Au Luxembourg

02 décembre 2020 07:00; Act: 02.12.2020 16:50 Print

Il n'a pas vu ses enfants pendant 202 jours

LUXEMBOURG - Pour des raisons motivées par la crise sanitaire puis un conflit parental, un papa n'a pas vu ses enfants de 6 et 7 ans entre avril et octobre.

storybild

Une histoire qui rappelle comment le contexte général cette année a aussi compliqué certaines situations très intimes... (photo: Pixabay)

Sur ce sujet
Une faute?

Le 7 octobre 2019, le tribunal d'arrondissement de Diekirch prononçait le divorce de Julien* et son épouse. Fixant la résidence des trois enfants du couple «en alternance aux domiciles de leurs parents une semaine sur deux». Un fonctionnement officialisé qui a perduré «jusqu'au début de l'état de crise» lié à l'épidémie de coronavirus, raconte le papa à L'essentiel. Selon lui, tout a basculé le 23 mars 2020, quelques jours après les premières mesures de confinement décidées par le gouvernement luxembourgeois. La maman avance alors «la crise sanitaire» pour demander à ce que les deux plus jeunes enfants, de 6 et 7 ans, «restent confinés au domicile de leur mère jusqu'à nouvel ordre des autorités».

Et c'est véritablement à partir de début avril que le papa n'a plus revu ses deux plus jeunes enfants. Un témoignage confirmé par des dépôts de plainte et différents documents de justice consultés par L'essentiel. «Ils ont vu leur père à maintes reprises sonner à la porte et repartir sans eux», explique un avocat de l'homme qui avait même écrit, fin mai, aux ministres de la Justice et de l'Enfance. Sans succès. Pas plus que les différentes étapes judiciaires sollicitées. Jusqu'à il y a quelques jours...

Aucune contre-indication

La maman n'a pas donné suite aux sollicitations de L'essentiel. Par voix de justice, elle motivait son choix «par le comportement du père qui aurait engendré un changement du comportement des enfants», et demandait la fin de la résidence alternée. La défense de Julien estimait néanmoins pouvoir trouver une conciliation malgré une situation à l'arrêt. Le rapport d'une thérapie familiale a conclu, début octobre, à «aucune contre-indication à ce que le père reprenne les enfants».

Une audience, fin octobre, a finalement enclenché «une reprise progressive des gardes» pour le papa, et un retour de la garde alternée, «à partir de la première semaine de janvier 2021». Il sera donc resté «202 jours», depuis le 6 avril, sans voir les deux petits cette année. «Le maintien de la résidence alternée présente l'avantage de la stabilité telle qu'elle avait existé avant le confinement», a relevé le juge aux affaires familiales. Une histoire qui rappelle comment le contexte général cette année a aussi compliqué certaines situations très intimes...

*Prénom modifié

(L'essentiel/Nicolas Chauty)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Justice de banane le 02.12.2020 08:15 Report dénoncer ce commentaire

    J'ai exactement le même souci. Et je me demande vraiment s'il y a bien égalité entre homme et femme dans la justice de ce pays. Devant un juge (pas tous heureusement), le père n'a qu'à subir.

  • Lelooo le 02.12.2020 07:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    après on nous parle d'égalité homme femme... Égalité à sens unique

  • gonzi le 02.12.2020 07:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les mères se croient tout permis après le divorce et trouve plein d’excuses pour éviter que le père ne voit ou voient le ou les enfants. Triste

Les derniers commentaires

  • Claire le 03.12.2020 10:26 Report dénoncer ce commentaire

    Au lieu de se taper dessus comme des gamins en maternelle, ces soi-disant adultes devraient revoir leurs priorités! Honte à cette dame de refuser au père de voir ses gosses.

  • jeanclaude le 03.12.2020 09:15 Report dénoncer ce commentaire

    mais que fait la police? c'est inacceptable, le juge devrait automatiquement révoquer le droit de garde pour la mère qui ne respecte pas le droit

  • Les MONDIALISTES! le 03.12.2020 07:53 Report dénoncer ce commentaire

    La féminisation des postes de juge, (4 juges femmes et assesseurs et procureurs (100%) à mon dernier passage au tribunal pour le permis) de policiers ou psychologues est une catastrophe. Je n'ai pas vu mon fils pendant deux mois "à cause" du corona! L'hystérie féminine à tous les niveaux de décision! Finalement, c'est un Monsieur policier, qui par un simple coup de téléphone, a gentiment expliqué à mon ex qu'elle n'avait pas le droit de séquestrer mon gamin sous prétexte sanitaire quel qu'il soit! Un père à droit de visite reconnu, comme sa mère, même sous épidémie! Merci Bettel!Tout détruire!

  • Pascal le 03.12.2020 05:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je suis un papa génial et pourtant avant la séparation les paroles de la mère de la fille étaient les suivantes : « je n’ai qu’a déposer plainte et dire que tu es menaçant pour qu’on t’expulse de la maison », « tu ne verras plus ta fille, ici au Luxembourg, la loi est toujours pour les mamans », ... La triste réalité !

    • Unicorn le 03.12.2020 14:58 Report dénoncer ce commentaire

      Ce que tout le monde ignore, c'est que le parquet, comme dans minority report, à des aptitudes de prévoyance, il peut expulser sur simple suspicion que l'homme pourrait user de violence, sans aucune preuve sinon des allégations. Alors de tels propos de femmes, j'en connais quelques unes, sont explosives, surtout si la maison appartient au mari seul, ne pas voir ses enfants et voir le nouvel amant s'installer dans sa maison ... il y en a qui ont disjoncté et fini en prison, voilà la triste réalité du Luxembourg.

  • zenobe le 02.12.2020 21:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    la chance