Au Luxembourg

07 décembre 2018 09:00; Act: 07.12.2018 10:32 Print

L'accès à certains jobs guidé par les stéréotypes

LUXEMBOURG - Jugés masculins ou féminins, certains emplois peinent à attirer l'autre sexe. La barrière se dresse aussi au recrutement. Le Luxembourg veut mieux faire.

storybild

Le gouvernement luxembourgeois a intégré «l'égalité de recrutement» dans sa liste d'«actions positives» pour l'égalité des femmes et des hommes au travail.

op Däitsch
Sur ce sujet
Une faute?

Une femme qui postule à un emploi considéré comme typiquement masculin, mécanicien automobile par exemple, aurait 22% de chances en moins qu'un homme, à compétences et qualifications égales, de se voir proposer un entretien d'embauche, selon une enquête publiée en France, il y a quelques jours. Cette inégalité des chances atteint même 35% pour un poste de chauffeur-livreur. Le constat est vrai au Luxembourg aussi.

«Il y a des domaines, comme la santé ou l'éducation, dans lesquels travaillent surtout des femmes. Tout comme d'autres presque exclusivement exercés par des hommes, la construction, l'informatique...», concède un porte-parole du ministère de l'Égalité des chances. Selon l'enquête, les employeurs écarteraient les candidates pour les «protéger» de tâches pénibles ou du sexisme supposé. «Les préjugés sont un concept social qu'il est possible d'éviter», peste le porte-parole luxembourgeois.

«Égalité de recrutement»

Les auteurs de l'enquête ont répondu à 451 offres d'emplois pour des postes de chauffeur-livreur, de mécanicien automobile et de jardinier. Ils ont envoyé les CV de deux demandeurs d'emploi fictifs, Julie et Thomas, mêmes âges, diplômes et expériences. Thomas a été recontacté pour 168 entretiens et Julie pour 131 seulement.

Le gouvernement luxembourgeois a intégré «l'égalité de recrutement» dans sa liste d'«actions positives» pour l'égalité des femmes et des hommes au travail, et invite les entreprises et institutions à rejoindre le programme. Difficile de se rendre compte, pour l'instant, de l'impact sur le terrain mais le Grand-Duché a choisi, aussi, d'opérer pour sensibiliser les plus jeunes. «Une grande campagne de sensibilisation visant à réduire l’effet néfaste des stéréotypes sexués a été menée cette année», rappelle le ministère de l'Égalité des chances. Notamment via l'édition de petits livrets illustrés, dont l'un nommé «Moi aussi je peux le faire».

Et puis le ministère mise beaucoup sur l’événement «girls day/boys day», qui permet aux élèves de passer une journée «dans une entreprise où leur sexe est sous-représenté». Une action annuelle large qui associe les plus jeunes et les actifs, dont l'édition 2018 a été suspendue pour affiner le concept et rendre la démarche plus efficace.

(L'essentiel/Nicolas Chauty et Gaël Padiou)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.