Drogue

22 octobre 2018 07:00; Act: 22.10.2018 08:47 Print

La cocaïne envahit le marché luxembourgeois

LUXEMBOURG - La cocaïne prend une place de plus en plus importante dans le pays, selon l'Observatoire européen des drogues et des toxicomanies.

storybild

Selon les experts, nombreux seraient les anciens héroïnomanes à être passés désormais à la cocaïne.

Sur ce sujet
Une faute?

Au moment où la police réussissait son coup de force contre la drogue à Esch-sur-Alzette, la semaine dernière, l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (OEDT) publiait son rapport annuel basé sur les chiffres de 2016. Au Luxembourg, on trouverait de la drogue (presque) partout et l’offre augmenterait notamment en raison de la présence de nouveaux mélanges synthétiques.

En 2016, cinq personnes seraient décédées d’une overdose au Luxembourg. Certes, ce chiffre n’a jamais été aussi bas, mais d’après Michel Ledoux, directeur du Centre de prévention des toxicomanies (CePT), «le rapport n’inclut pas les cas où des personnes sous l’influence de drogues ont provoqué un accident ou un incident similaire». Selon le Dr Alain Origer, du ministère de la Santé, coordinateur national drogues, la diminution du nombre d’overdoses - qui était encore de 27 en 2007 - serait due à un phénomène plus vaste.

Alors que l’héroïne continue d’occuper la première place du podium en Europe, le marché luxembourgeois est, lui aussi, envahi par la cocaïne. «La cocaïne ne fait pas effet aussi longtemps que l’héroïne. C’est pourquoi les consommateurs doivent en prendre toujours plus», fait observer le Dr Alain Origer. Dans le même temps, il serait difficile de faire une overdose de cocaïne et nombreux seraient des anciens héroïnomanes à passer à la cocaïne, ce qui contribuerait ainsi à réduire le risque d’overdose.

(Stefanie Braun/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • libre penseur le 22.10.2018 08:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    la cocaíne est une drogue de performance ,il faut se poser la question de savoir pourquoi de plus de gens en on besoin ! c'est un pbs de société !

  • Low rider le 22.10.2018 08:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Malheureusement dans un pays est très riche, il y a aussi des pratiques de riches !

  • pier le 22.10.2018 07:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je confirle que la cocaine est presente dans les lycees

Les derniers commentaires

  • non cest non le 23.10.2018 08:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Rien qu’on ne savait pas

  • Mablanche le 23.10.2018 06:56 Report dénoncer ce commentaire

    N'oublions pas que la grande majorité des consommateurs sont des personnes qui évoluent dans les hautes sphères de la justice, politique et commerciale, tout est caché derrière ces pauvres toxicomanes de la rue...

  • mario ciatti le 22.10.2018 21:39 Report dénoncer ce commentaire

    cima nord, bonjour messieurs les assureurs, vous devrez débourser souvent en cas d'accidents ?????

  • Snickers le 22.10.2018 19:40 Report dénoncer ce commentaire

    "En raison de la présence de nouveaux mélanges synthétiques", tout est dit! Le vrai problème avec la drogue aujourd'hui, c'est qu'on en trouve plus qui soit de qualité.

  • Fred P le 22.10.2018 19:15 Report dénoncer ce commentaire

    Et cela touche tous types de personnes, y compris les travailleurs cravatés. Quand j’ai vu certains de mes collègues à la banque (américaine) bosser 12 heures tous les jours, dépérirent en quelques années, finir par avouer ce qu’ils devaient prendre pour tenir le coup et au final se faire virer comme des malpropres sous la menace de dévoiler tout...