Au Luxembourg

25 novembre 2016 09:00; Act: 25.11.2016 09:44 Print

Il perd le premier round contre les télécoms

LUXEMBOURG - Il voulait faire reconnaître un système de facturation «défaillant» dans la téléphonie mobile. Michel Sermon reste sur sa faim.

storybild

Michel Sermon a monté des dossiers fournis contre des opérateurs, qu’il porte notamment devant la justice belge depuis des années. (photo: L'essentiel/Mathieu Vacon)

Sur ce sujet
Une faute?

En conflit avec Tango, Michel Sermon avait refusé de payer ses factures de téléphonie mobile, jugeant la facturation incorrecte. Le client de l’opérateur avait comparé ses factures avec des relevés précis de ses communications, les statistiques d’appel. Et avait noté des erreurs.

Il était entendu par la justice de paix au début du mois, pour exposer un système de facturation «fausse et faillible». Le 17 novembre, le tribunal a déclaré fondé le contredit de Michel Sermon. Mais, entre-temps, Tango a communiqué au juge son souhait de ne pas poursuivre l’affaire, et abandonnait de fait le recouvrement des impayés.

Pas de poursuites dans certains cas

«L’affaire n’a pas été jugée sur le fond», constate amèrement le Belge, qui comparaissait au nom de sa société luxembourgeoise, aujourd’hui revendue. Lui voulait démonter un système qu’il considère opaque, et jouant en défaveur des consommateurs. Il estime que Tango a préféré ne pas s’acharner à réclamer les 737,56 euros de facture qu’il refusait de payer par principe, plutôt que de voir exposer des «failles» et créer un précédent.

«Dans certains cas, le département financier décide de ne pas poursuivre. Ce n’est ni parce que le montant est faux, ni la facturation trompeuse, mais pour des critères de gestion. C’est un choix par rapport à des ressources qui peuvent être limitées», rétorque Luis Camara, directeur marketing de Tango. Et l'opérateur de s’engager à recevoir l’ancien client pour lui prouver qu’il n’y a pas d’erreurs.

(Mathieu Vacon/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Philippe le 25.11.2016 09:26 Report dénoncer ce commentaire

    Euuhhh...je ne comprends pas comment se fait t'il que "l'accusé" puisse mettre un terme lui-même au process ????' Ce n'est pas Tango qui poursuit ce monsieur, c'est se monsieur qui poursuit Tango..On marche sur la tête !!!! Si je commet un meurtre ja' le droit de mettre fin au process aussi alors !!!! N'importe quoi...

  • La blague le 25.11.2016 09:19 Report dénoncer ce commentaire

    Peur de devoir rembourser tous les clients plutôt

  • L'étudiant en herbe le 25.11.2016 10:07 Report dénoncer ce commentaire

    Tactique également employée par les banques! Elles préfèrent abandonner les poursuites pour recouvrement de crédit non-payé plutôt que d'avoir un précédent qui démontrerait qu'elles ne respectent pas toujours la loi en matière d'informations données au client, et de vérification de solvabilité.

Les derniers commentaires

  • pat64 le 26.11.2016 08:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    De mon côté j'ai perdu contre la Post télécom.

  • injuste le 25.11.2016 13:23 Report dénoncer ce commentaire

    un simple bonhomme ne peux rien contre une puissance t'el qu'un opérateur... la preuve !

  • Avis aux amateurs! le 25.11.2016 13:09 Report dénoncer ce commentaire

    Bref, vous avez tous compris? Allez je résume... Arrêtez tous de payer vos factures télécom! Car vu que les opérateurs savent qu'ils jouent sur les factures, ils montrent très vite les dents quand vous ne payez pas dans les temps, mais se dégonflent aussi vite qu'un ballon de baudruche dans la gueule d'un pitbull dès qu'on ose contre-attaquer sur leur gestion et manipulation des tarifs...ce messieur nous a tout simplement montrer la marche à suivre pour se défendre le jour où vous aurez un litige avec votre opérateur sur une facture! Où si vous ne souhaitez plus payer vos factures pdt qq mois.

  • Rossi le 25.11.2016 12:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tango c'est la pire des sociétés au Luxembourg. Je n'ai jamais rencontré plus d incompétence. Mais bon sans doute le salaire qu'il offre ne permet pas de recruter autre chose.

    • C'est pire le 25.11.2016 16:42 Report dénoncer ce commentaire

      Attendez je suis en conflit avec SFR ex-Numéricable ex-Coditel, pour non-respect des tarifs et des conditions contractuelles. Et j'irai au bout (pas de chance pour eux ils ont voulu se moquer de moi pour parler gentiment, mais je suis juriste...) car c'est la deuxième fois (après l'arnaque lors du changement de tva, et les non-remboursements des acomptes). Et là si jamais nous passons devant le juge vous verrez ce qu'est vraiment une société tordue. Chez Tango c'est un peu différent "tant que moins de 1 client/10 se plaint ils ne bougent pas", spéciale comme mentalité de service!

  • Albertini le 25.11.2016 12:20 Report dénoncer ce commentaire

    J'ai quitté cet opérateur pour les mêmes raisons il y a déjà plusiures années, je constaté qu'il continu à le faire...je conseille de bien contrôler le détail de la facture et réclammer même pour quelques euros si pas gain de cause alors résilier votre contrat.