Initiative au Luxembourg

12 janvier 2017 16:03; Act: 12.01.2017 16:50 Print

L'industrie cherche à séduire les jeunes talents

LUXEMBOURG - «HelloFuture», c'est le plan du public et du privé pour promouvoir les métiers de l'industrie. 900 000 euros seront déboursés en deux ans pour le faire fonctionner.

storybild

L'initiative «HelloFuture», présentée ce jeudi, cherche à orienter davantage de jeunes vers les métiers de l'industrie. (photo: Editpress/Upload)

Sur ce sujet

«Aérospatial, automobile, matériaux, technologies de l'information...: l'industrie, ce n'est pas le passé, c'est l'avenir!», martèle Nicolas Buck, président de la Fedil (Fédération des industriels du Luxembourg). Pour promouvoir les métiers de l'industrie et des technologies auprès des élèves qui s'apprêtent à choisir leur orientation, quatre partenaires (le gouvernement, la Fedil, la Chambre de commerce et Luxinnovation) lancent l'initiative «HelloFuture».

Celle-ci doit contrer un certain désamour des jeunes pour le secteur. «En nombre d'élèves qui arrivent au bac dans une filière scientifique, nous avons perdu 35% depuis 1985, déplore Nicolas Buck. Si on ajoute à cela que 50% de ces bacheliers choisiront un autre secteur que l'industrie pour travailler, ils ne seront pas assez nombreux pour couvrir nos besoins actuels et futurs car nous sommes en transition vers une société hyper-industrielle, où services et produits ne font plus qu'un».

Échanges avec des professionnels

Pour gagner en visibilité, les partenaires vont mettre 900 000 euros sur la table sur deux ans. «HelloFuture» propose une bourse de stages en ligne. «Avec les 550 membres que compte la Fedil, les jeunes auront un large choix. Ça leur permettra aussi d'avoir plus de transparence sur les opportunités offertes et plus d'équité». En plus des offres de stage, le site propose aussi des outils pédagogiques tels que des vidéos sur différents métiers.

Un roadshow est également prévu avec des visites dans 20 lycées en 2017 et autant en 2018. Les élèves pourront échanger avec des professionnels, voir des pièces produites au Luxembourg. Les enseignants recevront des kits pédagogiques, etc. Le lancement du projet s'accompagne d'une campagne ciblant les 14 à 30 ans.

(Séverine Goffin/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Mika le 14.01.2017 13:49 Report dénoncer ce commentaire

    Difficile de les séduire lorsqu'ils peuvent facilement accéder à un autre secteur où les salaires explosent et le travail reste léger.

  • Philippe le 12.01.2017 18:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pas grave, y'a plein de talents qui ont débarqués....ils se feront un plaisir de bosser.

  • trucage le 12.01.2017 18:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Encore une fois? ???

Les derniers commentaires

  • Mika le 14.01.2017 13:49 Report dénoncer ce commentaire

    Difficile de les séduire lorsqu'ils peuvent facilement accéder à un autre secteur où les salaires explosent et le travail reste léger.

  • trucage le 12.01.2017 18:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Encore une fois? ???

  • Philippe le 12.01.2017 18:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pas grave, y'a plein de talents qui ont débarqués....ils se feront un plaisir de bosser.

  • Levent le 12.01.2017 17:24 Report dénoncer ce commentaire

    Le problème c'est qu'un métier au Luxembourg ne rapporte pas un salaire décent pour vivre, tout juste de quoi survivre. Beaucoup personnes ont changé de métier pour pouvoir vivre correctement.