28 juillet 2009 21:44; Act: 28.07.2009 21:50 Print

«L'esprit de Thierry est partout dans ce film»

HOLLERICH - Ender Frings nous raconte le tournage du prochain «Troublemaker», le premier sans sa star, feu Thierry van Werveke.

storybild

De g. à d.: Ender Frings, le réalisateur Andy Bausch et Marco Lorenzini, en mode récré, dans un bar d'Hollerich. (photo: L'essentiel)

Sur ce sujet
Une faute?

L'essentiel: Avez-vous hésité avant de reprendre votre rôle de Chuck Moreno pour ce troisième volet?

Ender Frings: En fait, j'ai tout de suite accepté. Ensuite, sont venues les questions morales. Mais, au final, tout le monde, y compris Thierry, voulait que le film se fasse.

Et donc toujours pas lassé de jouer la crapule à l'écran?

Non, au contraire! C'est un vrai bonheur. Pour une fois, je peux vivre mes fantasmes.

En parlant de Thierry van Werveke, comment se relève-t-on de pareille perte avant d'entamer le tournage?

J'ai abordé le tournage avec le même enthousiasme qu'à l'époque, quand on tournait le premier, sans trop de stress. Comme si on repartait à zéro.

Vous ne croyez pas que le public sera un peu perdu sans Johnny Chicago?

Mais, vous savez, l'esprit de Thierry est partout dans ce film. Il y est toujours mentionné. Donc, non, je ne me fais pas de souci.

Comment expliquez-vous le succès des «Troublemaker»?

D'abord, ce sont de super bons films (rires), de plus, je trouve que ce sont avant tout des films sincères. Les gens s'y reconnaissent.

Quand on fait partie d'une équipe comme celle autour d'Andy Bausch, se sent-on privilégié dans le monde du cinéma luxembourgeois?

Franchement, je ne me sens qu'à moitié concerné par le monde du ciné au Luxembourg. J'habite maintenant en Namibie où l'on tourne encore moins de films qu'ici. Tout ça m'échappe un peu.

Recueilli par Kalonji Tshinza

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).