Au Luxembourg

09 juillet 2020 09:17; Act: 09.07.2020 10:19 Print

Il y aura un procès en appel dans l'affaire du Srel

LUXEMBOURG - Le parquet a indiqué ce jeudi avoir fait appel de l'acquittement de trois anciens agents du Service de renseignement de l'État.

storybild

Marco Mille, André Kremmer et Fränk Schneider (de g. à d.) devront à nouveau faire face aux juges.

Sur ce sujet
Une faute?

Il y aura un nouveau procès du Srel. Le parquet a indiqué ce jeudi matin que «le procureur d'État a interjeté appel au pénal contre le jugement» dans l'affaire du Srel, rendu le 25 juin. Trois anciens agents du service de renseignement de l'État luxembourgeois poursuivis pour des écoutes présumées illégales avaient été acquittés.

Le parquet précise que les dates du procès en appel seront communiquées ultérieurement. On ignore pour le moment si l'ancien Premier ministre et ex-président de la Commission européenne sera à nouveau appelé à la barre. Jean-Claude Juncker avait en effet été entendu comme témoin, le 4 mars, lors du premier procès.

Le trou de mémoire de Juncker

Marco Mille, ancien directeur du Srel, Fränk Schneider et André Kemmer, deux anciens agents du Srel étaient accusés d'avoir procédé à des écoutes illégales en 2007, dans le cadre de l'enquête sur le Bommeleeër, un poseur de bombe qui a sévi dans le pays entre 1984 et 1986 et dont l'identité demeure aujourd'hui encore inconnue.

Les agents se sont défendus en affirmant que les écoutes n'étaient pas illégales, puisqu'ils avaient eu l'autorisation orale du Premier ministre d'alors, Jean-Claude Juncker, de les mener. Ce que les juges avaient estimé «crédible». L'ancien chef du gouvernement avait soutenu à la barre n'avoir «pas de souvenir concret» d'avoir autorisé ces écoutes. Le paquet avait requis des amendes jusqu'à 125 000 euros contre les trois accusés.

(jw/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Phi le 09.07.2020 11:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ah oui séparation des pouvoirs?

  • Luxo le 09.07.2020 10:44 Report dénoncer ce commentaire

    Nous avons vraiment un premier ministre qui se moque des Luxemembourgeois. Comment peut-on croire qu'il a perdu la mémoire après avoir fait reporter le procés car il se sentait mal? Pourquoi le tribunal ne convoque pas le Grand Duc? Il est quand même question d'une conversation entre lui et J.C. Junker. Serait il au-dessus des lois?

  • Schlapp le 09.07.2020 11:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Quel feuilleton passionnant, on dirait braquo !

Les derniers commentaires

  • Claude le 10.07.2020 14:00 Report dénoncer ce commentaire

    Gambia ne veut pas accepter, que le SREL était juste un prétexte pour le putsch.

  • Phi le 09.07.2020 11:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ah oui séparation des pouvoirs?

  • Schlapp le 09.07.2020 11:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Quel feuilleton passionnant, on dirait braquo !

  • Luxo le 09.07.2020 10:44 Report dénoncer ce commentaire

    Nous avons vraiment un premier ministre qui se moque des Luxemembourgeois. Comment peut-on croire qu'il a perdu la mémoire après avoir fait reporter le procés car il se sentait mal? Pourquoi le tribunal ne convoque pas le Grand Duc? Il est quand même question d'une conversation entre lui et J.C. Junker. Serait il au-dessus des lois?

    • c'est la Loi le 09.07.2020 13:00 Report dénoncer ce commentaire

      Le Grand-Duc est litéralement au-dessus des lois. Il pourrait tuer des personnes en pleine Grand-Rue et légalement il ne lui arriverait rien

    • Unicorn le 09.07.2020 18:16 Report dénoncer ce commentaire

      l'affaire principale n'est pas le sujet du procès, seule la forme de l'autorisation est examinée, alors que l'on sait parfaitement que des écoutes illégales sans autorisations écrites ont été monnaie courante, y compris les miennes, il y a 25 ans. Le Directeur du SREL m'a fait le clin d’œil en guise de confirmation et la tension électrique sur ma ligne était différente, plus élevée que les lignes analogues. Le procureur agi pour la forme, pour faire semblant qu'il fait fonctionner la justice. Quelle comédie publique.

  • censuré le 09.07.2020 10:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    pourquoi dépenser autant d'argent et de temps en procès ? dans les milieux informés, la vérité est connue certainement mais cela n'a plus d'intérêt maintenant.