Décision de justice

28 juin 2012 09:33; Act: 28.06.2012 10:08 Print

L'affaire Bommeleeër aura bien son procès

LUXEMBOURG - Près de 30 ans après les faits, la justice luxembourgeoise a indiqué ce jeudi que les deux suspects dans la série d'attentats survenus au Grand-Duché seraient jugés.

storybild

28 ans après les faits, la justice luxembourgeoise a donné son accord pour la tenue d'un procès dans l'affaire Bommeleeër. (photo: Editpress)

Sur ce sujet
Une faute?

La Cour de cassation a tranché ce jeudi matin: l'affaire Bommeleeër devra être jugée. Près de trois décennies après les faits et toute une série de recours juridiques, l'instance suprême de la justice luxembourgeoise a rendu son avis, un avis définitif. Les deux gendarmes soupçonnés d'être à l'origine de la série d'attentats qui a frappé le Grand-Duché au début des années 1980 devront s'expliquer devant les juges et répondre des actes dont ils sont accusés.

Une décision qui intervient après le recours déposé par les avocats des accusés, Marc Scheer et Joshua Wilmes, auprès de la cour d'appel en raison du manque de preuves contre les deux anciens gendarmes. La date de la tenue de ce futur procès n'a cependant pas été précisée, confirme le parquet, contacté jeudi par L'essentiel Online.

Estimant «avoir été pris pour des boucs émissaires», Marc Scheer et Joshua Wilmes ont déjà été entendus par un juge d'instruction. Des déclarations qui n'ont visiblement pas convaincu les magistrats de la Cour de cassation qui entendent faire le jour sur cette affaire.

(L'essentiel Online)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • Fair-play le 28.06.2012 10:14 Report dénoncer ce commentaire

    Si comme insinué, des membres soumis à l'autorité du Ministre de la Force publique auraient piétiné l'enquête de la Justice, que donc l'exécutif aurait tenté de museler le judiciaire, il y aurait des responsables politiques qui ont mis en place des lois et réglements rendant l'entrave à la justice possible. Qu'en est-il aujourd'hui ?

  • Observateur le 28.06.2012 17:14 Report dénoncer ce commentaire

    Attendez encore 20 ans, cela va se régler tout seul !!!

Les derniers commentaires

  • Observateur le 28.06.2012 17:14 Report dénoncer ce commentaire

    Attendez encore 20 ans, cela va se régler tout seul !!!

  • Fair-play le 28.06.2012 10:14 Report dénoncer ce commentaire

    Si comme insinué, des membres soumis à l'autorité du Ministre de la Force publique auraient piétiné l'enquête de la Justice, que donc l'exécutif aurait tenté de museler le judiciaire, il y aurait des responsables politiques qui ont mis en place des lois et réglements rendant l'entrave à la justice possible. Qu'en est-il aujourd'hui ?

    • julie lescau le 28.06.2012 10:23 Report dénoncer ce commentaire

      on ne le saura jamais, comme on ne saura jamais qui sont derrière les grandes affaires style tueurs du Brabant, Dutroux etc.

    • SuperJosy le 28.06.2012 11:57 Report dénoncer ce commentaire

      Fair-Play avaient piétiné et avait tenté.....ça va t'éviter de mourir idiot....

    • Fair-play le 28.06.2012 12:51 Report dénoncer ce commentaire

      Je me suis permis d'accentuer le conditionnel, pour bien marquer l'aspect hypothétique. Quand au fond, je constate que ma réflexion vous incommode.

    • Fair-play le 30.06.2012 18:05 Report dénoncer ce commentaire

      Réflexion faite, votre commentaire serait-il une menace ?