Au Luxembourg

30 mars 2021 07:00; Act: 30.03.2021 08:15 Print

La fête devient folle sur les réseaux sociaux

LUXEMBOURG - Feux d’artifice et rassemblement de dizaines de personnes. Plusieurs jeunes ont bravé les interdits, vendredi, au Kirchberg. Alicia ne comprend pas.

storybild

Entre 20h et 21h, vendredi soir, un feu d'artifice a même été tiré lors d'un rassemblement de jeunes au Kirchberg.

Sur ce sujet
Une faute?

Les images que nous avons reçues sont spectaculaires. Tournées via l’application Snapchat, réseau social numéro 1 au Grand-Duché, ces images témoignent d’un important rassemblement de jeunes, vendredi soir, à Luxembourg-Ville. Selon le filtre ajouté à ces images, à 20h29 exactement, des feux d’artifice ont été tirés sur les hauteurs du Kirchberg, aux endroits mêmes où la police a confirmé la tenue de deux soirées sauvages, le vendredi 26, et le samedi 27 mars 2021, près du musée d'Art moderne (MUDAM) dans le parc des Trois Glands.

Smartphones en main, des adolescents ne veulent rien rater du spectacle et profitent de l’occasion pour danser tous ensemble sur les hits du moment. Et au fil des images, l’ambiance monte progressivement d’un cran, certains n’hésitant pas à se mettre torses nus, sans lâcher leurs sacs-à-dos. Sur une autre séquence toujours tournée grâce à Snapchat et localisée au même endroit au soleil couchant (après 18h58), on y entend clairement parler luxembourgeois et on distingue également l’une ou l’autre planche de skate-board. Plusieurs dizaines d’adolescents se réjouissent aussi de pouvoir être éclairé par des feux d’artifice.

«Plus rien à faire avec moi dans le futur»

La fête semble folle et fort sympathique. L’ambiance est bonne en ce début de printemps, sauf que pour le moment, compte tenu des mesures sanitaires liées à l’épidémie de Covid-19, ce type de rassemblement est strictement interdit au Luxembourg. Selon les directives actuellement en vigueur, tout rassemblement qui met en présence entre 11 et 100 personnes incluses est soumis à la condition que les personnes portent un masque et se voient attribuer des places assises en observant une distance minimale de deux mètres. Vendredi soir dans le parc des Trois Glands, on était visiblement loin du compte. Et les jeunes présents à cette soirée qualifiée de «sauvage» auraient pu recevoir un avertissement taxé de 300 euros ou une amende de 500 euros.

Du haut de ses 19 ans, Alicia ne comprend pas le comportement de ses connaissances qui ont participé à ces deux soirées, vendredi et samedi, «à des endroits pourtant bien connus de la police». «Je leur ai écrit et je leur ai déjà dit qu’ils n’avaient plus rien à faire avec moi dans le futur», nous a confié cette élève de terminale au Lycée Guillaume Kroll, à Esch. «Faire une fête dans un grenier avec dix personnes qui ont fait un test négatif, OK, pas de problème, mais là, se mélanger avec 200 personnes qui ne se connaissent pas, c’est n’importe quoi… Je me demande d’ailleurs comment les parents de ces jeunes vont réagir. Personnellement, si mon père me reconnaissait sur de telles images, je recevrai une claque et je ne pourrai plus sortir».

«Des fêtes avec des protocoles stricts»

«C’est scandaleux», regrette encore Alicia, qui se dit «responsable de ses actes», à 19 ans, «et surtout responsable de la santé de son entourage » par rapport au Covid. «Et on ne peut pas parler "d’erreurs de jeunesse", car les jeunes présents à la fête, ce sont les mêmes jeunes qui par la suite se plaignent de tout ce qu’ils ratent, manquent ou ne peuvent plus faire à cause du Covid. Ce sont les premiers à utiliser l’excuse du Covid. Pour que tout ça se termine le plus vite possible, il faut écouter l’État et respecter les règles. C’est le seul moyen de sortir rapidement de cette crise».

Mais comment autant de jeunes parviennent-ils à se rassembler à un même endroit pour faire la fête? «C’est comme une chaîne», précise Alicia. «Via les applications, chacun invite un ou deux amis et au final, voilà le résultat. Et que dire de celles et ceux qui continuent à boire dans une même bouteille?». Et l’élève de terminale d’avancer finalement une solution. «On a tous envie de liberté, mais si on fait la fête comme ça tous les jours, ça n’ira jamais. C’est vraiment stupide. Pour éviter cela, il faudrait peut-être rouvrir le M-Club ou le Melusina, avec des tickets et des protocoles sanitaires stricts. Ce qui nous permettrait alors de faire la fête, mais pas n’importe comment…».

(Frédéric Lambert/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Mike le 30.03.2021 07:55 Report dénoncer ce commentaire

    Elles seront organisées ou les nouvelles fêtes sauvages ??? ce n'est pas pour moi c'est pour un ami.....

  • Compote le 30.03.2021 08:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @manu : Alicia n'existe pas. Encore de la manipulation.

  • Maudit le 30.03.2021 12:20 Report dénoncer ce commentaire

    Heureusement que la connerie ne tue pas ça aurait fait un carton

Les derniers commentaires

  • Tristounet le 30.03.2021 20:20 Report dénoncer ce commentaire

    N’oubliez pas de rayer Alicia de vos carnets d’adresse... Sans blague, vous la sortez de quel chapeau cette gamine? Non seulement elle se permet de faire la morale, mais en cas de bêtises, elle accepterait que son père lui distribue une claque! une vraie perle rare, on n’en fait plus des pareilles !

  • pep le 30.03.2021 18:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ted Ils font la fêtes à la maison

  • commentaire populaire le 30.03.2021 17:06 Report dénoncer ce commentaire

    Les jeunes ont en marre du Coronacircus... sauf bien sûr ceux qui sont embrigadés dans la Korona-Stahlhelm-Fraktion.

  • Réflexion le 30.03.2021 16:38 Report dénoncer ce commentaire

    Lu dans une analyse par un virologue Hollandais, Ab Osterhaus : "On vit une pandémie, et la seule priorité de la population est de savoir si on peut voyager et est si on peut fêter !"

  • luxembourgbestcountry le 30.03.2021 15:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    pauvre alicia elle rate sa vie

    • TontonB le 30.03.2021 18:15 Report dénoncer ce commentaire

      Alicia n'existe pas