MSF au Luxembourg

17 octobre 2021 08:02; Act: 17.10.2021 15:02 Print

«Je sens que le monde tombe en morceaux»

LUXEMBOURG - Le président international de Médecins sans frontières (MSF), le Dr Christos Christou, était en visite au Grand-Duché. Entretien.

storybild

Christos Christou a notamment parlé du climat avec les ministres. (photo: L'essentiel/Séverine Goffin)

Sur ce sujet
Une faute?

L’essentiel: Vous avez rencontré des décideurs du Luxembourg. Quel soutien le pays peut-il apporter à Médecins sans frontières (MSF)?

Dr Christos Christou, président international de MSF: Nous ne voulons pas que notre action soit criminalisée quand nous portons secours à des migrants en mer Méditerranée, dans les îles grecques, ou être perçus comme aidant les terroristes quand nous cherchons à accéder à des populations sous contrôle de groupes armés ou dans des territoires en conflit comme en Afghanistan, en Libye, au Sahel… Le Luxembourg a beau être petit, il pèse lourd dans les décisions européennes en la matière.

Le climat a-t-il aussi été abordé?

Oui, les populations vulnérables payent le plus lourd tribut face au changement climatique. Cet impact est d’ailleurs analysé par MSF Luxembourg qui compile des données internationales. Nous voulons inciter les secteurs économique et politique à agir. Je suis heureux car les acteurs luxembourgeois se sont montrés très réceptifs. Mais nous devons faire plus que simplement réduire nos émissions de CO2.

Les crises ont-elles empiré avec le temps?

Oui. Les ONG opèrent dans des environnements de plus en plus hostiles, où il nous est parfois très difficile de délivrer du matériel et des services médicaux. Nous sommes constamment sous attaque. Il y a peu, nous avons perdu des collègues au Yémen et au Niger. L’an dernier, notre maternité à Kaboul a subi une attaque visant des femmes enceintes et des nourrissons. Actuellement, quand je regarde le monde, j’ai le sentiment qu’il tombe en morceaux. Le futur semble incertain, et l’hostilité va grandissant envers ceux qui veulent aider les autres.

«Un élan de solidarité sans précédent»

Quel impact du Covid?

Les autorités se sont concentrées sur le virus mais pendant ce temps, les crises, la malnutrition, la malaria… n’ont pas disparu. Ces situations ont été négligées et se sont détériorées. La pandémie a montré à quel point le monde était inégal, mettant en lumière des poches de pauvreté et d’exclusion même dans les pays riches. Nous nous sommes retrouvés à des endroits où nous ne pensions jamais aller, à New York aider des sans-abri, en Espagne, en Italie…

Vos donateurs ont-ils été moins généreux, craignant pour eux-mêmes?

Non, au contraire, nous avons constaté un élan de solidarité sans précédent. Malgré l’impact du Covid sur l’économie, les gens ont voulu aider. On aurait aimé pouvoir en dire de même pour les leaders mondiaux. Ici, on parle de 3e dose quand en d’autres endroits, la couverture vaccinale tourne à 2% de la population. Il faut sortir de cette mentalité consistant à faire la charité et mettre en place une vraie collaboration en ouvrant les licences, et en permettant à des continents comme l’Afrique de faire de la recherche et du développement et de produire ses propres vaccins. Nous devons arrêter de nous reposer sur le marché libre qui ne se soucie que de faire de l’argent.

(Recueilli par Séverine Goffin/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Pat le 17.10.2021 10:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Oui, il a dit une phrase pleine de bon sens : le monde tombe en morceaux...

  • DIGOS le 17.10.2021 13:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Si le monde tombe en morceaux! C’est parce que nous croyons encore malheureusement au politiciens,que l’argent est plus nécessairement pour l’armement nucléaire,ainsi que les dépenses militaires.Et surtout les recherches des technologies en bio terrorisme.Mais la pauvreté extrême et les maladies extrêmes,ne semble intéresse personnes aux dirigeants de notre planète.

  • duvaro le 17.10.2021 10:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Jamais un euro pour aucune de ces ONG dont le but principal est d'importer des problèmes et encore plus de violence en Europe. Je préfère de loin donner à la SPA.

Les derniers commentaires

  • vdv le 25.11.2021 14:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le monde est à la fin du sicle. Rien à voir avec le échauffement, c’est simplement que notre temps est fini. Il faut laisser la place. Les dinosaures on disparus, alors pourquoi pas nous ???.

  • Roberto le 18.10.2021 10:24 Report dénoncer ce commentaire

    Le monde tomberait en poussiere si MSF n'existait pas...

  • Hello le 18.10.2021 10:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il a dit une phrase pleine de sens : l’hostilité va grandissant envers ceux qui veulent aider les autres. Chers compatriotes, au lieu de critiquer ce monsieur, faites son travail . Bravo à vous ! On a besoin de plus de gens comme vous dans ce monde !

  • veritis le 18.10.2021 08:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    avec le fric que reçoivent ces associations.... le monde tombe en lambeaux depuis longtemps. et c'est une chose voulue

  • vitoyen libre le 18.10.2021 07:49 Report dénoncer ce commentaire

    le Luxembourg aura bientôt besoin de Médecins sans frontières sur son sol