Au Luxembourg

12 juin 2018 11:02; Act: 12.06.2018 14:36 Print

La Chambre des métiers fait des propositions

LUXEMBOURG – La Chambre des métiers a des idées qu'elle va soumettre, avec la Fédération des artisans, aux différents partis politiques, avant les élections d'octobre.

storybild

L'artisanat au Luxembourg, c'est quelque 90 000 emplois. (photo: AFP/Philippe Huguen)

Sur ce sujet
Une faute?

L'artisanat, c'est près de 7 100 PME (Petites et moyennes entreprises) et quelque 90 000 emplois, ce qui en fait le premier employeur du Grand-Duché. «Le secteur s'est beaucoup développé ces dernières années et il doit pouvoir rester attractif», rapporte Tom Oberweis, président de la Chambre des métiers. «La digitalisation massive est un premier défi majeur à relever».

«Beaucoup de petites et moyennes entreprises manquent de compétences techniques nécessaires. Il faut une meilleure coordination des politiques en matière de formation continue, pour permettre aux entreprises de perdurer», explique Romain Schmit, secrétaire général de la Fédération des artisans, pour qui il est aussi important de rendre leur attractivité aux carrières de l'artisanat. «L'apprenti doit être mieux orienté, en fonction de ses forces et de ses intérêts. Le DAP et le brevet de maîtrise doivent être revalorisés et mis en avant», affirme Romain Schmit.

Selon lui, «en terme de logement, l'organisation territoriale du pays doit être repensée et l'autonomie communale, qui pose parfois un frein à la construction et à l'implantation d'entreprises, doit peut-être être limitée». En effet, selon une étude menée en 2016 par la Chambre des métiers, il y avait alors un besoin de 90 hectares de terrains pour l'implantation de PME. «Le gouvernement doit donc pouvoir mettre plus de zones d'activités à disposition des entreprises désireuses de s'installer. Pour les zones existantes, certains contrats emphytéotiques arrivent à échéance et doivent être revus», souligne Romain Schmit.

Romain Schmit, secrétaire général de la Fédération des artisans, au micro de «L'essentiel»:

(Pierre François/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Luxo le 12.06.2018 16:54 Report dénoncer ce commentaire

    l'autre solution est d'aider les entreprises à s'installler dans les zones frontalières

  • torolkozo le 12.06.2018 11:42 Report dénoncer ce commentaire

    Besoin de 90 hectares pour l'implantation de PME ? Mais le territoire est limité si nous voulons garder la nature intacte au pays et où construire alors les logements ???

  • Knopchen le 12.06.2018 20:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le GDL, c’est 258.600 ha. Qu’est ce que 90ha pour développer les entreprises innovantes, créer de l’emploi et de la richesse pour payer les futurs retraites ?

Les derniers commentaires

  • Knopchen le 12.06.2018 20:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le GDL, c’est 258.600 ha. Qu’est ce que 90ha pour développer les entreprises innovantes, créer de l’emploi et de la richesse pour payer les futurs retraites ?

  • Luxo le 12.06.2018 16:54 Report dénoncer ce commentaire

    l'autre solution est d'aider les entreprises à s'installler dans les zones frontalières

  • torolkozo le 12.06.2018 11:42 Report dénoncer ce commentaire

    Besoin de 90 hectares pour l'implantation de PME ? Mais le territoire est limité si nous voulons garder la nature intacte au pays et où construire alors les logements ???

    • Markus Heitz le 12.06.2018 13:14 Report dénoncer ce commentaire

      Les logements peuvent être construits hors de nos frontières. Et puis de toute façon nous sommes trop nombreux. La population doit rapidement prendre conscience qu'elle va devoir partir vers les pays frontaliers.