Au Luxembourg

18 juillet 2019 12:29; Act: 18.07.2019 14:00 Print

L’inégalité entre les sexes encore vivement présente

LUXEMBOURG - Les réflexions et le ressenti sur l’égalité des sexes de 1 777 personnes ont été enregistrés et analysés lors d’une consultation publique, présentée ce jeudi matin.

storybild

La ministre de l'Égalité entre les femmes et les hommes a présenté les résultats de l'étude. (photo: Editpress/Fabrizio Pizzolante)

Sur ce sujet
Une faute?

«Le nombre impressionnant de 1 777 participants prouve bien que l’égalité entre les femmes et les hommes est un sujet qui préoccupe les résidents», s'est félicitée la ministre LSAP de l’Égalité entre les femmes et les hommes, Taina Bofferding, ce jeudi matin, lors de la présentation des résultats de la consultation publique dédiée à l’égalité entre les genres.

Du 17 juin au 7 juillet, le ministère avait lancé un appel aux résidents et frontaliers, à donner leur avis sur les questions d’égalité. La consultation, comportant une dizaine de questions ouvertes ou à choix multiples, était ainsi disponible pendant trois semaines sur le site Internet du ministère.

Les résultats indiquent ainsi que pour 77% des participants, l’exposition à la violence et au harcèlement est une urgence absolue. Mais c’est notamment le monde du travail qui apporte de plus amples préoccupations. 61% des sondés tirent la sonnette d’alarme sur les différences de rémunération et d’évolution des carrières.

Contrôles plus stricts réclamés

«En 2016, nous avions passé une loi sur l’égalité des rémunérations. Ces chiffres nous indiquent clairement que les déséquilibres salariaux restent une réalité dans le marché, mais aucune plainte n’a été enregistrée en trois ans», déplore Taina Bofferding. En vue d’encourager les personnes concernées à avoir recours à cette loi, le ministère compte avant tout miser sur la sensibilisation. 72% des répondants soutiennent d’ailleurs la mise en place de contrôles stricts au niveau des rémunérations.

«Sur un total de 1 777 sondés, seuls 624 sont des hommes. Les femmes ont été, sans surprise, plus actives. Pourtant l’égalité ne concerne pas qu’une moitié de la population», a martelé la ministre. Non seulement ils étaient moins nombreux, mais leurs impressions indiquent également que l’inégalité des sexes n’est pas perçue de la même manière par les deux parties. Si 61% des sondées femmes sont d’avis que clichés et stéréotypes sont particulièrement présents dans leurs vies professionnelles, seuls 38% des participants hommes sont du même avis.

«Ces écarts montrent à quel point les hommes ne vivent pas la même réalité qu’une femme», constate Taina Bofferding. «Nous avons pourtant besoin d’eux et de leur contribution pour atteindre nos objectifs d’une réalité égalitaire pour tous».

La ministre Taina Bofferding au micro «L'essentiel Radio» d'Ana Martins:

(Ana Martins/L'essentiel)