Au Luxembourg

14 octobre 2021 07:00; Act: 15.10.2021 08:59 Print

La chasse aux logements inoccupés ouverte

LUXEMBOURG - En planifiant la création d’un registre des logements inoccupés du pays, le gouvernement entend partir en croisade contre la spéculation immobilière.

storybild

La tâche s'annonce longue et difficile pour le gouvernement dans sa chasse aux logements inoccupés. (photo: Editpress/Archives)

Sur ce sujet
Une faute?

En complément de la taxe communale sur les logements inoccupés que seules… cinq communes (Esch-sur-Alzette, Diekirch, Beckerich, Esch-sur-Sûre et Redange-sur-Attert) sur 102 ont mise en place, le Premier ministre, Xavier Bettel, a annoncé mardi, que «la spéculation sur les terrains non bâtis et d’appartements non occupés fera l’objet d’une taxe». L’objectif est clair: faire éclater la bulle immobilière et voir le pouvoir public (État, commune), sinon prendre la main, à tout le moins exercer une influence tangible sur le marché.

Un des instruments prévus afin d’y parvenir est la création d’un registre national répertoriant tous les appartements du pays, en indiquant s’ils sont occupés ou non. Mais le travail se profile titanesque et de longue haleine, le gouvernement espérant «boucler les travaux préparatoires au projet de loi dans douze mois». Les autorités partent en effet de… nulle part: «Nous ne disposons aujourd’hui d’aucune donnée fiable», reconnaît le ministère du Logement.

«Savoir si un logement existe»

Si des données existent bien au niveau des registres des bâtisses gérés par les communes, «nombre d’entre elles n’ont pas accès au cadastre vertical», déplore Émile Eicher, président du Syndicat des villes et communes (Syvicol). Ce document, «pourtant obligatoire, mais pas ou peu contrôlé», permet d’identifier précisément où les appartements se trouvent dans un immeuble, ainsi que leur nombre. «Car avant de savoir si un logement est occupé ou non, il faudrait d’abord tout simplement savoir s’il existe», lâche le président.

Émile Eicher dresse le constat que «si certaines communes – à l’image de Pétange, où les propriétaires fournissent toutes les données – sont très bien organisées, d’autres, comme Luxembourg-Ville, le sont beaucoup moins». Et d’illustrer son propos par l’exemple des «chambres de bistrot. À nouveau, si grâce au registre communal des personnes physiques, nous savons exactement combien de personnes sont logées, nous ignorons le plus souvent sur combien de logements elles se répartissent. Dans certains cas, nous avons même envoyé nos techniciens constater si les lieux sont habitables ou pas».

Bref, une base légale s’avère absolument nécessaire, vu le flou total qui entoure l’immobilier au pays. Incapable de «déterminer si le phénomène de l’inoccupation est ou non en croissance» ces dernières années, le ministère du Logement s’autorise tout juste à révéler que ce futur registre des logements inoccupés «sera mis à jour en temps réel» et qu’il sera alimenté par les communes. «Clairement, nous aurons besoin de moyens supplémentaires pour cela», rétorque Émile Eicher, appelé à une première réunion préparatoire sur le sujet, lundi, en compagnie de la ministre de l’Intérieur, Taina Bofferding. Le début d’un parcours long et sinueux…

(Jean-François Colin/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Vincelux le 14.10.2021 08:18 Report dénoncer ce commentaire

    Faites-moi rire, tous les actes notariés sont enregistrés...les spéculateurs, connus, les propriétaires, connus... Mais tant que l'oncle de la soeur du mari de la tante de Jemp est là, rien ne bougera

  • Toogood le 14.10.2021 08:34 Report dénoncer ce commentaire

    Bof… un quart des logements inocuppés appartient à des fonds speculatifs.. souvent basés à l’étranger..

  • Attention le 14.10.2021 08:30 Report dénoncer ce commentaire

    Quid des fausses déclarations de résidents permanents pour bénéficier du statut de résident fiscal luxembourgeois alors que l'on passe sa retraite sur la Côte d'Azur ou dans le Sud de l'Europe... Le Luxembourg souhaite-t-il vraiment s'attaquer à ce problème?...

Les derniers commentaires

  • c est a rigoler le 15.10.2021 08:36 Report dénoncer ce commentaire

    heureusement que le luxembourg ne fait que 90 KMsur40; si il etait plus grand ce serait dur de trouver les logements vides , par contre pour les impots ils arrivent a nous trouver

  • informez vous le 14.10.2021 17:24 Report dénoncer ce commentaire

    le cadastre vertical existe depuis 1987 si vous avez un vieux appartement , oui il y en a beaucoup, pour le vendre vous devez faire un cadastre vertical a vos frais bien sur et c est pas donne ,sinon vous ne pouvez pas vendre votre bien vu qu il ne pourra pas etre enregistre au bureau des hypotheques moralite les appartement qui n,ont pas de cadastre vertical doivent etre des taudis

  • Pas que le 14.10.2021 16:44 Report dénoncer ce commentaire

    @attention Pas besoin d aller si loin. Juste à la frontière c est deja bien. Il faudrait aussi voir les logelents où sont domiciliées beaucoup de familles chez mami sans y vivre

  • Joe3 le 14.10.2021 14:39 Report dénoncer ce commentaire

    peut on denoncer son voisin s il est la moins de 6 mois par an? ou les boites aux lettres des immeubles? peut etre faut il adresser cela a la presse internationale?

  • Tonton Beber le 14.10.2021 14:11 Report dénoncer ce commentaire

    Il devient vraiment urgent de changer d'équipe.