Au Luxembourg

05 décembre 2018 17:28; Act: 06.12.2018 15:23 Print

La santé à l’école a été examinée

LUXEMBOURG - À l'occasion de la 7e Journée nationale de la santé scolaire, ce mercredi, les experts ont fait le point sur la situation.

storybild

Les professionnels médico-psycho-sociaux se sont rencontrés à l’Alvisse Parc Hotel, à Luxembourg.

Sur ce sujet
Une faute?

«Les contrôles cliniques dans les écoles servent à faire des dépistages. Mais nous restons attentifs aux élèves et veillons à ce qu’ils soient également suivis à l’extérieur de l’école», expliquait ce mercredi, Silvana Masi, médecin pédiatre et chef de la division de la médecine scolaire. Les experts étaient réunis pour la Journée nationale de la santé scolaire à l’Alvisse Parc Hotel, à Luxembourg, afin de faire le point sur la situation.

Durant l’année, 180 médecins sont mobilisés pour faire des contrôles cliniques dans les écoles et les lycées. Les examens sont réalisés sous la tutelle du ministère de la Santé. Les petits de la maternelle sont soumis à un examen médical deux années consécutives. Ensuite, les enfants et adolescents revoient le médecin à l’école tous les deux ans.

«Nous consacrons la majorité de notre temps aux examens cliniques des enfants et ados. Mais nous faisons également de la sensibilisation, que ce soit à la santé sexuelle, à l’hygiène, ou encore aux troubles psychologiques», détaille Silvana Masi. Pour cette septième édition, la Journée nationale de la santé scolaire a mis l’accent sur l’alimentation saine et l’activité physique, ainsi que sur la thématique de la surexposition aux écrans. La crise suicidaire à l’adolescence a également été abordée.

(Ana Martins/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Unicorn le 06.12.2018 10:30 Report dénoncer ce commentaire

    Alors que l'on se focalise beaucoup trop sur les graisses et les calories, c'est l'excès de sucre dans les aliments et boissons qui est un véritable fléau qui cause l'obésité et les prémisses aux problèmes vasculaires. Ceci ajouté à l'éviction du sport dans les écoles, le nombre d'heures réduites, et surtout l'incroyable nombre d'heures de gym annulées. Il serait temps d'associer les fédérations sportives au système scolaire, et de rendre obligatoire l'exercice d'au moins deux disciplines sportives.

  • ach so le 06.12.2018 09:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Journée nationale de la santé scolaire a mis l’accent sur l’alimentation saine et l’activité physique( enlever les distributeurs de sucreries dans les lycées ! .. et imposer une alimentation équilibrée dans les structures de jeunes mineurs moins de 18 ans ( droit de l enfant ce n est pas de manger « ce qu il veut « mais de le protéger des risques de maladies voir pire à cause de négligence) , ainsi que sur la thématique de la surexposition aux écrans. ..La crise suicidaire à l’adolescence a également été abordée.

  • luxo le 05.12.2018 17:55 Report dénoncer ce commentaire

    Mettre l'accent sur la mal bouffe, les écrans et la sédentarité ne suffit pas! Il faut combattre le surpoids, valoriser, récompenser ceux qui vont à l'école à vélo et pénaliser les parents qui déposent leurs enfants en voiture. Les produits et boissons sucrés doivent être fortement taxer comme les fast foods. La mal bouffe doit être clairement étiqueté comme tel et en contre partie les fruits et légumes devraient être moins cher et distribuer gratuitement aux familles modestes.

Les derniers commentaires

  • Unicorn le 06.12.2018 10:30 Report dénoncer ce commentaire

    Alors que l'on se focalise beaucoup trop sur les graisses et les calories, c'est l'excès de sucre dans les aliments et boissons qui est un véritable fléau qui cause l'obésité et les prémisses aux problèmes vasculaires. Ceci ajouté à l'éviction du sport dans les écoles, le nombre d'heures réduites, et surtout l'incroyable nombre d'heures de gym annulées. Il serait temps d'associer les fédérations sportives au système scolaire, et de rendre obligatoire l'exercice d'au moins deux disciplines sportives.

    • Kramp-K le 07.12.2018 08:46 Report dénoncer ce commentaire

      Une adolescente qui fait partie d'un club de gym et d'un club d'athlétisme (course de fond) ,qui est parmi les premières lors de concours se retrouve avec une note de 25 sur 60 en cours de gym dans un lycée du pays. A la demande des parents pour quelle raison le prof leur répond qu'elle ne sait pas marquer des paniers en basket et qu'en handball elle ne s'engage pas assez! Merci pour votre proposition de faire encore un peu plus d'idioties!

    • Merz F le 07.12.2018 16:37 Report dénoncer ce commentaire

      @Kramp-K. Prouvez-le !

  • ach so le 06.12.2018 09:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Journée nationale de la santé scolaire a mis l’accent sur l’alimentation saine et l’activité physique( enlever les distributeurs de sucreries dans les lycées ! .. et imposer une alimentation équilibrée dans les structures de jeunes mineurs moins de 18 ans ( droit de l enfant ce n est pas de manger « ce qu il veut « mais de le protéger des risques de maladies voir pire à cause de négligence) , ainsi que sur la thématique de la surexposition aux écrans. ..La crise suicidaire à l’adolescence a également été abordée.

  • luxo le 05.12.2018 17:55 Report dénoncer ce commentaire

    Mettre l'accent sur la mal bouffe, les écrans et la sédentarité ne suffit pas! Il faut combattre le surpoids, valoriser, récompenser ceux qui vont à l'école à vélo et pénaliser les parents qui déposent leurs enfants en voiture. Les produits et boissons sucrés doivent être fortement taxer comme les fast foods. La mal bouffe doit être clairement étiqueté comme tel et en contre partie les fruits et légumes devraient être moins cher et distribuer gratuitement aux familles modestes.

    • Hurra le 05.12.2018 19:35 Report dénoncer ce commentaire

      Ha ha ha, je vois déjà les étalages avec un écriteau "mal bouffe"!

    • @luxo le 05.12.2018 20:17 Report dénoncer ce commentaire

      Je ne comprends pas. Vous dites au début que mettre l'accent sur la mal-bouffe et la sédentarité ne suffisent pas, et juste après, vous ne faites que des propositions contre la mal bouffe et cette sédentarité ?!?