Nora Back

05 novembre 2019 12:00; Act: 05.11.2019 14:54 Print

«Je ne fais jamais mes achats le dimanche»

LUXEMBOURG - Jean-Luc Bertrand a reçu Nora Back, numéro 2 du syndicat OGBL, élue à la tête de la Chambre des salariés, dans sa séquence «Story», diffusée sur «L'essentiel Radio».

storybild

Nora Back, 39 ans, est pressentie pour prendre la tête de l'OGBL au mois de décembre 2019.

Sur ce sujet
Une faute?

Numéro 2 du syndicat OGBL et élue présidente depuis juin 2019, pour les cinq ans à venir, à la tête de la Chambre des salariés, Nora Back, 39 ans, a répondu aux questions de Jean-Luc Bertrand, dans la séquence «Story», diffusée tout au long de la semaine sur L'essentiel Radio. «Je suis syndicaliste depuis 15 ans, après avoir fait des études de psychologie du travail à Bruxelles», a-t-elle d'emblée affirmé celle qui a commencé sa carrière dans ce syndicat. «Je me suis toujours intéressée au bien-être des salariés dans leur vie au travail, car c'est là où nous passons le plus de temps dans notre vie».

Celle qui pourrait devenir numéro 1 de l'OGBL en décembre 2019 reconnaît qu'aujourd'hui, «partout dans le monde, les syndicats, ont du mal à s'implémenter et à mobiliser les gens». «Mais tous les jours, on travaille sur ce phénomène à l'OGBL et on fait tout pour moderniser notre image de marque pour être plus attractif pour les jeunes», a affirmé Nora Back, qui reconnaît avoir fait une «toute bonne sortie avec ses amies de l'université avec son tout premier salaire». De ses 18 ans, elle garde une image où elle s'amusait beaucoup. «Me Gustas Tu» de Manu Chao, titre sorti en 2001, est d'ailleurs un de ses titres préférés.

«Avoir du temps avec ma famille, c'est le grand luxe»

Fan de «Where is my mind» des Pixies qui figure dans la bande-originale du film «Fight Club», Nora Back, qui se définit en un mot par «liberté» travaille actuellement ardemment sur le dossier du dialogue social. «Le modèle luxembourgeois repose sur le dialogue entre le gouvernement, les employeurs et les syndicats», souligne-t-elle. «Les droits de négociations sont remis en cause et la paix sociale est fragilisée par l'attitude des employeurs».

Et à la question de savoir quel est son rapport avec l'argent, Nora Back ne se défile pas: «Je n'ai pas spécialement de rapport avec l'argent», dit-elle. «Pour moi, l'argent, il est mal réparti dans le monde. On doit faire face aujourd'hui à un grand problème de répartitions des richesses et du pouvoir d'achat. Le luxe suprême pour moi? C'est avoir du temps. Malheureusement, pour le moment, avec mon boulot, je cours de réunion en réunion. Avoir du temps libre avec ma famille, c'est du grand luxe».

«Les achats par Internet ne m'attirent pas»

«Malheureusement, je ne pourrais pas me passer de mon GSM», regrette Nora Back. «Quand je ne l'ai pas avec moi, je ressens tout de suite un manque et je le cherche partout». Pour clôturer son entretien avec Jean-Luc Bertrand, elle a choisi un dernier morceau «Bella Ciao», car «ce titre représente l'organisation et le mouvement des travailleurs», souligne-t-elle. «Pour nous c'est évident, c'est un titre qui transporte. J'ai vu la série «La casa de papel» et j'ai vraiment adoré».

Questionnée finalement sur ses habitudes de consommation, Nora Back précise qu'elle ne parvient pas à faire ses achats sur Internet. «Je ne m'y mets pas», concède-t-elle. «Ce n'est même pas uniquement par conviction, mais c'est aussi parce que cela ne m'a jamais attiré. J'essaie de faire mes achats là où j'habite. Régional, local et bio de plus en plus, mais surtout, jamais les dimanches....».

La playlist de Nora Back

(fl/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Bon sens le 05.11.2019 13:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Dans beaucoup de pays il y a des magasins ouvert le dimanche toute la journée n’en déplaise à cette dame! 7/11 pour n’en citer qu’un ! Si les employés sont traités comme il se doit où est le problème ? Des tas de gens travaillent bien le dimanche.

  • Carina le 05.11.2019 18:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je fais mes achats sur internet tard le soir, ça me permet de passer du temps en journée avec mes enfants au lieu de les trimballer dans les magasins. Et puis je me permets le luxe de faire mes courses alimentaires dimanche matin toute seule, je suis plus rapide seule, pendant qu’ils passent un moment avec leur père. Ça nous permet de faire nos longues sorties le samedi toute la journée au lieu de courir les supermarchés bondés. Chacun s’arrange comme ça lui convient. Et si des gens veulent gagner plus en bossant le dimanche, c’est pas moi qui vais les en empêcher.

  • Tome le 05.11.2019 13:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et elle ne va jamais au restaurant, café, cinéma, station service un dimanche? Elle n utilise ni téléphone eau et électricité le dimanche. Tous ces services impliquent aussi que des gens travaillent le dimanche.

Les derniers commentaires

  • veto le 06.11.2019 23:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Dimanche, pas payee dans la vente, vous faires 2 jours de repos dans la semaine. et le pire, c a n augmente pas l emploi. au contraire, Plus d heures ouvertes, Mais on recrute pas, on licencie. vous vous retrouvez donc souvent seul a gerer plusieurs postes. personnel en conge, pas de Probleme, on embauche des etudiants ou des interims pour 10 heures par semaine Histoire de combler les trous....j en sais quelque chose, j etais dans la vente.

  • moi le 06.11.2019 09:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Elle a jamais pris l’avion le dimanche? Été à l’hôpital? Pris un bus? Manger au restaurant? Passer une nuit à l’hôtel? Je travaille le dimanche parfois et je suis bien content. C’est un supplément de salaire et ça me permet d’avoir deux après midi libre pendant la semaine pour passer avec mes enfants

    • oui toujours toi le 06.11.2019 10:10 Report dénoncer ce commentaire

      Monsieur, ne confondez pas les métiers qui doivent fonctionner tous les jours avec ceux ou l'ouverture du dimanche est un non sens total.

  • gromper le 06.11.2019 08:31 Report dénoncer ce commentaire

    cela permet de recourber aussi l’économie vers le haut.....

    • kichelcher le 06.11.2019 10:11 Report dénoncer ce commentaire

      ou reniveller le niveau social vers le bas

  • repos dominicale le 06.11.2019 07:53 Report dénoncer ce commentaire

    Comme c'est déplorable quand on lit toutes les séries de commentaires ci-dessous, pire les pouces vers le bas qui me choquent dès qu'on parle de progrès social. Les gens prônent l'ouverture du dimanche pour aller acheter un six pack et un kg de tomates, par contre si on demandait à ces mêmes personnes de travailler un dimanche, ils seraient les premiers à crier au scandale.

  • Gilbert le 06.11.2019 01:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et la restauration ils sont obligés de les dimanches et jours férié et on fait rien