Plan social

03 décembre 2012 15:01; Act: 03.12.2012 20:28 Print

L'inquiétude règne au sein du groupe Saint-​​Paul

LUXEMBOURG - Une manifestation de salariés s'est déroulée ce lundi, devant les locaux du groupe de presse luxembourgeois, afin de clarifier la situation quant à la restructuration du groupe.

storybild

Une centaine de salariés du groupe Saint-Paul ont manifesté lundi devant les locaux du groupe de presse, à Gasperich. (photo: L'essentiel/Mathieu Vacon)

Sur ce sujet
Une faute?

«C'est sûrement la première fois depuis que le groupe Saint-Paul existe qu'une telle manifestation a lieu, assure Jean-Paul Baudot, secrétaire syndical du LCGB. Ce mouvement est exceptionnel car il touche non seulement le groupe Saint-Paul, mais également le monde de la presse». Ambiance morose, ce lundi après-midi, devant les bureaux du groupe Saint-Paul, à Luxembourg-Ville. Réunis, 300 salariés selon le LCGB, à l'origine de la manifestation, vraisemblablement moins selon un journaliste de L'essentiel, ont tenu à faire part de leur inquiétude face à la restructuration en cours au sein du groupe de presse luxembourgeois.

Objectif: tenter d'obtenir des détails sur le plan social qui prévoit la suppression de 74 postes dans l'ensemble du groupe et qui se traduit notamment par la suppression du quotidien gratuit Point24 et la refonte de la radio DNR. Principale crainte du syndicat, majoritaire dans les bureaux de l'éditeur du Wort, la dégradation du statut d'une centaine de personnes. Selon les plans de la direction, ces dernières, principalement issues de l'imprimerie, des services commerciaux et de la régie publicitaire, vont être intégrées dans des filiales du groupe. Le LCGB revendique ainsi le droit pour ces travailleurs de continuer à bénéficier de la convention collective valable au sein du groupe, qu'ils bénéficient d'une direction du personnel commune et d'une gestion centralisée.

De son côté, Paul Lenert, directeur général du groupe Saint-Paul, n'a pas pu se prononcer sur les revendications du LCGB mais a assuré que la convention collective allait également faire l'objet d'une modernisation. «Cette dernière date d'il y a 30 ans, elle n'est plus adaptée aux exigences actuelles». Et le directeur général d'indiquer que «la hausse de salaire automatique pourrait être revue au profit de primes à la performance». Aucune information sur la date d'envoi des premières lettres de licenciement des 74 personnes concernées par le plan social n'a été donnée. Une information que les principaux concernés ne connaissent pas non plus. Seuls indices évoqués par Paul Lenert: «la rupture de contrats», des «départs en préretraite» et le fait que «la rédaction sera également impactée».

Jmh/L'essentiel Online avec MV

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • oscar lux le 03.12.2012 16:29 Report dénoncer ce commentaire

    que la Papauté zst pauvre!incroyable;

  • Marco le 04.12.2012 16:32 Report dénoncer ce commentaire

    Puisque c'est l'éditeur du code fiscal, alors si ça ferme, on ne paiera plus d'impôts ?

  • Norbert le 03.12.2012 20:16 Report dénoncer ce commentaire

    Ses dirigents imbus et sectaristes ne pointeront pas au chômage

Les derniers commentaires

  • Marco le 04.12.2012 16:32 Report dénoncer ce commentaire

    Puisque c'est l'éditeur du code fiscal, alors si ça ferme, on ne paiera plus d'impôts ?

  • Piro le 04.12.2012 14:46 Report dénoncer ce commentaire

    N'oublions pas qu'entre-temps il y a plus de 30 personnes qui ont déjà quitté la boîte. Malgrès ça on maintient les 74 licenciements! Si ça c'est pas du foutage de gueule!

  • Laetitia K. le 04.12.2012 00:41 Report dénoncer ce commentaire

    Les dirigeants sont tellement trop payés. Cela me rappelle New Media Lux : un groupe à la dérive et des employés sur le carreau, alors que les dirigeants comme Charles Ruppert ne sont sûrement pas à plaindre !!

    • Charles le 04.12.2012 09:47 Report dénoncer ce commentaire

      Il n'y avait pas grand monde le soir après 18H01. Charles Ruppert a investi une grande partie de son patrimoine personnel en croyant à la motivation générale de ses employés. Cela ronflait tranquillement à la fin...et au début.

    • Roma le 04.12.2012 09:58 Report dénoncer ce commentaire

      Es tu au courant que Charles Ruppert a mis ses propres économies pour tenter de sauver le groupe? C'est peut-être celui qui a le plus perdu!

  • Norbert le 03.12.2012 20:16 Report dénoncer ce commentaire

    Ses dirigents imbus et sectaristes ne pointeront pas au chômage

  • St Pierre le 03.12.2012 19:47 Report dénoncer ce commentaire

    Comme d'habitude la LCGB fera un beau communiqué pour dire que c'est pas bien et ensuite fini. Fais comme moi rend ta carte.