Carburants au Luxembourg

12 octobre 2018 14:13; Act: 12.10.2018 17:07 Print

«Je suis sûre que les gens n'ont pas remarqué»

LUXEMBOURG - Depuis vendredi matin, de nouvelles étiquettes sont visibles à la pompe. «L'essentiel» a sondé quelques clients pour savoir ce que ça change.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet

Les carburants changent de nom sur toutes les pompes de l'Union européenne, ainsi que sur celles de sept pays voisins (Islande, Liechtenstein, Norvège, Macédoine, Serbie, Suisse et Turquie), conformément à une directive européenne datant de 2014. Voilà plusieurs jours que l'on en parle mais c'est effectif depuis vendredi matin. Mais dans les faits, force est de constater que c'est tout, sauf une révolution!

«C'est très petit, est-ce que les gens y font vraiment attention?», s'interroge Louise, cliente d'une station-service à Differdange, loin d'être perturbée. En effet, la nouveauté, question affichage, n'est autre que trois petites étiquettes autocollantes de 4 cm, apposées au-dessus des pistolets. L'une pour le sans plomb 95 qui devient E5, une autre pour le sans plomb 98 également répertorié sous l'étiquette E5, la dernière pour le diesel qui devient B7. D'autant moins significatif que l'ensemble des codes couleurs connus aujourd'hui est toujours présent... et va rester. Et rien n'a changé non plus sur le grand panneau d'affichage des prix. Les chiffres placés après les lettres indiquent la teneur en biocarburant.

Un risque d'erreur?

«Je suis sûre que les gens n'ont même pas remarqué», glisse une responsable de la gestion d'une station. Confiant au passage que c'est le coordinateur de la société au Luxembourg qui est venu lui-même coller les nouvelles étiquettes il y a quelques jours, et qu'une simple communication interne a été faite au personnel du groupe. «J'en ai entendu parler dans les médias mais pour moi ça ne change rien», confirme encore Olivier, frontalier français venu faire son plein.

Le risque d'erreur devrait être marginal. «Il y a des gens qui se trompent de carburant quand ils changent de voiture donc oui, dans ce cas là aussi il y aura peut-être quelques étourdis», anticipe Mickaël. «Ça donnera du boulot aux garagistes», réagit Paul, qui vient de garer sa camionnette. Mais lui est plutôt agacé par ce changement: «Il y a d'autres soucis à régler que celui-là au niveau de la Commission européenne! Et quelle est l'utilité, vraiment?».

Alors que ce changement de nom et d'identité visuelle doit permettre une harmonisation d'un pays à l'autre, Jean-Marc, Luxembourgeois qui partage sa vie entre le Grand-Duché et l'Allemagne, n'en avait absolument pas entendu parler. «Vous me l'apprenez», confie-t-il à L'essentiel au moment de se servir en carburant. Ironie du sort, il travaillait il y a trois mois encore à Bruxelles... à l'Union européenne.

Les réactions des automobilistes.

(Nicolas Chauty/L'essentiel)