Violence faite aux femmes

25 novembre 2021 09:00; Act: 26.11.2021 19:09 Print

«Je me disais que c'était impossible... puis un jour»

LUXEMBOURG - Après avoir vécu l'enfer de la violence domestique, Ana a lancé un projet vidéo pour «enfin faire entendre la parole des femmes».

Sur ce sujet
Une faute?

Il y a un an, Ana nous racontait le calvaire qu'elle avait vécu pendant de nombreuses années, auprès d'un homme violent. Dans une vidéo diffusée sur Facebook, elle invitait toutes les femmes victimes à «partir» et «que la peur change de camp». Depuis, elle reçoit de nombreux témoignages et œuvre sans relâche pour que les femmes puissent enfin s'extirper d'une situation qu'elles pensent inextricable.

«Quand j'étais violentée, je me disais tout le temps, c'est impossible que je m'en sorte, c'est impossible, impossible. J'écrivais même ce mot tout le temps et puis un jour, sans faire exprès, j'ai mis un espace entre le M et le P et j'ai vu "I'm possible", ça a été comme un déclic, je me souviens, c'était en 2010». Elle décide de contacter «Femmes en détresse» pour la première fois, le premier pas vers une lente sortie des enfers. «Du coup, c'est devenu comme un slogan pour moi».

«On n'a rien fait de mal»

Un slogan qui est le titre d'un projet qu'elle a développé avec le Zonta Club Luxembourg Multiculturel, en partenariat avec l'Œuvre nationale de secours Grande-Duchesse Charlotte. À ses côtés, trois femmes, Liv, Patz et Mary qui ont vécu la violence d'un père, d'un mari ou d'un éducateur. Elles racontent leur histoire face caméra, à visage découvert. «Elles ont toutes immédiatement voulu témoigner à la lumière, parce qu'on n'a rien fait de mal, on n'a pas à avoir honte».

Les quatre vidéos seront diffusées sur les réseaux sociaux tout au long de l'Orange Week, «pour faire passer un message fort», indique Ana, qui a défilé avec ses enfants, à Esch-sur-Alzette, pour la marche contre la violence faite aux femmes, samedi dernier. «Je voulais montrer à ma petite fille qu'une femme n'a pas à être contrôlée par un homme et vice-versa, que les femmes et les hommes sont égaux». Quant à son fils, un peu plus grand, il lui a offert le plus beau des rêves: «Il m'a dit: "Maman, quand je serai grand, je voudrais être avocat pour défendre les femmes comme toi et les enfants comme moi».

(Marion Chevrier/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Unicorn le 25.11.2021 11:05 Report dénoncer ce commentaire

    La question à la base que je me pose toujours, pourquoi les femmes préfèrent les bad boys...

  • Homme ayant gardé le silence trop lgtmps le 25.11.2021 09:14 Report dénoncer ce commentaire

    Aucune violence permise, ni envers les femmes, et ni envers les hommes. Que les hommes victimes parlent librement aussi. Si une femme infidèle lève la main, ne faites pas pareil, on vous accusera de violences conjugales. Solution: restez seul, c'est mieux.

  • Caroline le 25.11.2021 11:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    moi je suis une femme et je voudrais bien emtendre un homme parler car faut pas oublier beaucoup d homme sont harceler aussi par des femme et même violance la femme de fois il ce la cherche j ai vue des cas ou une femme pousse a bout un homme mais bon je dit pas que tout et comme ça.

Les derniers commentaires

  • sarapapillon le 28.11.2021 20:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Justice humaine, il n’y a pas assez de logements pour chaque être individuel et puis vu les prix …… tu bosseras pour ton loyer et tes factures (tu ne manges pas, tu ne sors pas, tu ne vis tout simplement pas..)

  • Une femme victime mais essaye de sen sor le 27.11.2021 15:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Triste de constater dans ces commentaires que les hommes au lieu de se mobiliser pour éviter à tous cette violence, ils continuent de nier ces faits et reporte encore la faute sur la femme. Longtemps j’ai été humilié et violenté psychologiquement et physiquement par mon conjoint. Il jouait inlassablement la victime après chaque fait (c’est de ta faute… tu es rentrée trop tard… etc). La femme se sent impuissante dans ces moment là donc n’ayons plus peur de sortir du silence.

  • David B le 27.11.2021 06:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    J’ai déjà pris une gifle aussi

  • Témoin désemparé le 26.11.2021 21:19 Report dénoncer ce commentaire

    Il y a une vingtaine d'année, j'ai été témoin auditif de violences répétées à l'étage du dessus. Que faire ? Intervenir directement et risquer de s'exposer (je suis loin d'être un super-héro) ? J'ai opté pour aller à la police, où on m'a dit qu'ils ne faisaient pas de prévention... Je me suis senti inutile Peu importe si c'est un homme qui violente une femme ou l'inverse. La victime ne portera pas toujours plainte. C'est illogique, mais c'est un fait. La question est : comment intervenir en tant que tiers ? Je n'ai pas trouvé la réponse au bout de 20 ans

  • vdv le 25.11.2021 22:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    De nous jours c’est les femmes qui provoque la violence à la maison. Priez pour que sa ne vous arrive pas mR @joo