Au Luxembourg

14 juin 2018 10:58; Act: 14.06.2018 11:34 Print

L'école veut attirer plus d'instituteurs

LUXEMBOURG - Les députés ont adopté mercredi une loi qui doit permettre à l'Éducation nationale de disposer de plus d'enseignants.

storybild

La loi adoptée vise à augmenter le nombre d'enseignants disponibles pour l'Éducation nationale.

op Däitsch
Sur ce sujet
Une faute?

Le projet de loi visant à recruter un plus grand nombre d’instituteurs dans l’enseignement fondamental a été validé mercredi par les députés. Une des mesures prévoit d’ouvrir l’accès au concours de recrutement aux détenteurs d’un bachelor en relation avec les missions de l’enseignement fondamental. Actuellement, seuls les titulaires d’un bachelor en sciences de l’éducation sont admis.

D’autres mesures concernent les formations à l’université du Luxembourg, la réduction du stage pédagogique de trois à deux ans pour les détenteurs d’un diplôme de bachelor de l’uni.lu ou encore une réduction de l’année dite «passerelle» pour les étudiants ayant fait leurs études en Belgique. Toutes ces nouveautés devraient entrer en vigueur pour la prochaine rentrée scolaire 2018/2019.

Trois écoles européennes

En outre, la Chambre des députés a adopté mercredi un projet de loi créant trios nouvelles écoles européennes dans le pays. Elles seront intégrées aux lycées Edward-Steichen de Clervaux, Lënster de Junglinster et au futur lycée de Mondorf-les-Bains. Chacune des nouvelles écoles fonctionnera selon un régime linguistique différent. Ainsi, les cours se feront en français et allemand à Clervaux, pour 560 élèves, en anglais et allemand à Junglinster (660 élèves) et en français, allemand et anglais à Mondorf (700 élèves).

Enfin, les organes décisionnaires de l’université du Luxembourg ont également été réformés mercredi, et ils seront plus démocratiques. Par exemple, les étudiants auront ainsi voix au chapitre avec une délégation.

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Lux le 14.06.2018 15:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Recrutons chez nous ! Luxembourg doit rester Luxembourgeois ! Partout c’est écrit, partout on le dit ! C’est l’identité du Pays ! Revoir les niveaux d’études pour l’enseignements ... ok encore faut il des personnes qui se donnent à fond pour ce genre d’emploi qui de plus est plus que bien payé ! Les plus gourmands ont été les enseignants ! ( surtout du temps Juncker ! ) Aujourd’hui, d’autres professions ont le droit à un super bon salaire pour le travail qu’ils effectuent !

  • torolkozo le 14.06.2018 12:07 Report dénoncer ce commentaire

    C'est un métier difficile malgré tout ce qu'on dit et toutes leurs vacances, ils faut les payer correctement mais parfois c'est juste pour eux une question de reconnaissance ...

  • All4One le 14.06.2018 22:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @ moije: si vous êtes enseignant , je vois l’amour que vous avez pour le métiers (argent et congé). Et pourquoi pas inverser les jours de congés en jours de travail tant que vous y êtes ! Si c’est de l’ironie : je retire ce que je viens de dire

Les derniers commentaires

  • Claudie Metzger le 15.06.2018 07:46 Report dénoncer ce commentaire

    Encore un prétexte pour augmenter les impots. Au final ça ne changera rien: On ne fait pas boire un âne qui n'a pas soif.

  • economiste le 14.06.2018 23:57 Report dénoncer ce commentaire

    S'il y a manque d'instituteurs, cela veut purement et simplement dire qu'ils sont trop mal payes pour le travail qu'ils font.

  • All4One le 14.06.2018 22:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il faut déjà supprimer les nominations et cesser de rendre les enseignant intouchable. Un vrai directeur externe dans chaque école qui supervise le travail des enseignant. Si pas à la hauteur ou si l’enseignant est violant : il risque de perdre son emploi. Comme dans le privé. Vous verrez qu’ils se démènerons plus !

  • All4One le 14.06.2018 22:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @ moije: si vous êtes enseignant , je vois l’amour que vous avez pour le métiers (argent et congé). Et pourquoi pas inverser les jours de congés en jours de travail tant que vous y êtes ! Si c’est de l’ironie : je retire ce que je viens de dire

  • All4One le 14.06.2018 22:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @jeje : Il ne faut pas doublé mais divisé ! Pur double chaque classe il faut double le nombre d’élève. Lol. Vu qu’il y a parfois dans certaines écoles 3 a 4 classes de chaque cycles, on peut très bien faire une ou deux avec pour première langue le français et deux avec l’allemand comme première langue. Je vois pas où on double l’effectif ?!