À Echternach

27 février 2014 16:55; Act: 27.02.2014 16:55 Print

«La classe "prépa" n'a pas connu le succès espéré»

ECHTERNACH - Ouverte en septembre dernier, la première classe préparatoire aux grandes écoles de commerce et de management françaises du pays ne compte que quatre élèves cette année.

storybild

Une campagne de promotion a été mise en place afin d'attirer plus d'étudiants. (photo: Editpress)

Sur ce sujet

«Les avantages des classes préparatoires pour assurer un passage réussi en école de commerce ne sont pas encore bien connus au Luxembourg et le recrutement de la classe CPGE au Lycée classique d'Echternach n'a pas connu le succès espéré en 2013», reconnaît ce jeudi le ministre de l'Éducation, Claude Meisch. Avec une vingtaine de dossiers déposés l'an passé, le lycée d'Echternach n'en a pourtant sélectionné que quatre et assume ce recrutement.

«Nous recherchons des profils très ciblés, car il faut savoir que les élèves ont 9 heures de mathématiques informatique par semaine. Cette classe "prépa" n'est donc pas accessible à tous les étudiants. Mais je reste très optimiste pour l'année prochaine. Nous avons déjà une dizaine de demandes», explique le directeur Henri Trauffler. Ouverte la rentrée dernière, la classe préparatoire va devoir subir quelques ajustements.

«Nos meilleurs élèves, confrontés dès le début de leur scolarité à un enseignement en allemand et en français, auquel se rajoute l'anglais au début du secondaire, ont certes des avantages au niveau de la maîtrise des langues. Par contre, la pratique régulière et systématique de méthodes d'analyse et de synthèse autour de thèmes d'actualité économiques et de culture générale est moins prononcée qu'en France», note le ministre. La dissertation et le résumé de texte devraient donc être davantage développés. Enfin, une campagne de promotion a été mise en place, afin d'attirer plus d'étudiants.

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • JJames le 27.02.2014 21:18 Report dénoncer ce commentaire

    Et puis, il ne pouvait pas l’excentrer encore plus haut dans le nord leur école...? ET comme beaucoup le pense, je préfère directement commencer le cursus universitaire que de "perdre" une année en prépa.

  • Sigefroid le 27.02.2014 17:18 Report dénoncer ce commentaire

    "ont certes des avantages au niveau de la maîtrise des langues mais... culture générale est moins prononcée ..." Et oui, bavarder ne suffit pas! Faut-il pouvoir dire des choses intelligentes en plus! Et ça??! Et que ce cher ministre ne se fasse pas trop d'illusions sur nos "langues"! Que ici on est satisfait! S'il fallait tester nos langues avec des nationaux, il déchanterait tout aussi vite! Et ce n'est pas une intuition! Un bon Lycée et un bon ministre de l'instruction publique valent largement toutes les "prépa"! On n'a ( plus) ni l'un ni l'autre! Il ne reste plus qu'à bricoler l'accès!

  • Lucien L. le 28.02.2014 09:55 Report dénoncer ce commentaire

    La classe prépa est une formation d'excellence qui au delà de former aux grandes école de commerce permet quelque chose qu'aucune autre formation ne propose: l'ouverture sur le vie et le monde. En déplaise aux critiques des ignares que je viens de lire ci-dessous. C'est quelque chose à vivre. J'encourage les étudiants luxembourgeois qui n'ont pas peur de travailler à s'inscrire en prépa et trouver leur voie. 2 années très difficiles mais inoubliables et riches en apprentissage et rencontres. Bravo pour cela, il faut continuer.

Les derniers commentaires

  • Lucien L. le 28.02.2014 09:55 Report dénoncer ce commentaire

    La classe prépa est une formation d'excellence qui au delà de former aux grandes école de commerce permet quelque chose qu'aucune autre formation ne propose: l'ouverture sur le vie et le monde. En déplaise aux critiques des ignares que je viens de lire ci-dessous. C'est quelque chose à vivre. J'encourage les étudiants luxembourgeois qui n'ont pas peur de travailler à s'inscrire en prépa et trouver leur voie. 2 années très difficiles mais inoubliables et riches en apprentissage et rencontres. Bravo pour cela, il faut continuer.

    • patchwork le 28.02.2014 14:45 Report dénoncer ce commentaire

      Il y a des prépas à d'autres écoles que celles de commerce, et fort heureusement ;)

  • JJames le 27.02.2014 21:18 Report dénoncer ce commentaire

    Et puis, il ne pouvait pas l’excentrer encore plus haut dans le nord leur école...? ET comme beaucoup le pense, je préfère directement commencer le cursus universitaire que de "perdre" une année en prépa.

    • patchwork le 28.02.2014 08:12 Report dénoncer ce commentaire

      Oui, Luxembourg-ville aurait été plus pratique, voire plus judicieux. On peut avoir des équivalences à l'université selon la filière suivie, et ainsi au contraire on gagne sur tous les tableaux à avoir fait une prépa; c'est un véritable turbo dans une existence ;)

  • Sigefroid le 27.02.2014 17:18 Report dénoncer ce commentaire

    "ont certes des avantages au niveau de la maîtrise des langues mais... culture générale est moins prononcée ..." Et oui, bavarder ne suffit pas! Faut-il pouvoir dire des choses intelligentes en plus! Et ça??! Et que ce cher ministre ne se fasse pas trop d'illusions sur nos "langues"! Que ici on est satisfait! S'il fallait tester nos langues avec des nationaux, il déchanterait tout aussi vite! Et ce n'est pas une intuition! Un bon Lycée et un bon ministre de l'instruction publique valent largement toutes les "prépa"! On n'a ( plus) ni l'un ni l'autre! Il ne reste plus qu'à bricoler l'accès!

    • stefdu lux le 27.02.2014 17:37 Report dénoncer ce commentaire

      Je pense que les autorités luxembourgeoise ont conscience des problèmes du système. Le nouveau gouvernement vient seulement d'arriover, laissons leur une chance

    • Sigefroid le 27.02.2014 17:58 Report dénoncer ce commentaire

      Oubliez le nouveau gouvernement! J'ai croisé dernièrement le nouveau ministre de l'Educ. Nationale! Il a déjà pris conscience que les promesses électorales sont très loin et ne resteront que des promesses! Il faut des décideurs! Et en politique politicienne, décider c'est se suicider! Ou alors il faut s'assurer : comme Krecké par exemple ou bien Schroeder! Pas facile à l'Educ Nationale de se faire arroser par des entreprises pourries à qui on offre des contrats ou bien des subsides sur le cash du contribuable et qui vous arrosent ensuite de dividendes juteux!!!

    • Pitty le 27.02.2014 18:22 Report dénoncer ce commentaire

      Il me semble que c'est devenu la phrase de l'année 2014: Laissons leur une chance! Depuis 3 mois je n'entends rien d'autre et je suis sûr qu'en décembre on dira toujours: Laissons leur une chance! Il ne faut quand même pas leur laisser une chance jusqu'en 2019 car ce sera trop tard.

  • Nirudy le 27.02.2014 17:10 Report dénoncer ce commentaire

    Autant intégrer directement une université et tenter sa chance. Dans le pire des cas l'élève recommencera l'année avec un meilleur aperçu des enjeux académiques. C'est ça ou alors ils est de toute façon un fainéant voué à l'échec et aucune classe ne pourra réparer ça.

    • bob leponge le 27.02.2014 17:28 Report dénoncer ce commentaire

      Comparée aux autres cursus, la classe prépa apporte énormément: développement de la logique (bcp de maths), comprendre le monde surtout d'un point de vue économique (connaitre les grandes périodes, les causes et conséquences permett de mieux analyser le monde d'aujourd'hui), esprit de synthèse et d'analyse, savoir restituer les idées essentielles parmi un flot d'information important, résistance au travail et à la pression (bah oui faut quand même avoir une école après...la prépa seule n'est pas reconnu)...Seul les gens n'ayant pas fait de prépa disent que c'est de la daube...

    • Pas de seconde chance en France le 27.02.2014 17:32 Report dénoncer ce commentaire

      L'université française ne donne quasiment pas accès aux écoles de commerce et d'ingénieur en France, la prépa est donc quasi incontournable si l'on veut intégrer une bonne école. Ce modèle élitiste à la française peut être décrié et contesté mais si l'on souhaite intégrer une école convenable en France il n'y a pas le choix et les places sont très chères. Le lycée d'Echternach a raison de sélectionner les candidats car la concurrence est plus que rude et les deux années de prépa sont tout sauf une sinécure ...

    • stefdu lux le 27.02.2014 17:36 Report dénoncer ce commentaire

      D'accord avec toi Bob l'éponge, mon fils est en licence Math Informatique et il envisage de passer en classe prépa l'année prochaine pour hausser son niveau. De plus les classes prépas c'est pour aller bien plus haut qu'un master, on parle des écoles de commerce mais il y a aussi polytechnique, mines, etc... Ce sont parmis les meilleurs écoles. On peut tout reprocher au système français mais sur les écoles d'excellence, ils sont très bons.

    • Sigefroid le 27.02.2014 17:45 Report dénoncer ce commentaire

      ce que vous décrivez s'appelait jadis l'enseignement secondaire à peu de chose près ! Il y a avait des sections à haut potentiel qui formaient bien plus que la logique : le raisonnement! C'était par exemple les sections latines, déclinées en grec, math ou sciences! Et ensuite, une année de spéciales math renforçaient pour les carrières scientifiques! Quand à l'économie, ce n'est même pas une sous-science! C'est une illusion vendue aux nigauds qui y croient et qui s'avère aussi fiable que la météo au journal TV ! Mieux vaut faire encore philo pour la rigueur du raisonnement! Mais c'est dur!

    • Sigefroid le 27.02.2014 17:53 Report dénoncer ce commentaire

      La France, c'est bien connu, a tout ce qu'il y a de mieux au monde ! Sauf leur PIB! Par contre c'est vrai que toute leur "classe" politique sort de ces "grandes" écoles napoléoniennes qui sont des plutôt des clubs qui permettent de créer des réseaux à vie et de s'assurer des fiefs et des prébendes taillées dans le territoire! Les Allemands n'ont pas ça! Les Suisses n'ont plus! Ni les Italiens du Nord! Ils bossent par contre, sont inventifs, créatifs et produisent de l'excellence convoitée! Cherchez l'erreur? Cela n'exclut pas quelques têtes françaises bien faites! Mais pas plus qu'ailleurs!

    • Richard S. le 27.02.2014 20:00 Report dénoncer ce commentaire

      Bravo Sigefroid!Quand nous voyons ce que produit le système à la française.C'est à leurs fruits qu'il faut les juger et là,quand nous voyons où toutes ces têtes ont conduit leur pays,il faudrait se poser la question de leur efficacité.Les pays européens qui privilégient l'apprentissage et les nations comme les,Etats-Unis,Chine,Corée,etc où les enseignements supérieurs sont d'avantage en symbiose avec les entreprises et ou les recherches trouvent une application immédiate,sont préférables à ces écuries pour futurs hauts fonctionnaires totalement déconnectées de l'entreprise!

    • patchwork le 28.02.2014 08:17 Report dénoncer ce commentaire

      Oui, la France est tout sauf un eldorado, formation élitiste ou non. Elle l'a été pendant les 30 Glorieuses, mais la page est bel et bien tournée. Il y a 66.000 Français en Californie; ça vous parle ?!

    • stefdu lux le 28.02.2014 09:46 Report dénoncer ce commentaire

      Il n'y a pas que l'ENA dans les hautes écoles, et le spoliticiens français viennent de l'ENA. Les entreprises mondiales viennent recruter les élites françaises. Ce n'est pas pour rien. Les ingénieurs français aussi sont reconnus. Alors arrétez le France Bashing juste parce que c'est dans l'air du temps.

    • Nuance le 28.02.2014 09:56 Report dénoncer ce commentaire

      Sauf que les "66000 Français en Californie" ont certainement fait des études dans ces écoles d'élites. Le réel problème est ici que la France délivre des formations parfaitement reconnues à l'internationale mais est trop rigide pour utiliser les potentialités qu'elle a contribuer à créer et financer sur son propre territoire. C'est effectivement désolant pour la France mais c'est une opportunité pour des pays comme le Luxembourg qui utilise cette main d’œuvre qualifiée sans avoir payer la formation initiale

    • patchwork le 28.02.2014 14:46 Report dénoncer ce commentaire

      On ne le sait malheureusement que trop bien :(