Tornade à Bascharage

10 août 2019 13:22; Act: 12.08.2019 09:49 Print

«J'ai le toit des voisins dans le jardin»

PÉTANGE/BASCHARAGE - Au lendemain de la tornade qui s'est abattue sur Pétange et Bascharage, les habitants accusent le coup et constatent les dégâts.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Comme au lendemain d'une très mauvaise soirée, Bascharage s'est réveillée avec une sérieuse gueule de bois, samedi. Ici, personne n'a vraiment eu le temps de se sécher les larmes, tant la tâche semble immense. Les rues sont jonchées de bris de verres, d'arbres arrachés, de restes d'argile et de mobilier urbain en morceaux. Devant la désolation des sinistrés, le bal incessant des camions de pompiers, des véhicules de la commune et même de l'armée, venue prêter main forte, rythme le quotidien. Les entreprises de toitures sont, elles, venues constater les dégâts.

«Ce sont surtout les maisons orientées vers l'ouest qui ont été touchées. La mienne est centenaire et rien n'a bougé. Les résidences plus récentes ont en revanche souffert», note Paul, habitant de la commune. Certains toits n'ont pas tenu, laissant les habitants désemparés. «Imaginez votre toit qui s'envole, vos pièces sans plafond. On doit tout vider. C'est terrible», explique une habitante particulièrement touchée.

« Tout volait, des pierres, de la tôle et des restes de toitures»

Entre deux clichés pour les assurances et quelques coups de balais sur le trottoir, commerçants et résidents se souviennent de ces quelques minutes en enfer, quand la tornade a déboulé sur leur quartier. «C'était l'apocalypse. J'étais avec des clientes que j'ai tenté de rassurer. Elles se sont confinées et ne sont pas sorties avant 20h. Alors que tout était fini! C'est dire à quel point nous avons eu peur», raconte Djiga Rigatono, responsable du salon d'esthétique «Escale Essentielle».

«Je n'arrivais même pas à fermer la fenêtre. En un coup de vent, je me suis retrouvée avec le toit de mon voisin dans le jardin. C'est dingue», confie-t-elle. «On voyait le tourbillon, tout volait, des pierres volaient, de la tôle et des restes de toitures. Je n'avais jamais vu cela auparavant», poursuit Paul. Deux minutes ravageuses que les habitants de Bascharage ne sont pas prêts d'oublier...

(Thomas Holzer/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • cerise le 10.08.2019 17:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mon fils et son copain sont partis directe hier pour les aider toute la soiree car un appel avait ete demande.....

  • Le Belge le 10.08.2019 17:47 Report dénoncer ce commentaire

    Bon courage à tous ces gens.J'espère que le gouvernement ouvrera un fond des calamités pour les aider car attendre que les assurances bougent. Le politique doit ouvrir un centre d'aide aux gens vis à vis des assurances.

  • polux le 11.08.2019 08:32 Report dénoncer ce commentaire

    un simple aperçu de ce que d'autres vivent à travers le monde par la faute de notre pollution.....j'ai été aider ces gens hier pas pour me donner bonne conscience mais pour leur apporter un peu de soutient car certains ont tout perdu, Dame nature nous rappel que si nous changeons notre environnement nous en subirons les conséquences....

Les derniers commentaires

  • Francois xavier le 11.08.2019 14:50 Report dénoncer ce commentaire

    Pour les toits envolés, voir aussi qui est le fabricant de la maison

  • Rudy le 11.08.2019 13:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Y a tjr eu des tornades c pas la première ni la dernière

    • djodjodjo57 le 12.08.2019 09:19 Report dénoncer ce commentaire

      Dans notre région ?

  • polux le 11.08.2019 08:32 Report dénoncer ce commentaire

    un simple aperçu de ce que d'autres vivent à travers le monde par la faute de notre pollution.....j'ai été aider ces gens hier pas pour me donner bonne conscience mais pour leur apporter un peu de soutient car certains ont tout perdu, Dame nature nous rappel que si nous changeons notre environnement nous en subirons les conséquences....

  • Kloungy le 10.08.2019 18:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Juste aux trois frontières. Le message de dame nature ne pouvait être plus clair. Malheureux pour ces gens qui sont les premières victimes d'une nature dereglee par la surconsommation.

    • @kloungy le 11.08.2019 17:34 Report dénoncer ce commentaire

      C'est bien de faire des commentaires intelligents. Mais qu'est-ce que vous faites concrètement contre la surconsommation ?

  • Le Belge le 10.08.2019 17:47 Report dénoncer ce commentaire

    Bon courage à tous ces gens.J'espère que le gouvernement ouvrera un fond des calamités pour les aider car attendre que les assurances bougent. Le politique doit ouvrir un centre d'aide aux gens vis à vis des assurances.