Remous à Differdange

11 septembre 2019 16:13; Act: 11.09.2019 16:33 Print

L’opposition tire à boulets rouges sur Traversini

DIFFERDANGE - Le bourgmestre de Differdange, Roberto Traversini (Déi Gréng) se voit reprocher la légalité de travaux dans une maison lui appartenant.

storybild

Roberto Traversini se trouve dans le viseur de l'opposition. (photo: Editpress/Julien Garroy)

Sur ce sujet
Une faute?

Le député-maire Déi Gréng de Differdange, Roberto Traversini, aurait commis plusieurs infractions contre des lois et des règlements communaux, expliquent les membres de trois des quatre partis d’opposition dans la Cité du fer. En effet, déi Lénk, le DP et le LSAP signent une prise de position commune, dénonçant des travaux d’aménagement effectués sans autorisation préalable du ministère de l’Environnement, sur une maison et une cabane de jardin situés à Niederkorn.

La maison appartenait à un homme, décédé en octobre 2018, dont Roberto Traversini avait la tutelle. L’ancien propriétaire a légué le bâtiment au député-maire dans son testament. Les trois partis d’opposition disent avoir fait les demandes auprès des administrations compétentes en ce qui concerne les autorisations. Les administrations ont confirmé qu’il n’y avait pas autorisations, ni pour la cabane, ni pour la maison. En revanche, le 9 juillet, Traversini a introduit rétroactivement une demande auprès de l’Administration des natures et forêts. Il a reçu, le 19 août, le feu vert, signé par la ministre Déi Gréng, Carole Dieschbourg, pour une partie des travaux déjà effectués, comme le précise le communiqué commun des trois partis.

Zones protégées

S’y ajoute que la maison se situe, selon le PAG de Differdange, dans une «zone de jardins familiers» et non dans une zone d’habitation. La cabane, quant à elle, se situe même dans une zone verte qui est à la fois une zone protégée «Natura 2000» et la réserve naturelle «Prënzebierg». Par conséquent, il ne peut y avoir légalement de tels travaux. L’opposition remet donc également en doute la conformité de l’autorisation du 19 août.

Autre problème, il n’existe pas de permis de construire pour la maison en question. En revanche, des autorisations pour la construction d’une salle d’entraînement et d’un garage sont enregistrées. Comme elle ne se trouve pas dans une zone d’habitation, la légalité du bien en tant que maison habitable est compromise pour l’opposition. Or, les lois existantes stipulent que des travaux de rénovation ne peuvent qu’être faits sur des bâtiments construits «initialement sur base d’une permission».

Appel à la démission

De plus, certains travaux ont été effectués par des ouvriers du CIGL (Centre d’initiative et de gestion locale) Differdange, dont le président est Roberto Traversini. Or, les missions du CIGL concernent des personnes âgées de plus de 60 ans ou en situation de dépendance. L’opposition a envoyé une demande écrite au conseil d’administration du CIGL pour savoir qui a commandé les travaux et pour savoir qui a payé la facture. Déi Lénk, le DP et le LSAP évoquent en tout cas une rupture de confiance totale. Ils ont donc formulé une plainte auprès de l'Administration de la nature et des forêts, qui va les entendre dans les prochaines semaines.

Le DP et déi Lénk considèrent d’ores et déjà que Roberto Traversini a perdu toute crédibilité et qu’il doit renoncer à ses mandats politiques. Le LSAP se veut plus prudent, mais exige que toute la lumière soit faite dans ce dossier. Si les infractions qu’avancent les trois partis s’avèrent exactes, le LSAP exigera aussi des conséquences politiques. Roberto Traversini, de son côté, a dit vouloir s’exprimer le 18 septembre.

(Maurice Magar/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • mondeenpéril le 11.09.2019 16:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    au final quel que sois le pays où vous vous trouvez l'abus de pouvoir des politiques est présent

  • Angelo51 le 11.09.2019 17:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ah les copains verts qui s’entre aident pour donner des feux verts. Monsieur Traversini, le même dont une décision de refuser l’extension d’une maison d’un de ses malheureux administrés a été annulée en justice, procède à des travaux dans le plus profond mépris des lois. Un grand bravo à l’opposition pour avoir mis le doigt là où ça fait mal. Tout ce qui brille n’est pas or et tout ce qui est vert n’est pas forcément honnête. Si il est forcé à la démission et à une interdiction d’exercer des mandats politiques il faudra que ce soit rétroactif depuis la date du délit ce qui rendra caduc son méga-projet de tours sociales.

  • Unicorn le 11.09.2019 17:33 Report dénoncer ce commentaire

    On tire à boulet rouge, mais ne rate-t-on pas la cible? Qu'une personne sous tutelle lègue son immeuble à son tuteur est particulièrement suspect, car la personne sous-tutelle ne peut rien décider en matière financière sans le tuteur. A priori, la question se pose si le tuteur a décidé du testament qui lui est favorable, s'il a influencé le propriétaire, ou si la rédaction de ce testament se fit sans l'influence de M.Traversini, et préalablement à sa désignation du tuteur.

Les derniers commentaires

  • Jean Neymar le 13.09.2019 12:20 Report dénoncer ce commentaire

    J’espère que les électeurs sanctionneront enfin les Verts ! Un tuteur n’est-il pas exclu de tout héritage de la personne vulnérable ? Faites ce que je vous dis, pas ce que je fais ! Les Verts nous mènent au CHAOS !!!

  • susi le 12.09.2019 16:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je suis contente m. Travaersini est un monsieur movais il pense cá lui pour aider les habitants il dit non mais lui peut tout fair

  • pierrot le 12.09.2019 08:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Avec la rentrée ça risque de ne pas prendre l’attention nécessaire. Ça semble grave

  • Unicorn le 11.09.2019 17:33 Report dénoncer ce commentaire

    On tire à boulet rouge, mais ne rate-t-on pas la cible? Qu'une personne sous tutelle lègue son immeuble à son tuteur est particulièrement suspect, car la personne sous-tutelle ne peut rien décider en matière financière sans le tuteur. A priori, la question se pose si le tuteur a décidé du testament qui lui est favorable, s'il a influencé le propriétaire, ou si la rédaction de ce testament se fit sans l'influence de M.Traversini, et préalablement à sa désignation du tuteur.

    • Pas mieux le 11.09.2019 18:29 Report dénoncer ce commentaire

      En effet, je me suis posé la même question!

  • cmd le 11.09.2019 17:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    la politique !!! ils se accusent uns à les autres just pour le pouvoir .ça que on voit sur les fotos c'est une vieille baraque de plus de 40 ans et une nouvelle porte de garage sur une vieille maison il est où le problème de améliorer sa maison tout le monde fait ça...