Au Luxembourg

27 septembre 2020 19:21; Act: 28.09.2020 11:56 Print

«Ils veulent leurs sneakers et y mettent le prix»

LUXEMBOURG - Le Covid-19 n'a pas freiné les ardeurs des acheteurs, dimanche, lors de la Sneakermess, à Luxexpo.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Cette fois, c'est sûr, le virus du Covid-19 n'a aucun impact sur celui des sneakers. Ni sur la fièvre que suscitent ces paires de baskets, chassées comme des trésors, ni sur les prix.

Les organisateurs ont pourtant dû jongler avec des tas de contraintes pour que leur Sneakermess puisse avoir lieu dimanche à Luxexpo malgré la pandémie. Nombre de visiteurs simultanés plafonné à 850, planning d'entrée pour limiter les files, masques, gel, nombre d'exposants réduit pour garantir des couloirs de 4 mètres entre les stands: le défi était énorme, reconnaît Ronny. «Et pourtant, avec 1 200 préventes et les entrées du jour, c'est notre meilleur événement en nombre de visiteurs».

«Dès qu'une célébrité en porte, leur cote monte de 200 ou 300 euros»

Dans les allées, on fouine. Au top cette année: les Jordan One. Une tendance renforcée par la série «The Last Dance». «Il y a moins de vendeurs que l'an passé, mais j'ai trouvé mon bonheur», sourit Pitt, venu enrichir sa collection, qui compte une dizaine de paires à 300 ou 400 euros.

«Je pensais que le virus aurait un impact, car cela reste une bourse. Mais les prix et le pouvoir d'achat des gens n'ont pas changé, assure Raphaël, un Lillois dont la meilleure vente hier a atteint 700 euros. Les gens les veulent tout de suite et ils mettent le prix». Certaines paires valent même des milliers d'euros. «Dès qu'une célébrité en porte, leur cote monte de 200 ou 300 euros, raconte Arthur, 17 ans, venu avec sa mère et en passe de dépasser son budget: «Allez on va dire que ce sera 1 000 euros max!», pour deux paires et deux tee-shirts. À ses côtés, sa mère ne partage pas franchement sa passion mais elle comprend. «Pourquoi pas et il travaille bien à l'école, ça aide», sourit-elle. «Ma mère ne voulait pas venir, mais elle m'a accompagné pour me faire plaisir. J'ai de la chance avec mes parents», enchaîne Arthur.

Imane, Noa et Ilana, elles, en sont encore à «faire le tour» à la recherche de la perle rare. Chacune à un modèle bien précis en vue, confirmant que cette fièvre des sneakers touche aussi les filles. Le prix? «C'est assez cher mais ça dépend de la rareté. C'est la rareté qui fait tout», concluent-elles.

(Nicolas Martin/ L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Jingsa le 27.09.2020 22:55 Report dénoncer ce commentaire

    Une génération perdue .. leur vie ne vaut pas plus qu’une paire de chaussure made in china fabriqué à 10 euro revendu 300 et plus. Pathétique

  • Luxo67 le 27.09.2020 20:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Des fils et filles à papa qui n’ont d’autre préoccupation et de problèmes que de choisir la couleur de leur sneaker à 1000 balles. Le monde luxembourgeois du paraître pour ne pas disparaître.

  • Lea le 27.09.2020 19:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je trouve cela ridicule surtout en pleine pandemie. Il n y avait aucune urgence vital à réaliser cet événement mais sûrement qu'il doit y avoir trop D argent en jeu.

Les derniers commentaires

  • JDFB le 28.09.2020 13:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et dire qu'ils ne savent même pas le prix d'une baguette...

  • luxo le 28.09.2020 13:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On ne juge pas les luxembourgeois. On rappelle simplement qu’il y a trop de pauvres qui doivent survivre à côté des nombreux riches. Il faut reconnaître que nôtre pays est un pays à deux vitesses et celui des inégalités financières. On est loin d ‘arriver avec 90% de la population qui vit avec un revenu compris entre 4000 et 5000€

    • Rigolo le 29.09.2020 08:06 Report dénoncer ce commentaire

      "On ne juge pas les luxembourgeois" la bonne blague... tu passe ta vie a les juger, les critiquer, les mépriser... c'est meme ton passe temps préféré... on est pas dupes tu sais Luxo, on as bien compris que tu as un probleme avec eux... c'est pas la peine de une fois de temps en temps utiliser un langage plus sobre... le fond de tes pensées, tout le monde l'a compris....

  • luxo le 28.09.2020 13:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    « Les gens ne volent pas leur argent » Cette affirmation ne concerne pas les fonctionnaires ni les salariés des associations financer par l’état . La plupart des hauts salaires au GDL ne sont pas justifiés. Il y a un véritable problème au GDL lorsque l’on voit le nombre de jeunes capables de s’offrir des baskets à 1000€ alors que 20% des enfants vivent sous le seuil de pauvreté au Luxembourg et n’ont pas accès pour une question de coût à une alimentation de qualité.

  • luxo le 28.09.2020 13:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Scandaleux ! Les organisateurs auraient dû plafonner les prix de vente à 50€ et à 10€ pour les occasions. Seule les chaussures 100% fabriquées en France ou au Luxembourg devraient pouvoir se vendre plus de 100€

  • Gazon le 28.09.2020 11:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La semaine prochaine, dimanche, j'organise devant chez moi une vente de brins de gazon, 500 € les 20 brins, et tout verts en plus ! intéressé ?