Santé au Luxembourg

19 février 2020 06:59; Act: 19.02.2020 09:15 Print

L’exposition aux écrans crée «des addictions»

LUXEMBOURG – L’utilisation massive d’appareils à écrans peut entraîner certains désagréments au quotidien, allant jusqu’aux troubles de sommeil et du comportement.

storybild

L'utilisation des écrans devient la norme, même pour lire ou réviser des cours. (photo: Pixabay)

Sur ce sujet
Une faute?

Téléphones portables, tablettes, ordinateurs, en plus de la télévision: les écrans font désormais partie de notre quotidien, avec une utilisation de plus en plus massive de la part des actifs mais aussi des plus jeunes, notamment pendant cette période de vacances où ils sont éloignés des salles de classe. Une étude européenne datant de l’année dernière évaluait à cinq heures par jour le temps passé à regarder un écran.

Les enfants et adolescent peuvent passer leurs journées sur leurs appareils, à tel point que Claire Russon, psychologue au Centre psychosocial et d’accompagnement scolaires (CePAS), n’hésite pas à parler «d’addiction». Le CePAS dispense des formations à destination des enfants et des jeunes adultes, ainsi que de leur famille qui souvent le sollicitent. «Parfois, certains jeunes se plaignent eux-mêmes d’être devenus accros» à leurs jeux ou leurs activités sur l’écran.

Problèmes de sédentarité

L’important est de «faire prendre conscience à l’enfant que son comportement change à cause des écrans», reprend Claire Russon. Elle note des soucis «d’impulsivité, d’irritabilité, d’agressivité, de concentration ou encore de sommeil», en plus des performances scolaires qui peuvent décliner. «Bien sûr, les écrans ne sont pas toujours la seule cause de ces troubles, mais ils y contribuent». La psychologue conseille de «rester en dialogue avec son enfant» pour qu’il évolue, tout en effectuant un travail qualitatif: «Contrôler le nombre d’heures passées devant l’écran ne suffit pas, il faut aussi vérifier ce que fait le jeune et en discuter».

Les jeunes ne sont pas les seuls concernés par la surexposition aux écrans. Pour de nombreux salariés, la journée de travail consiste à passer des heures devant un ordinateur. «Cela pose surtout le problème de la sédentarité et les personnes prennent parfois de mauvaises postures», déplore Patrizia Thiry, directrice de l’Association pour la santé au travail du secteur financier (ASTM). Elle observe des salariés «les yeux rivés sur l’écran, le dos plié».

Quelles conséquences pour les yeux?

Des sessions de prévention sont proposées, notamment pour améliorer la position face à l’écran. Selon Patrizia Thiry, il est important que les salariés «fassent des pauses toutes les heures environ. Il ne s’agit pas de quitter l’ordinateur du bureau pour consulter le smartphone, sinon cela ne sert à rien. Mais il faut se mettre debout et faire quelques pas».

En revanche, «aucune étude ne prouve que les écrans altèrent la vue», note Marc Theischen, président de la Société luxembourgeoise d’ophtalmologie. «Il n’y a pas de preuve là-dessus. Le fait d’être concentré longtemps sur un élément situé tout proche peut certes faire progresser la myopie, mais le fait qu’il s’agisse d’un écran ne change rien, l’effet est le même avec un livre», détaille l’ophtalmologue. Il note tout de même un effet de «sécheresse des yeux», lié au fait que l’on a tendance à moins cligner lorsque l’on consulte un écran de manière prolongée.

(Joseph Gaulier/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Veritas le 19.02.2020 08:03 Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi parler principalement des enfants? Le problème touche également bon nombre d'adultes - toutes tranches d'âge confondues. Et malheureusement, le mauvais exemple ne fait qu'amplifier le problème chez les jeunes et les enfants.

  • luis le 19.02.2020 11:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    pourquoi parlé des jeunes je croise tous les jours.des adultes .accro au téléphone (tablette réseau social )

  • Constat le 19.02.2020 11:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Supprimons les écrans et revenons au papier crayon, ce sera plein de bonnes choses qui reviendront !

Les derniers commentaires

  • Constat le 19.02.2020 11:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Supprimons les écrans et revenons au papier crayon, ce sera plein de bonnes choses qui reviendront !

  • luis le 19.02.2020 11:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    luxo... toute a fait de accord avec vous. tout ceci est déjà calculé en avance pour les rendre accro.

  • luis le 19.02.2020 11:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    pourquoi parlé des jeunes je croise tous les jours.des adultes .accro au téléphone (tablette réseau social )

  • Luxo le 19.02.2020 10:55 Report dénoncer ce commentaire

    Et notre ministre de l'éducation pense qu'il est souhaitable de distribuer un écran à chaque enfant. Si au moins on interdisait les enfants d'entrer dans une école avec un écran.

    • Hettangeois le 19.02.2020 11:33 Report dénoncer ce commentaire

      qui ca le "Notre" en France ?

  • Unicorn le 19.02.2020 10:54 Report dénoncer ce commentaire

    Tiens donc, et c'est le Ministère de l'Education qui met à disposition plus de 8.000 Ipads aux écoles, pour habituer les jeunes dès un âge précoce à un outil qui va les rendre accros et sédentaires?