Infrastructures

14 avril 2010 22:42; Act: 14.04.2010 23:50 Print

La Nordstad attend sa route avec impatience

LUXEMBOURG - L'A7, qui devrait être achevée avec cinq ans de retard, doit connecter la capitale à la Nordstad.

storybild

Six communes (Diekirch, Ettelbruck, Colmar-Berg, Bettendorf, Erpeldange et Schieren) forment la Nordstad. (photo: dr)

Une faute?

Quand on évoque les retards de l'A7, Jacques Dahm, le bourgmestre de Diekirch, a l'air désespéré. «Oui, les retards dans la construction de l'autoroute du Nord pénalisent la Nordstad», déplore-t-il. Il faut dire que l'A7 n'avance pas vite. Initialement, elle devait relier la capitale au nord du pays dès la fin de l'année 2007. Finalement, elle devrait être entièrement opérationnelle à la fin de l'année... 2012. «Pourquoi faut-il qu'on creuse des tunnels dans ce pays?», s'exclame Jacques Dahm.

L'autoroute doit mettre les six villes qui composent la Nordstad à une vingtaine de minutes de la capitale. «Cela permettrait d'attirer chez nous de nouveaux habitants qui travaillent à Luxembourg», poursuit le bourgmestre. Ce que confirme André Bauler, député DP élu dans le Nord. «On est dans les embouteillages tous les soirs à partir de Dommeldange. Ils sont handicapés par ces retards».

Toutefois, il estime que la priorité devrait être un «boulevard périphérique entre Diekirch et Ettelbruck. Et aussi des investissements pour la mobilité et le développement des transports urbains». Un motif de satisfaction toutefois, les communes de la Nordstad ont trouvé un accord en vue de l'acquisition de terrains pour la construction de la zone d'activités Fridhaff.

Jérôme Wiss

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).