Banque au Luxembourg

07 février 2017 13:06; Act: 07.02.2017 14:38 Print

ING Luxembourg investit dans le digital

LUXEMBOURG - ING Luxembourg a vu son volume d'activités augmenter l'an passé, et mise sur le digital pour poursuivre sa croissance.

storybild

Le réseau physique n'est pas délaissé pour autant, avec l'ouverture récente d'une seizième agence à Weiswampach. (photo: L'essentiel)

op Däitsch
Sur ce sujet
Une faute?

ING Luxembourg a dégagé un bénéfice net de 103,6 millions d’euros en 2016, en retrait sur un an (107,1 millions d’euros pour l’exercice 2015). Et ce malgré un chiffre d’affaires en progression de 3% à 271,3 millions d’euros. C'est la ligne d'impôts, en hausse de 7%, qui a affecté le bénéfice net, selon les résultats exposés par la banque ce mardi. «Mais le résultat avant impôts montre une progression», s'est félicité le CFO, Philippe Gobin.

Dans la banque de détail, les crédits progressent de 16% sur un an, surtout vers l'immobilier. Mais les revenus suivent peu, à +1%. «Malgré cette hausse d’activité, il est très difficile d’augmenter les résultats en raison des taux d'intérêt qui restent très bas», commente Colette Dierick, CEO d’ING Luxembourg. D'où le lancement d'un produit comme Invest Plan, qui permet aux particuliers d'investir dans des fonds d’investissement avec des sommes modestes. «Ce type de produit permet de nous adapter à cet environnement de taux bas, en facilitant l’accès aux fonds», poursuit la dirigeante.

Le mobile prend le dessus

Le volume d'activités avance aussi en banque privée, avec +25% de crédits et +10% des dépôts mais les revenus chutent de 9% sur un an. «Là aussi, le rendement sur les dépôts n'est pas assez élevé». Le métier de la banque d'entreprise tire son épingle du jeu avec une hausse des revenus de 11%.

Pour son développement, ING Luxembourg mise sur le digital. L'application My ING permet par exemple dorénavant d'initier une demande de crédit à la consommation ou un crédit hypothécaire. «Les nouveaux clients particuliers, à 95%, passent en tout digital», observe Colette Dierick. Et d'expliquer qu'en moyenne un client utilise 25 fois l'application par mois. Autre revirement, fin 2015, 60% des connexions en ligne se faisaient via un ordinateur. Désormais, 63% d'entre elles sont effectuées depuis un appareil mobile.

Le réseau physique n'est pas délaissé pour autant, avec l'ouverture récente d'une seizième agence à Weiswampach. Mais d'autres implantations ne sont pas programmées pour le moment. Le personnel du siège, réparti actuellement sur trois bâtiments, va rejoindre les nouveaux locaux, place de la Gare, dans la capitale, tout au long du mois d'avril.

(Mathieu Vacon/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • francis le 07.02.2017 14:30 Report dénoncer ce commentaire

    digital ? mais ING ne fait pas encore partie du DIGICASH !

  • Justme le 07.02.2017 23:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le digital est un tournant et il ne faut pas se louper certains emplois vont disparaître d autres vont naître... mais est ce que la balance va être équitable ou en faveur de la création d emploi... difficile a prédire mais généralement c est jamais en faveur des employés ... il faut clairement s adapter... A titre d exemple c est un peu comme si on s obstinait a fabriquer en masse des cassettes Vhs alors que la tendence est au numérique... Pour le moment l ancienne génération prefere les agences mais les jeunes eux c est loin d etre le cas... mis a part quelques exceptions....

  • bouboule le 07.02.2017 19:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ing digital? Encore des licenciements. Une politique Malsaine. Le point le plus Important est ni le Client. Ni l employe Mais l actionaire.

Les derniers commentaires

  • Justme le 07.02.2017 23:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le digital est un tournant et il ne faut pas se louper certains emplois vont disparaître d autres vont naître... mais est ce que la balance va être équitable ou en faveur de la création d emploi... difficile a prédire mais généralement c est jamais en faveur des employés ... il faut clairement s adapter... A titre d exemple c est un peu comme si on s obstinait a fabriquer en masse des cassettes Vhs alors que la tendence est au numérique... Pour le moment l ancienne génération prefere les agences mais les jeunes eux c est loin d etre le cas... mis a part quelques exceptions....

    • Caroline le 08.02.2017 09:56 Report dénoncer ce commentaire

      @Justine : Je n'ai rien contre les jeunes, mais je me pose la question suivante : qui apporterait le plus à une banque, l'ancienne génération ou les jeunes ? La notion client est en déperdition totale. Pourtant, sans le client, une banque, ou plutôt ses actionnaires, ne sont rien. Puis, je vous signale qu'on nous fait "penser" que le digital est un tournant. Dommage que les gens, qui suivent les tendances, ne se posent pas plus de questions critiques à ce sujet. Les réponses font froid dans le dos (et vraiment pas uniquement sur les pertes d'emplois).

  • bouboule le 07.02.2017 19:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ing digital? Encore des licenciements. Une politique Malsaine. Le point le plus Important est ni le Client. Ni l employe Mais l actionaire.

  • francis le 07.02.2017 14:30 Report dénoncer ce commentaire

    digital ? mais ING ne fait pas encore partie du DIGICASH !

    • Caroline le 07.02.2017 16:08 Report dénoncer ce commentaire

      @francis : ce n'est peut-être pas plus mal. Regardez ce qui se passe chez ING en Belgique et aux Pays-Bas. Des milliers de licenciements de prévus et la fermeture d'énormément d'agences. Le grand manitou, Rik Vandenberghe, a démissionné de chez ING pour aller chez Besix, la semaine passée ou il y a 2 semaines ... Était-il choqué par ces événements, lui qui ne faisait que clamer son grand amour pour ING ? Il a très mal "défendu" le dossier des licenciements en Belgique, très très mal.