé, de l’immigration, de la justice. Nous avons déjà augmenté les effectifs de la police, avec 20 agents supplémentaires, et cela a porté ses fruits, mais il faut recruter davantage. Il faut aussi une politique spécifique, ciblée, proche du terrain, de manière à anticiper les problèmes.

Le recrutement dans la police est-il toujours difficile?

Nous avons annoncé un plan de recrutement, élaboré avec les syndicats (NDLR: 607 policiers et 240 civils, pour 2 400 agents actuellement). Notons que l’effectif de la police a augmenté proportionnellement plus rapidement que la population, mais les missions des agents de police augmentent également Ce dont nous avons besoin, ce sont davantage d’agents sur le terrain.

Qu’impliquera le passage du stage à deux ans au lieu de trois?

La formation dans la police s’aligne sur celle de la fonction publique. Le grand défi à venir sera celui de la formation, sachant que le fait de ne plus passer par l’armée pour former certaines catégories de policiers constitue déjà une nouvelle voie. Nous voulons proposer une formation plus concrète, plus adaptée à la réalité du terrain.

Comment rendre la police attractive?

Il faut donner envie aux jeunes en leur expliquant qu’il existe de nombreux métiers, du technicien au spécialiste. Les risques existent, mais pas pour toutes les fonctions. Nous travaillons actuellement à revoir les avancements de carrière, dans un sens favorable aux agents, afin de mieux les récompenser. La crise actuelle, où l’emploi dans le privé est incertain, peut constituer une opportunité intéressante pour la fonction publique, dont la police.

Comment la crise sanitaire a-t-elle changé les missions des policiers?

La police doit intervenir seulement lorsqu’il y a des abus. Il y en a surtout eu au tout début du déconfinement, avec les fêtes. Cela a engendré du stress pour les agents, mais ils ont adopté les bonnes démarches pour ne pas envenimer les choses. De la même façon, le policier victime d’une agression à Esch, a réagi de manière optimale, avec bravoure. Nous avons très rarement de cas d’excès au sein de la police, mais il faut toujours dialoguer, pour continuer à améliorer les choses.

Pensez-vous qu’il faille généraliser l’usage des caméras de surveillance?

Les caméras ne constituent pas directement la solution. Elles ne règlent jamais les troubles sur le moment, elles ont un rôle bénéfique après, pour l’enquête. Nous assistons aussi à un déplacement des problèmes. De toute façon, nous devons légiférer sur la question, une loi va clarifier les choses. J’espère qu’elle sera votée d’ici la fin de l’année, après l’avis de l’IGP (Inspection générale de la police) et un débat à la Chambre des députés.

(Propos recueillis par Joseph Gaulier/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • du courage politique surtout !! le 04.09.2020 09:36 Report dénoncer ce commentaire

    je ris, a luxembourg gare tout le monde connait les dealers du Nigeria, et la police ne fait rien, car pas de courage politique pour dire STOP, alors les discours des verts.. des rouges peints en vert..

  • Jop le 04.09.2020 09:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La police a assez de personnel Faut seulement mieux les placer.

  • Jean le 04.09.2020 08:27 Report dénoncer ce commentaire

    ET quand on voit ce qui se passe tout simplement en France,ce que la Police(les Pompiers et le Personnel des SAMU)prennent, quand ils viennent sur le Terrain pour une Intervention,ils feront quoi,le jour ou ce phénomène se produira au Luxbg.?

Les derniers commentaires

  • marco le 05.09.2020 07:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le Luxembourg doit pas devenir comme la France vous devez expulser massivement toute l immigration qui profite de vos acquis sociaux

  • Anonymous85 le 04.09.2020 19:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ils faut des prisons comme en Norvège et le problème est résolu

  • volontaire mais pas bénévole le 04.09.2020 17:22 Report dénoncer ce commentaire

    Pas peur des responsabilités ? Pardi. Jamais coupables jamais jugés les politiciens. A ce compte là je prends toutes les responsabilités que vous voulez avec le salaire qui va avec.

  • Encore censuré le 04.09.2020 16:47 Report dénoncer ce commentaire

    Il a déjà fait tellement au niveau du logement, je n'attends rien de lui comme ministre de la sécurité. Je veux des actes et pas des blabla qui durent depuis tellement d'années. Ils sont tellement bien payés pour ce genre de résultat!

  • Maxime le 04.09.2020 16:36 Report dénoncer ce commentaire

    Copions tout simplement le modèle singapourien qui fonctionne, sans instaurer la peine de mort bien evidemment. Singapour est l'un des pays les plus surs au monde, grace a sa politique stricte vis-à-vis de la delinquance et des drogues. Faisons de même, ou nous finirons dans la même direction que la France, la Belgique, les Pays-Bas ou encore, l'Allemagne!