Santé

15 mars 2019 09:00; Act: 15.03.2019 09:17 Print

«La rougeole est une menace au Luxembourg»

LUXEMBOURG - Malgré un taux de vaccination supérieur à ses voisins, le Luxembourg se méfie du retour de certaines maladies infectieuses. La rougeole en premier lieu.

storybild

La vaccination demeure le meilleur moyen de prévenir le retour de la rougeole.

Sur ce sujet
Une faute?

La présence d'un foyer de rougeole dans la station de ski de Val-Thorens, en France, où de nombreux Luxembourgeois séjournent, a alerté la direction de la Santé. Suffisamment pour effectuer une mise en garde. Si le Grand-Duché est officiellement reconnu comme pays sans rougeole par l'OMS, la vigilance reste de mise. Principalement en raison des risques d'importation de la maladie.

Récemment, une famille française en vacances au Costa Rica a réintroduit la rougeole sur place, alors même que le pays l'avait fait disparaître. «La rougeole constitue une menace non-négligeable au Luxembourg», indique le ministère de la Santé. Elle est même la maladie infectieuse la plus crainte. En 2018, quatre nouveaux cas ont été signalés. Tous ont été importés. «Mais la bonne gestion a empêché toute transmission», précise le ministère.

Toujours plus d’oppositions à la vaccination

Une personne atteinte de cette maladie doit en effet obligatoirement le déclarer aux autorités. Une enquête est ensuite menée par la direction de la Santé avec «différents moyens sanitaires déployés». Au Costa Rica par exemple, la famille française avait été placée en quarantaine...

La méthode la plus efficace pour prévenir toute contamination demeure pourtant la vaccination. Une démarche beaucoup plus complexe aujourd’hui, alors que «le nombre de personnes qui s'y opposent ne cesse de croître à travers l’Europe, et également au Luxembourg», regrette le ministère de la Santé.

D'après la dernière étude effectuée en 2012, le Grand-Duché demeure une référence en la matière avec un taux de vaccination général qui dépasse 95% pour les enfants de moins deux ans. Une nouvelle enquête est actuellement en cours. Résultats attendus à la fin du mois d'avril.

(Thomas Holzer/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.