Au Luxembourg

01 octobre 2020 09:00; Act: 01.10.2020 09:31 Print

La jeunesse pour le climat «retourne» dans la rue

LUXEMBOURG – Coronavirus oblige, Youth for Climate a dû renoncer à ses dernières manifestations. Mardi 13 octobre, le collectif s'exprimera à nouveau mais sans grand défilé.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Le 25 septembre, de jeunes activistes du monde entier se sont mobilisés contre le réchauffement climatique. Le mouvement Fridays for Future a enregistré 3 200 manifestants au total. S'il y a tout juste un an, on recensait encore 2 500 personnes dans les rues de la capitale luxembourgeoise, les actions de Youth for Climate Luxembourg (YFCL) se sont faites plus rares ces derniers temps en raison du coronavirus. Les événements prévus ont à maintes reprises dus êtres annulés au dernier moment. «Nous craignions un trop grand risque d'infection», affirme Jerry Simon, membre de YFCL.

La jeunesse luxembourgeoise n'est toutefois pas restée inactive durant la pandémie, comme le souligne Jerry à L'essentiel: «Nous avons déplacé notre présence dans la rue presque entièrement sur les réseaux sociaux», explique-t-il. Au début du confinement, YFCL a notamment organisé une manifestation en ligne avec de la musique, des ateliers et des discours. Mais désormais, le collectif luxembourgeois de lutte contre le réchauffement climatique a l'intention de retourner dans la rue pour se faire entendre mardi 13 octobre, mais en évitant un gros rassemblement.

«Le changement climatique ne fait pas non plus de pause!»

Les quelques organisateurs qui se rendront sur place invitent les militants à concevoir des affiches pour le jour J. Celles-ci peuvent être remises aux organisateurs aux points de collecte dans les écoles le matin du 13 octobre ou à 13h45 sur la place d'Armes. Ces affiches seront exposées pour appeler à une politique climatique cohérente du Parlement luxembourgeois. «Nous ne pouvons pas nous permettre de faire une pause», prévient Jerry, avant d'ajouter: «Le changement climatique ne fait pas non plus de pause!».

La date n'a pas été choisie au hasard. Elle marque en effet le début de l'année parlementaire. Pour le collectif, c'est l'occasion d'accueillir les députés par une «action de bienvenue» place d'Armes, où le Parlement a temporairement élu domicile, depuis le mois d'avril dernier, en raison de la pandémie.

(mei/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Captainobvious le 01.10.2020 10:06 Report dénoncer ce commentaire

    Normal, les cours ont repris ! Rien pendant les vacances par contre bizarre ... ;)

  • VdL Service Hygiène le 01.10.2020 09:08 Report dénoncer ce commentaire

    Les vacances sont terminés. Si vous allez de nouveau faire les guignols dans la rue, ne jetez pas vos ordures par terre cette fois-ci. Merci

  • TontonBebersky d'URSS/Russie le 01.10.2020 09:10 Report dénoncer ce commentaire

    Normalement ils doivent aller à l'école, obéïr de leurs parents, de leurs professeurs, des vieilles personnes ...

Les derniers commentaires

  • alain tééctuel le 05.10.2020 05:48 Report dénoncer ce commentaire

    Bonne décision faites le pour nos enfants la terre pleure la terre souffre a nous de remettre les choses au point.

  • Mike le 01.10.2020 20:20 Report dénoncer ce commentaire

    La jeunesse si veut protéger le planet le mieux à faire est se suicider

  • Gabrielle le 01.10.2020 19:58 Report dénoncer ce commentaire

    Il faut interdire les tampons et les serviettes sanitaires que produisent beaucoup de polluicion. Les femmes doivent laisser courrir la nature librement.les tampons et les serviettes sanitaires est un example pure d'une société patriarchal..

  • Drakkar le 01.10.2020 12:45 Report dénoncer ce commentaire

    Les consommateurs que nous sommes ont un rôle à jouer dans cette histoire. Achats raisonnés et raisonnables. Mais il faut aussi revoir nos modes de vie. Or combien de ces jeunes gens sont prêts à faire des renoncements sur leur petit confort actuel ? aucun j'en suis sur. Donc stop aux donneurs de leçons s'il vous plait. Je n'ai pas attendu ces jeunes manifestants pour faire attention.

  • Madiou le 01.10.2020 12:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les jeunes, vous aurez l’écologie que vous rêvez mais vos parents n’auront bientôt plus de boulots ou perdront leur travail. Ce sera le revers de la médaille et le COVID nous montre bien les conséquences. C’est ce qui ressemble « scier la branche sur laquelle on est assis ».