Cours au Luxembourg

14 juillet 2016 11:45; Act: 14.07.2016 15:03 Print

La flexibilité au cœur de la réforme du lycée

LUXEMBOURG – Le ministre de l'Éducation nationale, Claude Meisch, a présenté la réforme du lycée, jeudi. Les grands points entreront en vigueur à la rentrée 2017.

storybild

L'offre d'enseignement sera plus grande à travers le pays, selon Claude Meisch. (photo: Editpress/Isabella Finzi)

op Däitsch
Sur ce sujet
Une faute?

Le fonctionnement de l'enseignement secondaire va être entièrement réformé à partir de la rentrée 2017, avec la mise en place d'une plus grande flexibilité dans le classique notamment. «Inchangées depuis 1968» dixit Claude Meisch, les sept sections (de A à G) restent en place mais les disciplines enseignées au sein de chacune d'entre elles pourront être différentes selon les lycées. «Les établissements pourront, en fonction de leur profil, supprimer une matière pour en ajouter une autre. L'offre sera plus grande à travers le pays», détaille le ministre.

Une nouvelle section I (Informatique et communication) verra également le jour à la rentrée 2017, sous la forme de projets pilotes. L'objectif est clair, il s'agit de favoriser les compétences numériques des élèves. Autre grande évolution dans le classique, le nombre de disciplines à présenter à l'examen national sera réduit à six, au lieu de sept à onze actuellement. Les autres matières seront évaluées en contrôle continu et mentionnées sur le certificat de fin d'étude.

Procédure d'orientation améliorée dans le technique

Concernant l'enseignement secondaire technique, l'accent est mis sur l'orientation. Le choix de formation en fin de 9e sera mieux préparé avec un premier avis donné en fin de 7e. Dans les classes inférieures, les cours de mathématiques et de langues seront offerts en cours de base et en cours avancés. L'élève pourra suivre le plus adapté dans chacune de ces disciplines.

Parmi les autres grands volets de la réforme, les lycées devront mettre en place un plan de développement scolaire, les programmes seront régulièrement adaptés et les élèves en difficulté bénéficieront de mesures d'appui renforcées. La participation des lycéens et des parents à la vie de l'établissement fait également partie des priorités.

(Thomas Holzer/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Rigoberta M. le 14.07.2016 21:02 Report dénoncer ce commentaire

    Je ne comprends pas pourquoi M. Meisch se fait tant de travail! Il suffit d'une toute petite correction informatique. Dès qu'un enfant est déclaré à la commune, tous ses diplômes devraient déjà être prêts. Pas besoin d'école, pas besoin de lycée! A 18 ans les gens recevront leur diplôme soit par la poste soit par e-mail! Calculez une fois combien l'état y gagnerait rien qu'en salaire des profs!

  • Réformes le 15.07.2016 09:49 Report dénoncer ce commentaire

    Il va falloir aussi supprimer le clivage entre classique et technique: cette méthode de sélection est discriminante en sachant qu'il n'y a pas que l'Allemand comme langue officielle de Lux + un retard de maturité chez les garçons à cet âge. Retardez les orientations en fin de cycle de lycée (2-3 ans p.ex) en misant sur l'évolution scolaire et les motivations réelles de chaque jeune.

  • Rigoberta M. le 15.07.2016 11:40 Report dénoncer ce commentaire

    @Réformes: Loin de critiquer votre avis, même si je ne le partage pas, il faut dire que la réforme entamée par le ministre ne répond en aucun point à vos aspirations! Au contraire!

Les derniers commentaires

  • Rigoberta M. le 15.07.2016 11:40 Report dénoncer ce commentaire

    @Réformes: Loin de critiquer votre avis, même si je ne le partage pas, il faut dire que la réforme entamée par le ministre ne répond en aucun point à vos aspirations! Au contraire!

  • Aris le 15.07.2016 11:17 Report dénoncer ce commentaire

    A qui a pensé M. Meisch quand il veut la flexibilité? A Pasca qui a dit: L'on possède à la fois la force et la flexibilité de l'esprit. Ou bien à Voltaire: Je suis flexible comme une anguille et vif comme un lézard +travaillant toujours comme un écureuil.

    • Catherine le 29.07.2016 08:05 Report dénoncer ce commentaire

      Reforme depuis 5 ans mais les profs sont ils aussi reformes ? Prechant la meme matiere depuis des annees sans experiences economiques d une entreprise aucune notion de gerer un commerce comment ni de stage pour reactiver toutes les progrets informatiques ne serait ce pas un must defaire des formatins continues actuelles

  • Réformes le 15.07.2016 09:49 Report dénoncer ce commentaire

    Il va falloir aussi supprimer le clivage entre classique et technique: cette méthode de sélection est discriminante en sachant qu'il n'y a pas que l'Allemand comme langue officielle de Lux + un retard de maturité chez les garçons à cet âge. Retardez les orientations en fin de cycle de lycée (2-3 ans p.ex) en misant sur l'évolution scolaire et les motivations réelles de chaque jeune.

    • Meli le 15.07.2016 10:48 Report dénoncer ce commentaire

      Le clivage entre technique et classique a des raisons d'être car il s'agit tout simplement de directions à prendre! Si vous voulez on peut enlever le mot technique et classique et dire tout simplement "lycée"! Dans un lycée on suivra des cours de latin, de langues, de math et de science et dans d'autre des métiers! Cependant je me demande ce qu'il y a de discriminant dans le système actuel!

  • Rigoberta M. le 14.07.2016 21:02 Report dénoncer ce commentaire

    Je ne comprends pas pourquoi M. Meisch se fait tant de travail! Il suffit d'une toute petite correction informatique. Dès qu'un enfant est déclaré à la commune, tous ses diplômes devraient déjà être prêts. Pas besoin d'école, pas besoin de lycée! A 18 ans les gens recevront leur diplôme soit par la poste soit par e-mail! Calculez une fois combien l'état y gagnerait rien qu'en salaire des profs!

    • Réformes le 15.07.2016 09:43 Report dénoncer ce commentaire

      Encore une enseignante à harceler sur le ministre! Je ne pense pas que son but est de délivrer les diplômes bidons à nos enfants, sans à y travailler. Lisez les statistiques, nos jeunes sortent à quel âge de lycée grâce à un système trop vieillot par rapport aux pays limitrophes? France: 89% de réussite Bac à 18ans, Belgique etc.. Cela n'empêche pas à ces enfants d'accéder aux enseignements supérieures ensuite pour décrocher leurs unifs à 23-25 ans max. Mis à part de vouloir absolument protéger vos fauteuils, l'avenir professionnel de nos jeunes est menacé si on ne réagit pas maintenant.

    • Meli le 15.07.2016 10:45 Report dénoncer ce commentaire

      Si vous lisez régulièrement les commentaires vous savez que Rigoberta n'est pas une enseignante!

    • @Réformes le 15.07.2016 11:05 Report dénoncer ce commentaire

      Et vous même, êtes vous un spécialiste?

  • Juste un avis le 14.07.2016 18:35 Report dénoncer ce commentaire

    Cela semble plein de bon sens et vouloir tirer les élèves vers le haut, ou du moins les aider à y arriver ... Merci pour nos enfants.

    • Niet le 14.07.2016 20:54 Report dénoncer ce commentaire

      Ils tirent les résultats vers le haut mais pas les élèves!

    • Rigoberta M. le 15.07.2016 11:30 Report dénoncer ce commentaire

      On verra le résultat lors de la prochaine session Pisa!