Au Luxembourg

18 septembre 2019 08:00; Act: 17.09.2019 19:47 Print

La craie et les cahiers, un lointain souvenir?

LUXEMBOURG - Les cours traditionnels laissent la place aux nouvelles classes, dites «iPad» au Luxembourg.

storybild

Tableaux interactifs et iPad sont devenus des outils indispensables. (photo: AFP/Damien Meyer)

Sur ce sujet
Une faute?

Qui se rappelle le tableau noir sur lequel on écrivait à la craie? À l'International School du Lënster Lycée à Junglinster, cette époque est bien révolue. Il n'y a plus qu'iPad et tableaux interactifs. Dans la classe de Rosie Ferrandon, professeur de français, les élèves font leurs devoirs sur leur tablette, qui leur sert de support pour leurs livres.

Une manière plus moderne d'évaluer les compétences des élèves. Des tests, des exercices ou des questionnaires sont possibles sur des applications. Mathematic, eFrançais, vieso.lu comptent parmi les applications utilisées par les professeurs au Luxembourg.

Garder un contrôle

Toutes sortes d'applications sont disponibles et ne sont pas toutes pédagogiques. Les professeurs se doivent de garder un contrôle sur le travail de l'enfant. «On a accès à un écran où on peut voir, en temps réel, ce qu'ils sont en train de faire» et suivre l'avancement des élèves.

Ces nouveaux outils développent aussi un nouveau moyen de communication: «Les élèves les plus timides, qui n'osent pas parler en public, peuvent appuyer sur un bouton pour dire quand ils ont besoin d'aide». La tablette les suit jusqu'à la maison. Le nouvel outil pédagogique profite aussi aux parents. En cas d'absence de l'élève en cours, ils sont mis au courant via la plateforme, disponible aussi à la maison.

La technologie est une priorité

L'usage des technologies à l'école est devenu une priorité de l'éducation au Luxembourg. «Tout ce qui se faisait sur papier doit être maintenant sur le digital», justifie Filipe Lima, du Service de coordination de la recherche et de l'innovation pédagogiques et technologiques (Script). Si les élèves sont convaincus, reste à persuader les professeurs, qui tardent encore à s'y atteler.

(Marine Meunier/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • ElMecos le 18.09.2019 11:17 Report dénoncer ce commentaire

    Mais... ils sauront encore écrire ou quoi ?

  • Patrick S. le 18.09.2019 09:20 Report dénoncer ce commentaire

    Pourvu que l'installation d'application soit bloquée. Pourvu que l'accès à Internet soit filtré. Pourvu que les parents aient le contrôle sur la tablette. Sinon ça fera comme les bus gratuits, l'école se substitue à l'autorité parentale en autorisant de facto les enfants à aller n'importe où n'importe quand sans l'accord parental. Sur la tablette ça sera une utilisation non contrôlée et sans possibilité de contrôler. Je suis foncièrement contre cette façon de procéder.

  • Mimi le 18.09.2019 10:35 Report dénoncer ce commentaire

    ah la bonne époque, les craies et tableau noirs avaient leur charme. Aujourd'hui même les écoles "digitalisent" les enfants. Ok, c'est bien de vivre avec son époque et d'entraîner les enfants à utiliser des outils technocologiques qu'ils seront amenés à avoir par après mais franchement je ne trouve pas que ce soit forcément une méthode à standardiser, ça encourage surtout les enfants à demander dés 7 ans un GSM, une tablette et je ne sais quoi d'autre...

Les derniers commentaires

  • loche1603 le 19.09.2019 08:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La phrase « pour les enfants timides il peuvent appuyer sur un bouton pour demander de l’aide » est magique...c’est sur que ça va travailler leur socialisation.Comment fera t’il le jour où il devra se présenter pour un travail il utilise SIRI ou Google Assist :’) Oui a l’ouverture numérique mais avec parcimonie!

  • brave new world le 19.09.2019 07:43 Report dénoncer ce commentaire

    Et le test d'orthographie avec un autocorrect sur la tablette. Les traductions via des apps de traduction et l'analyse d'un texte de max 126 signes.

  • Silicon valley le 19.09.2019 07:05 Report dénoncer ce commentaire

    Un grosse partie des patron des grandes entreprises de l informatique ne donne pas de tablettes à leurs enfants. Plein d article en parle. Je crois qu il savent pourquoi il ne faut pas tant numériser les enfants.

  • narrato le 18.09.2019 22:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ouch ! Pour l’avoir vu en action, les tablettes à l’école n’ont pas l’efficacité escomptée. Toutes les études montrent que tablette et enfant ne font pas bon ménage. Technologie en apprentissage : oui, mais avec discernement. Nous n’avons pas encore un implant dans le cortex pour évoluer comme des néo-humains responsables

  • Lux le 18.09.2019 21:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Inacceptable! L‘électronique ok ça rend service ! Mais le contact, parler, écrire, savoir écouter, s‘exprimer restera toujours le Top pour la socialisation et sans social où va-t-on ??? Les enfants ne savent pratiquement plus communiquer verbalement avec les parents . La tablette a prit le relais même pour donner un bisous ???? émoji