Locations au Luxembourg

27 juillet 2018 08:00; Act: 27.07.2018 12:12 Print

La capitale cherchera un accord avec Airbnb

LUXEMBOURG - Comme dans d’autres villes en Europe, la taxation des locations via les plateformes en ligne interroge aussi les services de la capitale.

storybild

Les locations ponctuelles par des particuliers échappent aux taxes. (photo: Editpress)

Sur ce sujet
Une faute?

Le succès grandissant des plateformes de location de logements entre particuliers telles que Airbnb a conduit de grandes villes européennes à réguler le mouvement. Dans des cités où la tension sur le marché de l’immobilier était déjà forte, les prix se sont accrus, parfois plus que de raison. La rentrée de taxes locatives est également en jeu.

À Luxembourg-Ville, le sujet est aussi sur la table. Sollicités, les services de la capitale indiquent que ceux qui proposent des chambres sur Internet doivent se conformer à la loi du 17 juillet 1960, qui oblige celui qui héberge habituellement contre paiement à faire enregistrer ses chambres par l’administration communale. «Mais encore faut-il se mettre d’accord sur ce que la loi vise par "habituellement"», souligne la Ville.

Environ 150 logements proposés à la location

Un point que devrait éclaircir une étude sur l’ampleur du phénomène, qui avait été annoncée par la secrétaire d’État à l’Économie en mars dernier. Attendue pour cet été, elle a été intégrée dans une étude plus large sur l'économie du partage, réalisée dans le contexte de la «stratégie Rifkin». Les résultats ne seront pas disponibles avant l’automne, selon le ministère.

En attendant, «la ville de Luxembourg n’est pas en mesure d’extraire les données concernant les locations via Airbnb, ou une autre plateforme similaire», précise-t-elle auprès de L’essentiel, alors que, selon la consultation en ligne du site Airbnb, autour de 150 logements sont proposés à la location dans la capitale.

Les bailleurs ne payent donc pour l’heure aucune taxe. «Toutefois, la ville de Luxembourg cherchera le dialogue avec Airbnb, afin de convenir d’un accord commun, comme c’est notamment le cas pour Paris par exemple».

(Mathieu Vacon/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • sunny le 27.07.2018 08:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Autour de moi plusieurs appartements loués en airbnb, centre-ville lux. Et qui contrôle si ces locations ne sont que « sporadiques »? Déjà que les logements « non touristiques »sont loués à un prix très cher et manquent... pas cool

  • Luxo le 27.07.2018 11:00 Report dénoncer ce commentaire

    Airbnb ou location classique, le prix des loyers doivent être encadrés. Tous les appartement doivent être réguliérements contrôler par un organisme indépendant, afin déviter que les logements vétustes ou insalubre soient mis sur le marché. Et en Ville aucun appartement de 100 m2 d'un standing normal devrait être loué plus de 1000 € par mois ou 50 € par jours. (la moitié pour un 50 m2) et moins si la classe énergétique est basse.

  • Jacques Merell le 27.07.2018 08:24 Report dénoncer ce commentaire

    Ce sont trés majoritairement des logements disponibles sur de trés courtes durées dans l'année et qui ont peu d'interêt par rapport au problème pénurie générale. En revanche il y a une forte tendance contre laquelle il faut absolument lutter c'est celle de certaines familles luxembourgeoises propriétaires d'un parc immobilier sgnificatif et qui veullent se soustraire à l'impot en passant par ces plateformes de location.

Les derniers commentaires

  • celcius le 27.07.2018 12:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il faudra voir Airbnb plutôt comme un nouveau outil. Comme locataire Airbnb on est bien couvert, les conditions sont claires. Comme beaucoup de personnes de ma génération, j’y suis très favorable. Si on commence a imposer des règles, des impôts etc... cela ne résultera à des tarifs encore plus élévés pour les locataires. Ne touchez pas à qq chose qui marche bien

  • Luxo le 27.07.2018 11:00 Report dénoncer ce commentaire

    Airbnb ou location classique, le prix des loyers doivent être encadrés. Tous les appartement doivent être réguliérements contrôler par un organisme indépendant, afin déviter que les logements vétustes ou insalubre soient mis sur le marché. Et en Ville aucun appartement de 100 m2 d'un standing normal devrait être loué plus de 1000 € par mois ou 50 € par jours. (la moitié pour un 50 m2) et moins si la classe énergétique est basse.

  • Benny le 27.07.2018 09:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    150 me semble très en dessous de la réalité. Il faudrait ajouter un zéro. Je connais un couple qui vivent chez leurs parents et qui louent 4 appartements à Luxembourg City. Soit un revenu net par mois de 4600€!!!

  • sunny le 27.07.2018 08:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Autour de moi plusieurs appartements loués en airbnb, centre-ville lux. Et qui contrôle si ces locations ne sont que « sporadiques »? Déjà que les logements « non touristiques »sont loués à un prix très cher et manquent... pas cool

  • Jacques Merell le 27.07.2018 08:24 Report dénoncer ce commentaire

    Ce sont trés majoritairement des logements disponibles sur de trés courtes durées dans l'année et qui ont peu d'interêt par rapport au problème pénurie générale. En revanche il y a une forte tendance contre laquelle il faut absolument lutter c'est celle de certaines familles luxembourgeoises propriétaires d'un parc immobilier sgnificatif et qui veullent se soustraire à l'impot en passant par ces plateformes de location.