Un bébé à 16 ou 20 ans

13 mars 2013 10:32; Act: 13.03.2013 14:52 Print

«Je suis maman, plus vraiment une ado»

WALFERDANGE – Elles sont devenues mères à 16, 18 ou 20 ans et habitent au foyer «Jeunes Mamans» le temps de retrouver un équilibre. Rencontre avec Michelle, Caroline et Noémie.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

«C’est ton neveu? Non non c’est mon fils. Mais quel âge as-tu? 18 ans. Ah bon?!». Voilà le genre de discussion que Michelle peut avoir avec les autres mères lorsqu’elle va chercher son petit garçon de deux ans à la crèche. «Parfois, elles écarquillent les yeux!», lance-t-elle en riant. Toujours souriante, Michelle a pris l’habitude de ne plus faire attention au regard des autres. La jeune femme vit au foyer «Jeunes Mamans» de Walferdange avec sept autres filles, le temps de se prendre en main et de devenir plus autonome.

Ses yeux pétillent lorsqu’elle montre les photos de son fils Mickael, accrochées sur les murs de sa chambre. «À 16 ans, lorsque mon ventre a commencé à pousser je ne sortais plus. J’avais honte», raconte la maman. Il est trop tard pour avorter, alors elle décide de le garder car l’abandonner «c’était pire que tout!». Depuis l’arrivée de Mickael, sa vie a complètement changé. «Je n’ai pas l’impression d’avoir 18 ans. Normalement, on sort, on se maquille ou on regarde la télé! Moi, mon bébé passe avant tout».

«Il vit chez ma mère et pense que je suis sa sœur»

Depuis la naissance de son fils, difficile pour Michelle d’avoir une relation amoureuse ou de poursuivre ses études. «Avoir un bébé à 18 ans et à 30 ans, ça n’est pas la même chose. À 30 ans, vous avez déjà une expérience de la vie et puis surtout un travail!», confie la jeune fille, qui aimerait travailler dans le secrétariat. Pour Caroline, autre résidente du foyer, la priorité est de trouver un logement: «Même si je suis bien ici, je ne suis pas chez moi». À 24 ans, elle se sent autonome et veut habiter seule avec son fils de quatre mois.

«Mäin schwéngchen (terme affectueux pour dire mon petit cochon)», dit-elle à Elyes qu’elle sert dans ses bras. Elyes n’est pas son premier enfant: «J’ai eu Yasim à l’âge de 18 ans». Puis son visage se referme et sa voix tremble légèrement: «Il vit chez ma mère, l’appelle maman et pense que je suis sa sœur». Caroline voudrait le récupérer, mais rien n’est encore gagné. «Je reste heureuse grâce à Elyes», conclut la jeune femme.

À côté des chaussures à talons, un lit à barreaux

«Certaines jeunes filles arrivent avec des problèmes financiers, mais surtout avec de gros soucis familiaux et de violence», explique la psychologue du foyer «Jeunes Mamans», Marie-Catherine Biron. «Le but est de les rassurer et de leur redonner confiance», ajoute-t-elle. La peur de l’accouchement, de ne pas aimer assez son bébé ou tout simplement de ne pas savoir le calmer lorsqu’il pleure, «ce sont des angoisses que toutes les mères ressentent, mais ici, les jeunes filles n'ont parfois pas fini de grandir», précise la professionnelle.

Un piercing sur la lèvre inférieure, un peu de noir sur les yeux et des cheveux noirs rasés sur le côté, Noémie, 19 ans, a tout d’une jeune fille ordinaire. Mais lorsque vous entrez dans sa chambre, juste à côté d’une collection de chaussures à talons, vous apercevez un petit lit à barreaux. Elle aime montrer les photos de sa fille Anny qu’elle garde sur son smartphone: «Elle va avoir un an fin mars».

«Ma grossesse a été un vrai choc»

Pour le moment, c’est la mère de Noémie qui élève Anny. «C’est la décision du tribunal. Je ne la vois que les week-ends, mais ça pourrait changer en septembre», raconte-t-elle d’une voix douce. Noémie n’est plus une jeune femme insouciante qui aime s’éclater en boîte de nuit. Les larmes qu’elle verse tous les dimanches lorsque sa fille repart lui pèsent.

«Je suis maman, plus vraiment une adolescente», déclare-t-elle avec certitude. Mais pour en arriver là, le chemin a été difficile: «Lorsque j’ai appris que j’attendais un bébé, j’étais enceinte de cinq mois. Je n’avais aucun ventre. Ma grossesse a été un vrai choc». Et puis, petit à petit, Noémie et Anny se sont apprivoisées. Aujourd’hui, la jeune femme voudrait refaire sa vie aux côtés de sa fille et de l’homme qu’elle aime. Le père d’Anny, lui, ne veut toujours rien savoir.

(Nastassia Solovjovas/L'essentiel Online)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • Diane le 13.03.2013 11:54 Report dénoncer ce commentaire

    Bonjour l'Essentiel et bonjour à tous ; dans une émission il y a longtemps en France, il me semble que c'était dans C'est mon Choix présentée par Evelyne Tomas, il y avait de très jeunes mamans qui étaient invitées sur le plateau une psychologue était également invitée et a eu cette analyse qui celle-ci « si certaines jeunes femmes deviennent mamans très jeunes, c’est qu’elles ne se sont pas senties respectées en tant que jeune femme dans leurs propres familles abus etc…, alors inconsciemment elles sont passées du statut de fille à celui de maman. »

  • Re Diane le 13.03.2013 11:56 Report dénoncer ce commentaire

    Et que de beaux enfants vous avez toutes très chères mamans.

  • lux22 le 13.03.2013 12:25 Report dénoncer ce commentaire

    bnjr les filles!! j'ai ete maman a 19 ans de mes jumeux k j'aime plus k tout au monde, cela ne pas empeché d'avoir mon diplome, ma maison, et une vie de famille, aujord'hui avec 23 ans tout roule!!! courage!!!

Les derniers commentaires

  • une " vieille" jeune maman le 13.03.2013 19:59 Report dénoncer ce commentaire

    j'ai ete maman a tout juste 17 ans, et pour la derniere fois a 40 ans, je ne regrette absolument rien,mes parents etaint toujours la pour moi, aujourd'hui j'ai 50 ans je suis grand mere et toujours une jeune maman comblee! cela dit je conseille aux jeunes filles d'attendre une certaine maturité!

  • MONIQUE le 13.03.2013 15:18 Report dénoncer ce commentaire

    C'est bien d'avoir des maisons ''jeunes mamans'', et j'admire le travail et la stabilité que ça peut leur donner. Mais ça aurrait été mieux si leur famille pouvait leur venir en aide.. elles ont besoin d'attention, moi en tant que maman j'aurrai tout fait pour les garder chez moi... Il y a des fois il faut être compréhensible... Courage à ces jeunes mamans

  • lux22 le 13.03.2013 12:25 Report dénoncer ce commentaire

    bnjr les filles!! j'ai ete maman a 19 ans de mes jumeux k j'aime plus k tout au monde, cela ne pas empeché d'avoir mon diplome, ma maison, et une vie de famille, aujord'hui avec 23 ans tout roule!!! courage!!!

  • Re Diane le 13.03.2013 11:56 Report dénoncer ce commentaire

    Et que de beaux enfants vous avez toutes très chères mamans.

  • Diane le 13.03.2013 11:54 Report dénoncer ce commentaire

    Bonjour l'Essentiel et bonjour à tous ; dans une émission il y a longtemps en France, il me semble que c'était dans C'est mon Choix présentée par Evelyne Tomas, il y avait de très jeunes mamans qui étaient invitées sur le plateau une psychologue était également invitée et a eu cette analyse qui celle-ci « si certaines jeunes femmes deviennent mamans très jeunes, c’est qu’elles ne se sont pas senties respectées en tant que jeune femme dans leurs propres familles abus etc…, alors inconsciemment elles sont passées du statut de fille à celui de maman. »