Projet au Luxembourg

11 avril 2019 06:58; Act: 11.04.2019 11:15 Print

Le projet d'usine de yaourts reste d'actualité

BETTEMBOURG - La procédure en vue de l'implantation d'une usine de fabrication de yaourts grecs suit son cours, mais l'étude d'impact tarde à s'achever.

storybild

Deux études doivent encore être achevées.

Sur ce sujet
Une faute?

«Le dossier n'est pas encore au ministère. L'Administration de l'environnement attend la réception des dernières études dans le cadre de la procédure d'évaluation des incidences sur l'environnement (EIE)», précise le ministère de l'Environnement, évoquant l'avancement du projet de construction de l'usine de yaourts par Fage, à Bettembourg. Deux études doivent encore être achevées. L'une relative aux eaux usées et l'autre consacrée aux mesures d'atténuation liées à l'impact de l'usine sur l'habitat d'espèces d'oiseaux.

«Une fois l'EIE terminée, elle fera l'objet d'une enquête publique et ensuite l'Administration de l'environnement procédera à ses conclusions». Dans la foulée, le fabricant de yaourts grecs, Fage, devra faire sa demande d'exploitation en soumettant son dossier «commodo-incommodo» au regard de la loi sur les établissements classés.

Il appartiendra aux communes d'accorder les permis de construire

«C'est à ce moment-là que l'on reparlera de la consommation d'eau. Aujourd'hui, il existe des techniques de fabrication de yaourts qui permettent une utilisation moindre d'eau», précise le ministère de l'Environnement.

Les chiffres de consommation qui circulaient à l'époque, «900 000 m3 par an, l'équivalent d'une ville de 20 000 habitants», selon le ministère, étaient à l'origine de la brouille entre le socialiste Étienne Schneider, ministre de l'Économie, et l'écologiste Carole Dieschbourg, ministre de l'Environnement. In fine, il appartiendra aux communes concernées, Bettembourg et Dudelange, d'accorder les permis de construire.

(L'essentiel/Gaël Padiou)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Léo le 11.04.2019 07:54 Report dénoncer ce commentaire

    Le premier problème est lié au manque de compétences pour apprécier correctement à la fois les enjeux et les impacts.

  • la petite goutte le 11.04.2019 08:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bon ben c'est vraiment pas pour demain, j'espère que le patron de l'usine ne changera pas d'avis avec toutes ces complications...

  • ladeux le 11.04.2019 07:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    pas besoin de faire d'études pour comprendre les impacts monstrueux que fait une telle usine. de plus, nous avons déjà tout ce qu'il faut dans le pays et a bettembourg même: l'usine désaffectée de galbani!

Les derniers commentaires

  • red taz le 11.04.2019 15:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    le prix de l'eau va exploser,et je parle même pas du traitement des eaux usée.

  • Jean II le 11.04.2019 13:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Luxlait va être content !

  • MannVumFridden le 11.04.2019 10:35 Report dénoncer ce commentaire

    Cela fait 360 piscines olympiques ou 1/60 du barrage de la Haute Sure! Peut-on avoir des assurances que le prix de l’eau potable ne va pas s’envoler?

    • Nomi le 11.04.2019 12:07 Report dénoncer ce commentaire

      Pour réduire la quantité de l'eau potable, on pourrait utiliser du lait frais régional au lieu d'importer de la poudre de lait, qu'il faut diluer dans l'eau !

  • Incroyable le 11.04.2019 10:13 Report dénoncer ce commentaire

    Quelle honte que cela traine autant. Il faut savoir que notre pays ne vit que grace au secteur financier, et très peu grace à l'industrie. Si on a une nouvelle crise (elle arrive) alors on va comprendre ce que cela veut dire de ne pas avoir d'industrie (en quantité suffisante) et de dépendre que du secteur financier. C'est regrettable de voir ce qu'il se passe au pays.

  • la petite goutte le 11.04.2019 08:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bon ben c'est vraiment pas pour demain, j'espère que le patron de l'usine ne changera pas d'avis avec toutes ces complications...