Marche au Luxembourg

23 novembre 2019 18:20; Act: 25.11.2019 09:32 Print

Dans la rue pour dire «non» aux violences!

LUXEMBOURG - Plusieurs centaines de personnes ont pris part, ce samedi, à la marche organisée contre les violences faites aux femmes, notamment conjugales.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

L'Orange Week, pilotée par le Conseil national des femmes du Luxembourg (CNFL) et la section luxembourgeoise du Zonta International, a débuté mardi. Mais l'un des temps forts pour faire reculer la violence à l'égard des femmes et des filles était la Marche de la solidarité programmée ce samedi. Une marche qui a encore réuni plusieurs centaines de personnes, hommes et femmes, au départ du Glacis et dans le cortège qui a sillonné les rues de la capitale jusqu'à la place Clairefontaine. Permettant d'arborer affiches et slogans, les violences conjugales étant une réalité au Grand-Duché.

Ces violences justifient deux interventions policières par jour et, depuis sa création à l'été 2018, le service umedo du Laboratoire national de santé (LNS) a même examiné 28 victimes de violences causées en majorité par leur conjoint ou ex. «Dites non aux violences», «Levons-nous pour les femmes» pouvait-on lire ce samedi, d'autres réclamant la fin des «abus, enlèvements, féminicides...».

«Il nous manque encore un arsenal spécifique pour identifier et lutter contre les violences psychologiques», avait glissé à L'essentiel Anik Raskin, chargée de direction au CNFL, au moment d'annoncer cette grande marche orange.

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • flores le 24.11.2019 00:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il n’y a pas que les violences physiques,il y a aussi les paroles verbales qui peuvent être violantes considéré comme dégradante ,rabaissante pour une femme et être considéré comme un objet,le pire de tous c’est frapper une femme,et puis il vient pleurer s ‘excuse et puis recommence le lendemain .typique d’une personne violente.et c’est du vécu il y très longtemps et contente d’être sortie de cet enfer

  • Réaliste le 23.11.2019 23:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C est comme le climat tout le monde en parle et personne ne fait rien.

  • lynch le 23.11.2019 19:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Aussi beaucoup de femmes sont violentes envers les femmes les minorités ou les différentes, ces victimes sont obligées de fuir pour” survivre “pour ne pas se laisser détruire. 2019 et le lynchage psychologique existe encore collectivement sur une personne et sans jugement régulier au préalable sans laisser la possibilité à la personne de se défendre . Le racisme, la violence, le mobbing, discrimination, intimidation, abus etc devrait être abolis en public et au privé, au travail La loi et les règles devraient strictement être appliquées dans le milieu du travail . Le travail ce n est pas une mafia , On se doit de travailler ,Ce n est pas un endroit pour créer des bandes ça devrait juste être Professionnel

Les derniers commentaires

  • Claude le 25.11.2019 12:57 Report dénoncer ce commentaire

    Peut-être est-il temps de se poser la question de savoir si les hommes sont faits pour vivre avec les femmes.

  • Angelo51 le 24.11.2019 22:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La violence n’est pas à sens unique. On ne meurt pas que de coups. On peut aussi crever à petit feu.

  • Grand Maître le 24.11.2019 22:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Là on parle des femmes pour ceux qui ramènent le débat aux hommes. Bref ,déjà là vous constaterez le machisme de certains qui je pense n'hesiteraient pas à maltraiter leur femme pour un détail. Je pense également que nous arrivons à ces drames par le creux intellectuel grandissant de notre époque. Maintenant c'est sa petite image de bonhomme qui a réussi,puis acquérir une belle voiture ,faire du sport à s'en étouffer mais surtout ne pas réfléchir. Pas tout le monde, pas tout le monde mais pensez 'abord à ceux autour de vous et tout ces drames n'arriveront pas dans un couple !!

    • Grande Maîtresse le 25.11.2019 14:19 Report dénoncer ce commentaire

      Bref, déjà là vous constaterez le féminisme qui je pense n'hesiterait pas à accuser un homme pour un détail. Je pense également que nous arrivons à ces drames par le creux intellectuel grandissant de notre époque. Maintenant c'est sa petite image d'indépendante qui a réussi, puis acquérir un beau SUV 3 fois plus grand qu'elle, faire du sport à s'en étouffer mais surtout ne pas réfléchir. Pas tout le monde, pas tout le monde mais pensez d'abord à ceux autour de vous et tout ces drames n'arriveront pas dans un couple !!

  • nina le 24.11.2019 20:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @Juriste et moi meme en étant une femme Je ne suis pas comme ça mais j’ai des amis que leurs ex copines ou ex femmes ont et sont toujours des psychopathes

  • nina le 24.11.2019 20:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Vous avez tout à fait raison @Juriste