Au Luxembourg

01 octobre 2021 10:00; Act: 01.10.2021 11:00 Print

Ils veulent créer une nouvelle expérience café

LUXEMBOURG - Patrick Gianni, 39 ans, et Vincent Della Schiava, 26 ans, ont fondé une start-up familiale qui vise à donner au Luxembourg le goût du café spécial.

Sur ce sujet
Une faute?

Pour la journée internationale du café, Jean-Louis Zeien, président de Fairtrade Luxembourg, invite à «regarder au-delà du bord de votre tasse de café». Quatre nouveaux projets innovants liés au café ont été présentés à cette occasion. L'essentiel s'est penché sur une de ces initiatives. Patrick Gianni, 39 ans, a fondé avec son filleul Vincent Della Schiava, 26 ans, une start-up de torréfaction de café, qui vise à offrir aux résidents du Luxembourg «une toute nouvelle expérience café et plaisir».

Dans la cave des parents de Patrick et des grands-parents de Vincent, les deux Luxembourgeois torréfient depuis le début de l'année des cafés spéciaux élaborés à partir de grains de qualité provenant de différents continents. «Nous travaillons avec des grains très rares et souhaitons donner au Luxembourg le goût du café spécialisé», explique Vincent, qui soutient actuellement son parrain à temps partiel. Mais qu'est-ce qui rend notre breuvage de réveil préféré «spécialisé»? Il se reconnait à sa qualité, explique Patrick, le fondateur de l'entreprise. «Vous pouvez bien entendu traiter les grains selon le principe "c'est brun ou noir, c'est du café". Mais cela ne rend pas justice aux gens derrière, à l'origine du café et aux grains».

© Feierboun Coffeeroasters

Tirer le meilleur parti de chaque grain de café n'était pas simple, au départ. «Le café était bon parce que les grains étaient bons, mais nous avons dû affiner notre technologie», explique Vincent. Le défi consiste à donner aux arômes la chance de se développer et de trouver le niveau de torréfaction parfait pour chaque variété de grain. «Il s'agit en fait d'apprendre en faisant des erreurs», s'amusent les propriétaires de l'entreprise familiale en se rappelant leurs débuts. La dégustation, en particulier, demande beaucoup de pratique. «Nous vivons dans une société qui ne profite presque plus. Les repas sont dévorés, les boissons tout simplement avalées. À un moment donné, tout a le même goût. Le système sensoriel doit d'abord être formé à la variété des saveurs», explique Patrick, qui a exaucé un de ses rêves de cœur avec cette entreprise.

La nouvelle édition limitée de Cuped sera lancée ce vendredi à l'occasion de la Journée internationale du café.

Leur café provient de petites exploitations, il ne peut pas être comparé au café industriel. Outre l'explosion gustative, ce qui compte pour les jeunes entrepreneurs, c'est avant tout l'humanité derrière le produit. Un aspect qui devrait être encore approfondi le 1er novembre. Pour leur premier café avec la boutique Fairtrade, les torréfacteurs passionnés collaborent avec la coopérative Cafesmo (Cafés especiales Mercedes Ocotepeque). À cette date, Cafesmo et «Feierboun», comme la start-up s'appelle également, se rencontreront à Bascharage, dans le petit mais très efficace atelier de torréfaction. «Sans ces personnes et leur travail acharné, nous n'aurions pas ce produit. Nous espérons élargir ce contact et leur rendre visite sur la plantation et aider là-bas», au Honduras, conviennent les experts.

Dès que les fèves importées arrivent à Bascharage, tout passe entre les mains des deux jeunes entrepreneurs. De la torréfaction au Cupping (voir encadré) en passant par l'emballage, tout est fait par ces quatre mains. À long terme, cependant, le sous-sol devrait à nouveau appartenir aux parents ou aux grands-parents. Les deux partenaires rêvent d'ouvrir leur propre coffee shop. «L'accent doit toujours être sur le café. Ce serait bien d'avoir une torréfaction où les invités peuvent déguster leur café pendant qu'ils peuvent regarder à travers un mur de verre comment est créé ce qui se trouve dans leur tasse». Tel est le rêve de l'oncle et de son filleul pour l'avenir de «Feierboun».

(Liz Mikos/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • cequifaut le 01.10.2021 10:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    bravo messieurs, soyez raisonnable dans les tarifs,votre succes sera au rendez-vous

  • Ex-Amoureux du GDL le 01.10.2021 10:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tous mes voeux de reussite à ces très( trop) rares entrepreneurs locaux qui ont su dépasser l'appel des sirènes des concours de fonctionnaires luxo qui appauvrissent tant intellectuellement ce pays..

  • LOL le 01.10.2021 11:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ???? Bravo aux jeunes entrepreneurs ! Tous mes veux de réussite et bonheur.

Les derniers commentaires

  • luxo le 07.10.2021 04:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Encore une pub gratuite pour une initiative privée qui cherche des pigeons!

  • Palamunitan le 02.10.2021 19:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Continuez de croire en l’impossible. BONNE CHANCE !

  • Lapid le 02.10.2021 16:00 Report dénoncer ce commentaire

    .. depuis 20 ans je bois du café instantané. Et surtout pas trop fort. Une demi cuillère pour un bol.. les autres cafés, je suis pas fan, j’avoue.

  • Moien le 02.10.2021 08:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    J’aime le café… peux-t-on déjà acheter leur café ? Où ? Bravo et bon succès pour eux

  • Gaë le 02.10.2021 06:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @doudzz, bloosy french et veritis : parce qu’il existe déjà un ou des torréfacteurs au GDL, et qui, en plus, gage de qualité supérieure, sont tenus par de « vrais » Luxembourgeois, ce n’est pas la peine d’en avoir d’autres ? C’est ça votre ambition pour le GDL ? Vous estimez que votre pays est tellement petit qu’un seul commerce ou une seule activité par type est bien suffisante, du moment qu’elle est tenue par un Luxembourgeois ?