Au Luxembourg

02 octobre 2018 17:20; Act: 02.10.2018 17:43 Print

L'absentéisme au travail en léger recul en 2017

LUXEMBOURG - En 2017, en moyenne, sur 100 jours travaillés, 3,64 étaient en fait des congés maladie. C'est un tout petit peu moins qu'en 2016, selon un rapport.

storybild

Le taux d'absentéisme des femmes est supérieur à celui des hommes.

Sur ce sujet

Le taux d'absentéisme pour cause de maladie des salariés s'est établi en 2017 à 3,64%, alors qu’il était de 3,73% en 2016, selon les calculs réalisés par l'Inspection générale de la sécurité sociale pour le rapport 2017. Pour rappel, après une hausse continuelle, depuis 2006, le taux d’absentéisme au travail a commencé à diminuer à partir de 2014. «Cette baisse (NDLR: en 2017) est la résultante d’une diminution du taux de longue durée (absences de plus de trois semaines) et d’une stagnation du taux de courte durée», commente le ministère de la Sécurité sociale. En moyenne, près d'un salarié sur deux (47%) n'a pas été malade au cours de l'année 2017.

Mais le taux d'absentéisme varie fortement selon le secteur d'activité. Ainsi, le secteur de la santé humaine et de l'action sociale a enregistré le taux d'absentéisme le plus élevé (4,7%). Le secteur de l’agriculture affiche la baisse la plus forte entre 2016 et 2017 (-0,48 points de pourcentage). D’une façon plus générale, à l’exception des secteurs du commerce et des activités de services administratifs et de soutien, tous les secteurs ont vu leur taux diminuer ou stagner.

Les frontaliers ont été davantage absents

Par ailleurs, l'âge est sans surprise un facteur aggravant de l'absentéisme au travail. Les plus de 50 ans (4,75%) ont été davantage absents que les moins de 30 ans (2,91%). En outre, le taux d’absentéisme des femmes (4,0%) est supérieur à celui des hommes (3,3%). Cet écart est souvent expliqué par certaines spécificités physiologiques des femmes ainsi que par une implication plus forte de ces dernières dans les tâches familiales, souligne le rapport.

De plus, le taux d’absentéisme des frontaliers (4,0%) est supérieur à celui des résidents (3,3%). «Le fait de résider au‐delà des frontières est porteur d’un certain nombre de particularités qui peuvent expliquer cet écart, explique le ministère de la Sécurité sociale. Parmi celles‐ci, on peut mentionner les durées de trajet domicile‐travail qui sont majorées et qui peuvent être vues comme une source de fatigue et de stress supplémentaire. On peut également supposer l’existence de différences quant aux habitudes des prescripteurs (dans la durée de l’arrêt maladie notamment)». Enfin, la durée moyenne des absences a été de 8,1 jours.

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • gonzi le 03.10.2018 05:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est sur la où je travaille il y a plus de 10 personnes en arrêt de maladie pour dépression, on nous fait la pression a longueur de temps et des horaires incroyables. Après la direction dit que tout va bien !!!! A se poser la question !!!!

  • Unicorn le 03.10.2018 12:22 Report dénoncer ce commentaire

    Le meilleur dans les congés de maladie abusifs, c'est que les patrons sont capables de mettre des avertissements aux collègues qui sont toujours au travail, et qui succombent sous les charges de travail à cause de l'absentéisme. Donnez des primes de présences, des primes de remplaçement d'absents, et le problème est réglé, par discrimination positive au lieu de répression, négative.

  • Marre le 03.10.2018 08:42 Report dénoncer ce commentaire

    Un collègue de travail n'est jamais malade, toujours présent et toujours en bonne santé jusqu'au congé d'été! Il prend trois semaines de congé, part dans le sud et au moment de revenir il envoie un certificat de maladie. Une semaine plus tard un deuxième! Chaque année la même histoire! Nous autres devons reporter notre congé. Franchement on en a marre! S'il ne supporte pas le sud il doit rester ici!

Les derniers commentaires

  • sylvie le 04.10.2018 12:46 Report dénoncer ce commentaire

    bonne fois mauvaise fois !!!!!

  • Unicorn le 03.10.2018 12:36 Report dénoncer ce commentaire

    On prétend que notre mode de société est libre et tolérant, pourtant, derrière ces études, ces statistiques en apparence inoffensives, se cache BiG Brother, celui qui vous surveille, l'Etat n'a pas besoin de caméra de surveillance dans le living, toutes ces statistiques sur notre mode de vie servent à nous maintenir à l'intérieur de clôtures invisibles, à nous maintenir utile, productif, clôtures adaptées à travers des lois, réglements, taxes, etc..Et l'étau se resserre.

  • Unicorn le 03.10.2018 12:22 Report dénoncer ce commentaire

    Le meilleur dans les congés de maladie abusifs, c'est que les patrons sont capables de mettre des avertissements aux collègues qui sont toujours au travail, et qui succombent sous les charges de travail à cause de l'absentéisme. Donnez des primes de présences, des primes de remplaçement d'absents, et le problème est réglé, par discrimination positive au lieu de répression, négative.

  • dedes le 03.10.2018 09:14 Report dénoncer ce commentaire

    ce que je trouve inacceptable c'est de voir toutes les personnes soit disant malades faire leurs courses ou se promener ou les collègues qui sont libres les croisent dans les super marchés ou dans leurs jardins ......... on parle toujours des patrons mais il y a aussi les bons profiteurs. je suis pas patron mais je vois des trucs de salariés qui ne sont pas normal

  • lesfrustrés2.0 le 03.10.2018 08:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Burn out, malaises, anti dépresseurs, autres substances illicites sont le quotidien de beaucoup de travailleurs et notamment ici ... eldorado nous dira t-on apparemment ou plutôt esclavage moderne, quasiment tout le monde fait 50h mini sans compter le trajet À/R vu le réseau saturé. Certains pensent bien gagner leur vie mais on est plus proche parfois d’un taux horaire assez bas si on calcule intelligemment. Enfin vous avez votre leasing et votre GSM pro vous êtes heureux ...

    • Jeje le 03.10.2018 13:09 Report dénoncer ce commentaire

      50h?!? Hmm. Laissez moi en douter. Il y en a aussi qui ont beaucoup de temps, quand je vois leur utilisation de l'internet à longueur de journée.