Industrie spatiale

10 septembre 2019 09:07; Act: 10.09.2019 11:58 Print

La perte de Spire Global, «pas un indicateur fiable»

LUXEMBOURG - Spire Global Luxembourg, filiale d'une société américaine du secteur spatial, dont l'ouverture a été financée par le Luxembourg Future Fund, a perdu de l'argent.

storybild

Peter Platzer, PDG de Spire (à gauche), et Étienne Schneider, ministre de l'Économie (à droite), avaient signé le 15 novembre 2017 un accord de coopération pour ouvrir un siège européen au Grand-Duché. (photo: Ministère de l'Économie)

Sur ce sujet
Une faute?

En 2017, Spire Global, une société américaine spécialisée dans les satellites destinés à la météorologie, avait réalisé une levée de fonds de 70 millions de dollars (63,4 millions d'euros environ) - un investissement auquel avait participé le Luxembourg Future Fund (LFF), afin d'installer en novembre de cette année ses quartiers européens au Luxembourg. En échange, LFF était entré dans l'actionnariat de l'entreprise. Quinze emplois avaient alors été créés au Grand-Duché.

Mais en 2018, pour son premier exercice, Spire Global Luxembourg a enregistré une perte de 7 millions d'euros, rapporte Laurent Mosar dans une question parlementaire adressée à Étienne Schneider. Le député CSV demande au ministre de l'Économie comment il juge cette situation et si le Luxembourg Future Fund entend revoir sa stratégie d'investissement.

«Il n’appartient pas au ministère de l'Économie de commenter les comptes publiés d'une entreprise», répond Étienne Schneider, qui ajoute que «d'une manière générale on peut néanmoins souligner que les start-up, de surcroît dans le cas d'investissements importants, enregistrent souvent des résultats négatifs lors des phases d'amorçage et d'expansion. La réalisation de pertes lors de cette période n'est donc pas un indicateur fiable permettant de conclure à un développement défavorable de la société». Fondée en 2012 en Californie et ayant aussi des bureaux à Singapour et à Glasgow, Spire Global emploie actuellement 164 personnes, dont 20 désormais au Luxembourg.

(ol/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • la deux le 10.09.2019 10:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    pardon mais, il serait pas plus intéressant de s'occuper de notre planète ?!

  • Lulux le 10.09.2019 12:57 Report dénoncer ce commentaire

    Bien sur que l'Etat doit avoir un droit de regard - il est actionnaire! A moins que ce ne soit une subvention déguisée.

  • kenny le 10.09.2019 13:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    20 personnes, 7 millions, 350k/employé, record battu.

Les derniers commentaires

  • Unicorn le 10.09.2019 14:46 Report dénoncer ce commentaire

    Encore une société spatiale de laquelle le Gouvernement va se retirer à court terme, avec perte substantielle de fonds publics, alors que dès le départ, on sait que ces entreprises seront déficitaires de longues années. A croire que l'on dilapide les fonds publics dans les rêves (ou des trous noirs) de quelques hauts diplômés à la recherche de revenus à la hauteur de leurs études.

  • Lulux le 10.09.2019 13:44 Report dénoncer ce commentaire

    Avec les millions investis dans la société, il serait plus que normal que l'Etat, en tant qu'actionnaire, demande des comptes.

  • kenny le 10.09.2019 13:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    20 personnes, 7 millions, 350k/employé, record battu.

    • @kenny le 10.09.2019 15:04 Report dénoncer ce commentaire

      Selon le rapport financier 2018, 8 personnes au luxembourg.

  • Lulux le 10.09.2019 12:57 Report dénoncer ce commentaire

    Bien sur que l'Etat doit avoir un droit de regard - il est actionnaire! A moins que ce ne soit une subvention déguisée.

  • la deux le 10.09.2019 10:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    pardon mais, il serait pas plus intéressant de s'occuper de notre planète ?!

    • gazeleau le 10.09.2019 10:40 Report dénoncer ce commentaire

      C'est un peu le but de l'observation météorologique, non ?

    • Petit homme vert le 10.09.2019 11:36 Report dénoncer ce commentaire

      Oui et c est assez paradoxal de devoir polluer avec des satellites pour se rendre compte qu on détruit le climat. Avant on parlait de sfaux trous de la couche d ozone, ensuite de réchauffement et enfin de dérèglement. Mais vu que personne ne s en rend compte. Et oui on ne voit pas la sécheresse les événement plus intense, les amplitudes thermique. Et bien il faut polluer l espace pour le prouver.