Au Luxembourg

26 juin 2019 08:00; Act: 26.06.2019 15:20 Print

La réalisation de la résidence Garo interdite

RODANGE - Fin 2017, Amar Sahki avait esté en justice contre la résidence Garo en construction à côté de chez lui. La justice a tranché.

storybild

Selon le tribunal administratif, l'autorisation de construire n'aurait jamais dû être délivrée.

Sur ce sujet
Une faute?

Le 15 décembre 2017, le projet de la résidence Garo, à Rodange, au 136, rue Nicolas-Biever, n'est qu'un trou béant rempli d'au moins deux mètres d'eau. Exaspérés, Amar Sahki et l'un de ses voisins s'étaient engagés dans une bataille judiciaire contre le promoteur.

«Nous avons gagné un premier match le 19 juin lorsque la justice a décidé d'annuler la décision du bourgmestre de la commune de Pétange d'autoriser la construction de la résidence», se réjouit Amar Sahki. Reste que cette décision prise en première instance par le tribunal administratif peut encore faire l'objet d'un appel.

Linteaux manquants

Mais pour lui, le combat n'est pas fini. «Le bâtiment, en plus d'être mal construit avec des balcons qui s'effondrent déjà, des linteaux manquants et j'en passe, donne directement sur ma cuisine et les chambres à coucher. Je n'ai plus d'intimité. Mon but est de faire démolir cette abomination. D'ailleurs, le ruissellement d'eau ne s'est pas arrêté non plus», soutient-il.

Selon les motivations du tribunal, le Plan d'aménagement général de Pétange n'autorise à cet endroit que la réalisation d'une maison unifamiliale. Or, la résidence Garo se compose de six appartements vendus chacun dès 200 000 euros.

Les propos recueillis par Patrick Théry pour «L'essentiel Radio»:

(Patrick Théry/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Ce que jean dit ... le 26.06.2019 08:30 Report dénoncer ce commentaire

    Mr Amar Sahki, je suis de tout cœur avec vous, ne lâchait rien. Il faut faire respecter vos droits.

  • Do Brazil le 26.06.2019 08:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Courage Mr Sahki, vous êtes dans votre bon droit.

  • Marie le 26.06.2019 08:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Allez devant maintenant que vous vous êtes engagé. Ne lâchez rien car les communes croivent qu'il n'y a pas au dessus d'elles. Tout le monde veut faire à sa manière sans respect pour les autres .

Les derniers commentaires

  • Raisonnabilité le 27.06.2019 08:55 Report dénoncer ce commentaire

    Continuez à vous défendre M. SAHKI ! Avec 1 200 000 €, certaines personnes seraient prêtes à marcher sur des cadavres. L'argent, toujours l'argent, et avant tout, l'argent !

  • zaz le 27.06.2019 08:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La ville de Luxembourg affirme que la résidence de plus de 50 appartements dans laquelle j habite est un immeuble unifamilial !

  • inconscient le 27.06.2019 00:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    la commune Pétange livre pour tout et pour rien un permis de construire pour les promoteur qui font ce qu ils veulent pour les particulier c est à la tête du client

  • sylvain le 26.06.2019 21:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    oui a strassen il y a même une patisserie installée dans un garage et qui fabrique ses gâteaux dans un dépôt sans aucun problème pour la commune qui n'a jamais donné les autorisations pour ces transformations anarchiques.

  • Fred le 26.06.2019 20:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @Doctor Who et oui, mais ma maison était construite en 1940 et aucune autres maison autour, bref la première de la rue. C’est pour cela que le voisin lui n’avait pas de possibilité d’effectuer une fenêtre vers mon côté. Donc ma fenêtre en finalité donnait sur un mur. Maintenant sont mur est devenu une fenêtre