Aux États-Unis

23 février 2021 07:10; Act: 23.02.2021 10:53 Print

L'épouse du baron de la drogue «El Chapo» arrêtée

La femme du célèbre narcotrafiquant mexicain Joaquin «El Chapo» Guzman a été arrêtée lundi, à l’aéroport international de Washington, suspectée d’être impliquée dans un réseau de stupéfiants, ont annoncé les autorités américaines.

storybild

Image d’archives d’Emma Coronel Aispuro. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Emma Coronel Aispuro, 31 ans, ayant la double nationalité américaine et mexicaine, doit comparaître mardi, devant un juge fédéral. Son mari, cofondateur du cartel de Sinaloa et considéré à l’époque comme le narcotrafiquant le plus puissant au monde, a été condamné en juillet 2019 à la prison à perpétuité aux États-Unis et purge sa sentence dans une prison de haute sécurité du Colorado.

Ancienne reine de beauté, de 32 ans la cadette de «El Chapo», Emma Coronel Aispuro est accusée d’être membre d’un réseau de trafic de stupéfiants inondant les États-Unis de substances illégales allant de la cocaïne à la marijuana, en passant par l’héroïne et la méthamphétamine.

Non coupable

Selon le document détaillant les poursuites qui la visent, elle se voit aussi reprocher d’avoir participé à l’opération sophistiquée d’évasion de son mari en juillet 2015 d’une prison au Mexique: «El Chapo» s’était échappé par un tunnel d’un kilomètre et demi débouchant sous la douche de sa cellule et équipé de rails, infligeant un cinglant camouflet aux autorités mexicaines.

Emma Coronel Aispuro prévoit de plaider non coupable, a indiqué son avocat, Jeffrey Lichtman, à l’AFP. La police fédérale américaine --le FBI-- est chargée de l’enquête concernant la jeune femme, qui avait assisté quasiment à l’intégralité du procès de son époux en 2019. La justice ne lui avait ensuite autorisé que très peu de contacts avec son mari, lui interdisant notamment de lui rendre visite en détention ou de lui parler au téléphone.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Aventura21 le 23.02.2021 11:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Finalement ils s’en sortent très bien Vu tout les cadavres qu’ils ont laissé derrière eux .Je pense surtout aux journalistes du Mexique qui ont été abattu par les Narcos.

  • Dede le 23.02.2021 11:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Rien de plus normal ! Ensemble dans la CAME , ensemble en taule ! Faut assumer ses conneries

  • Veux tu souffler dans ma trompette? le 23.02.2021 09:22 Report dénoncer ce commentaire

    Mais non, bien sûr qu'elle ne savait pas ce que son souteneur faisait comme business....

Les derniers commentaires

  • Dede le 23.02.2021 11:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Rien de plus normal ! Ensemble dans la CAME , ensemble en taule ! Faut assumer ses conneries

  • Aventura21 le 23.02.2021 11:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Finalement ils s’en sortent très bien Vu tout les cadavres qu’ils ont laissé derrière eux .Je pense surtout aux journalistes du Mexique qui ont été abattu par les Narcos.

  • MacTv le 23.02.2021 10:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Lors de leur interview avec Pablo Escobar, le narcotrafiquant alors le plus recherché du monde, Tony Comiti et Jean Bertolino, sous l’œil attentif de gardes ayant dégainé leurs 357 Magnum, ont été très malins. “On vient de Paris et on s’intéresse à votre fille qui rêve et qui a le potentiel de devenir mannequin. Le reportage pouvait commencer. Menacés de mort s’ils diffusaient ce film, ils ont attendu l’exécution du chef du Cartel de Medellin pour le diffuser dans le magazine 52 sur la Une. Itw

    • Popeye le 23.02.2021 17:31 Report dénoncer ce commentaire

      Pablo Emilio Escobar Gaviria !

  • le délateur le 23.02.2021 10:43 Report dénoncer ce commentaire

    Ils devraient plus ouvrir les yeux à Luxembourg avec les trafics de drogues et certaines personnes qui s'enrichissent tout en restant discrets

  • Veux tu souffler dans ma trompette? le 23.02.2021 09:22 Report dénoncer ce commentaire

    Mais non, bien sûr qu'elle ne savait pas ce que son souteneur faisait comme business....